[FRE] UNIVERSITE D'ETE A NEW YORK : UN ETUDIANT MACEDONIEN PARTAGE SON EXPERIENCE.

Article publié le 12 mars 2014
Article publié le 12 mars 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Petar Jankuloski n'est pas un étudiant ordinaire au département de traduction et d'interprétariat de l'Université Saints-Cyrille-et-Méthode de Skopje en Macédoine.

L'année dernière, il a eu l'incroyable opportunité d'être sélectionné pour être l'un des 100 participants à l'université d'été organisée à Tarrytown, New York, par l'Alliance des Civilisations et l'organisme Education First.

Edi­ted by: Ana Ali­be­gova

Petar Jankuloski, originaire de Prilep en Macédoine, n'est pas un étudiant comme les autres au département de traduction et d'interprétariat de l'Université Saints-Cyrille-et-Méthode de Skopje.

L'année dernière, il a eu l'incroyable opportunité d'être sélectionné pour être l'un des 100 participants à l'université d'été organisée à Tarrytown, New York, par l'Alliance des civilisations (UNAOC) et l'organisme Education First (EF). Après avoir participé à différents événements pour les jeunes, à des conférences, ainsi qu'au Programme « Work and Travel », Petar a décidé de relever le défi et a postulé pour cet événement unique. Dans les lignes qui suivent, il donne des conseils et petits « trucs » pour rendre meilleure vos candidatures et explique ce qu'il a appris pendant ces sept jours passés aux Etats Unis.

M !: Petar, tu es étudiant à l'univerité de Philologie à Skopje, et comme tu le dis toi-même, tu n'es pas directement en lien avec le monde de la politique. D'où te vient cet intérêt pour le travail des Nations Unies ?

Petar: Le fait d'être né et d'avoir été élevé aux Balkans, une région multicuturelle et multiethnique si diverse et si complexe en son essence, c'est une raison suffisante, non ? Je crois que les Balkans sont un parfait exemple (à la fois en positif et en négatif) de ce que représentent les Nations Unies. Cependant, les Nations Unies, ce n'est pas seulement de la politique de haut niveau, des vétos et des guerres, c'est aussi la responsabilisation des jeunes, le dialogue, la communication entre les cultures, l'amélioration des compétences en négociation, et la mise en place d'une action cooperative à un niveau international. Dans ma vie de tous les jours, je croise des situations dans lesquelles la négociation, le dialogue et le respect sont une partie essentielle de la vie. Je m'étais retrouvé dans les valeurs et les objectifs de cette université d'été et j'ai rempli la fiche de candidature.

cover first choice UN Summer School in New York: Macedonian Student Shares the Experience!M !: L'année dernière, l'UNAOC a informé qu'ils avaient reçu 20.000 candidatures. D'après toi, qu'est-ce qui a fait que la tienne a été parmi les 100 meilleures qui ont été sélectionnées ?

Petar : Le processus de candidature va de pair avec la complexité du rassemblement et la diversité des candidats eux-mêmes. Il y avait plusieurs sections, avec des questions de type rédaction et un test de maîtrise de l'anglais. Ce n'est pas une tâche facile d'identifier qui correspond le mieux aux critères d'éligibilité parmi plus de 20.000 candidatures venant du monde entier. Je pense qu'il y avait plusieurs raisons, mais que les plus importantes sont la maîtrise de la langue, l'équilibre regional, le réseau local et professionnel des participants, ainsi que les connaissances pratiques générales et l'état d'esprit en tant que candidat. Je pense que l'accent n'était pas mis sur ce que nous, en tant que candidats, avions fait dans le passé mais plutôt sur ce que nous ferons plus tard. Dans ma candidature, j'ai essayé de mettre en avant mon expérience personnelle, mes projets et mes idées pour l'avenir, ainsi que mon expérience générale. De plus, mes connaissances en anglais et le fait que j'aie fait du bénévolat ont aussi aidé.

M!: Comment décrirais-tu cet événement ? En quoi cette conférence était-elle spéciale ?

Petar : L'événement était en lui-même une histoire. L'UNAOC et EF s'étaient surpassés. Huit jours de cours intensifs, d'ateliers, de tables rondes, de débats et de visites de sites sous la direction de certains des experts les plus renommés dans les domaines des affaires, des droits de l'homme, de l'esprit d'entreprise social, du bénévolat, des affaires politiques, des média et de la communication. En plus de ça, la conférence était complètement diffférente de tous les autres événements auxquels j'ai participé. Tout d'abord, le niveau était bien plus élevé. Ensuite, il s'agissait de sessions plus interactives et de visites informelles qui faisaient encore meilleur effet. En plus, tous les participants étaient des jeunes de 18 à 35 ans, ce qui rend cet événement semblable à ceux aucquels j'ai eu la chance de participer.

Translation: Elsa de Saint-Exupéry

Read the full ar­ticle