[fre] The lobster ou comment raconter une histoire d'amour de manière originale

Article publié le 20 novembre 2015

La solitude. L'amour. L'identité. Tous les grands thèmes de l'art présents en chaque époque et chaque lieu. On aimerait souvent connaître ce mystère incroyable qui fait que nous tombons amoureux d'une personne qui ne nous correspond pas réellement et que nous ignorons celle qui semble être faite pour nous.

Imaginez un monde où le célibat constitue un délit. Un monde où si tu restes seul(e), tu as 45 jours pour trouver quelqu'un sous peine d'être changé en animal. L'amour comme nécessité juridique. ¿De quelle façon rencontrerais tu cette personne complémentaire? ¿Comment ne pas être tenté de la tromper, de se jouer d'elle? Face au caractère tragique d'un système injuste qui t'impose l'amour: ¿Quelle option personnelle prendrais tu? Et, par dessus-tout, contrairement à la cruauté d'un système de couples imposés, ¿quelle place reste t-il au je?

C'est dans ce contexte que se déroule The Lobster, le film de Yorgos Lanthimos qui est présenté en compétition du Festival du Cinéma Européen de Séville. Comme s'il s'agissait d'une peinture de Dali, l'ensemble est absolument surréel, mais si on regarde d'un peu plus près, on voit que chacun des éléments qui le compose est défini avec un savoir-faire incroyablement réaliste.

Tout le film est bercé dans l'humour absurde et ne cesse d'être une tragédie à la troisième personne comme si ce narrateur omniscient qui scellera le destin final de chaque personnage nous protégeait de leurs sentiments dans un monde où l'on vit en couple mais où l'amour n'existe pas.

The Lobster représente beaucoup de choses à la fois, mais c'est aussi une véritable histoire d'amour, celle qui défit les lois, celle qui nous donne la force d'avancer, qui nous rend meilleurs, plus heureux et plus libres. C'est une histoire d'amour, mais pas plus que ça. Le coup de génie du film réside dans le fait de savoir parler des choses que nous les êtres humains, nous avons établies avec le language depuis notre humanité, mais d'une manière originale, divertissante et à la fois profondément dramatique et diablement critique. Sans nul doute, un de ces films qui ne laisse pas indifférent.