[fre] Shirley: visions of reality

Article publié le 26 juin 2014
Article publié le 26 juin 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

« Shirley : visions of reality », un très bel hymne à l’anticonformisme. Bien plus qu’un simple film, il s’agit là d’un dialogue entre cinéma, peinture et littérature, qui réunis, nous offrent une expérience esthétique unique. 

Reconstituant 13 tableaux d’Edwar Hopper, Gustav Deustch, le metteur en scène, nous plonge dans l’histoire de l’actrice Shirley, dans les Etats-Unis des années 30 à 60.

Fiche tech­nique

Titre                                       Shir­ley : vi­sions of rea­lity 

Mu­sique                                 Chris­tian Fen­nesz, David Syl­vian

Durée                                      93 min.

Pays                                        Au­triche

Met­teur en scène                 Gus­tav Deutsch

Scé­na­riste                             Gus­tav Deutsch

Pho­to­graphe                         Jerzy Pa­lacz

Année                                     2010

Cas­ting                                  Ste­pha­nie Cum­ming, Chris­toph Bach, Flo­ren­tin Groll, El­friede Ir­rall,                                                                         Tom Hansl­maier

Mai­son de pro­duc­tion         KGP Kran­zel­bin­der Gra­biele Pro­duc­tion

Sor­tie en France                  17 sep­tembre 2014

Trailer                                    https://www.youtube.com/watch?v=n12IqtouuqY

« « Shir­ley: vi­sions of rea­lity » nous ra­conte d’une ma­nière très ori­gi­nale et agréable, l’his­toire des grands évé­ne­ments qui ont mar­qué la vie des Etats-Unis entre les an­nées 1930 et 1960. Pour ce faire, le met­teur en scène, Gus­tav Deutsch a deux mé­thodes : d’une part, il re­place les scènes de son film dans 13 ta­bleaux du peintre amé­ri­cain Ed­ward Hop­per, et d’autre part, il uti­lise une his­toire per­son­nelle, celle de Shir­ley, une ac­trice de la troupe « Group Theatre » qui se dé­ter­mine so­cia­le­ment et po­li­ti­que­ment à la lu­mière de ces évé­ne­ments : la Grande Dé­pres­sion, la Se­conde guerre mon­diale, la chasse aux sor­cières de Mc­Car­thy ou la lutte contre la sé­gré­ga­tion ra­ciale et le Mou­ve­ment des droits ci­viques.

Hop­per a réussi, comme per­sonne avant lui, à dé­crire la so­li­tude, le si­lence et l’ab­sence cruelle de com­mu­ni­ca­tion. Tous ces élé­ments sont pré­sents dans ce film qui dé­passe le cadre ci­né­ma­to­gra­phique pour de­ve­nir un dia­logue entre ci­néma, pein­ture et lit­té­ra­ture. « Hop­per ne donne pas à voir la réa­lité, mais plu­tôt, il la met en scène. La mise en scène et l’em­prise avec la réa­lité, c’est aussi ça la magie du ci­néma », as­sure Gus­tav Deutsch.

A tra­vers ce film, Deutsch par­vient à re­don­ner vie (et en trois di­men­sions) aux ta­bleaux de Hop­per, tout en res­pec­tant ce par­fait jeu de lu­mières et de cou­leurs propres aux œuvres ori­gi­nales. Il s’agit bel et bien d’un défi pour ce met­teur en scène, ar­chi­tecte de for­ma­tion : « les pro­por­tions avec les­quelles tra­vaille Hop­per sont in­croyables », as­sure-t-il, « tout est ana­mor­phique, dé­formé ; aucun meuble n’est placé dans le bon angle, aucun es­pace n’est or­tho­go­nal ». Tou­te­fois, le ré­sul­tat ne pou­vait être plus réussi : une ex­pé­rience es­thé­tique qui pousse à la paix et à la sé­ré­nité et qui per­met au spec­ta­teur d’ap­pré­hen­der le sen­ti­ment du beau vé­ri­table.