[fre] Quelles conséquences après le Brexit ?

Article publié le 30 juin 2016
Article publié le 30 juin 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Après des années de mise en garde et des mois de campagne, les Britanniques ont voté la sortie de l'Union Européenne. Ceci représente un mouvement sans précédent dans l'histoire, bien que les rapport entre les deux aient toujours été compliqués.

Les deux camps avaient de grandes attentes - "Remain" ou "Leave" - et pendant le décompte des votes, Nigel Farage, chef de l'UKIP, a même déclaré que le camp en faveur du "Remain" s'était rapproché. Après le décompte des votes, le camp du "Leave" a réuni près de 52% des votes de l'électorat contre 48% pour le camp du "Remain".

Le résultat du référendum de l'UE a été un choc pour beaucoup d'Anglais - même pour ceux qui ont voté pour le Brexit. Alors que tout ceci peut être ridiculement déroutant, nous avons compris que les Britanniques mal informés ne connaissaient pas l'importance de ce référendum, et encore moins les conséquences que le "Leave" pourrait provoquer. Selon Google Trends, un jour après le référendum de l'UE, les principales questions enregistrées au Royaume-Uni étaient « Qu'est-ce que cela signifie de quitter l'UE ? », « Qu'est-ce que l'UE ? », et « Quels pays font partie de l'UE ? ». Cela montre un manque énorme de sensibilité face à une décision politique d'une telle importance.

Qui a voté pour le camp du "Leave" ?

Cependant, en disséquant l'électorat de ce plébiscite, nous arrivons à la conclusion que c'est la population d'un certain âge qui a principalement voté pour le "Leave". La faction qui ne paye plus d'impôts et qui vit des pensions garanties. La majorité de la jeunesse a voté pour le camp du "Remain" et est maintenant en état de choc et d'appréhension face au futur.

Beaucoup d'électeurs du "Leave" ont admis qu'ils n'auraient jamais cru que le Royaume-Uni allait réellement quitter l'UE, d'autres regrettent leur vote. En parallèle, une pétition en ligne au Royaume-Uni (avec près de 4 millions de signatures) demande un nouveau référendum mais les experts constitutionnels considère peu probable une telle demande. La vie pourrait devenir un peu plus bureaucratique pour tous citoyens de l'UE vivant au Royaume-Uni, ainsi que pour les Anglais vivant en UE.

De toute façon, les deux campagnes n'étaient pas informatives mais plutôt une machine à propagande pour soutenir les credos de chaque camps. C'était le cas du camp du "Leave", soutenu par Nigel Farage, même si cela impliquait le mensonge. Apparemment, au lendemain du référendum, les £350 millions qui étaient envoyé à l'UE et devaient à présent être destinés au NHS, était un "malentendu". L'un des arguments qui était problablement l'un des plus captivants de la campagne du "Leave" était un grand et méprisant mensonge.

Réactions européennes

De façon générale, c'était un triste jour pour l'Union Européenne. Les citoyens britanniques vivant à Bruxelles et ailleurs sont dévastés par ces résultats. Les présidents Juncker et Schulz du Parlement européen et de la Commission Européenne sont incroyablement irrités par les répercussions du référendum.

Les chefs de l'UE insistent pour que le Royaume-Uni fasse appel à l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui a établit les principes légaux dans le cas où un Etat Membre souhaite quitter l'Union. Cependant, le Royaume-Uni retarde l'appel officiel de l'article 50 et l'Europe devient anxieuse et effrayée de l'enthousiasme des partis extrémistes en UE avec des convictions comme celles de l'UKIP et du Front National.

Les médias et le Brexit

Dû aux énormes conséquences de cette décision politique, le Brexit a fait chaque couverture de journal ou de magazine et chaque ouverture de journal télévisé à travers le globe. Qu'en disent les médias ?

Par exemple, le Financial Times s'est sans surpise centré sur l'impact économique et financier du Brexit avec la question "Que va devenir Londres après le Brexit ?". POLITICO accuse les électeurs britanniques de « lâcher un tsunami économique et politique » et a ajouté que ce dernier se dirige vers les USA, où le candidat du GOP à la Maison Blanche, Donald Trump, a félicité les répercussions du Brexit. Le Canadian based Global Research s'est centré sur les déclencheurs sociaux de cette décision politique prise par les Anglais en écrivant que "le Vote du Brexit du Royaume-Uni Est En Réalité un Référendum sur la Xénophobie".

Conclusions

Etant donné les résultats du Brexit, le Royaume-Uni doit à présent réorganiser ses fondements. David Cameron a déjà annoncé sa démission, cependant en octobre, et Boris Johnson est le plus susceptible d'être le futur Premier Ministre. Une série de démissions a été présentée au chef du Parti Travailliste Jeremy Corbyn, qui lutte pour maintenir le parti vivant et uni. L'agitation politique doit être remplacée par une restructuration ordonnée des Partis Conservateur et Travailliste.

Une fois la stabilité en place, l'attention devra être portée sur le NHS et sur le système de sécurité sociale britannique . De plus, le Royaume-Uni doit fortifier ses liens avec les futures parties prenantes des stratégies internationales et renforcer les accords commerciaux avec ses homologues. En discutant du scénario en cas de Brexit, beaucoup d'analystes considéraient plusieurs approches telles que le modèle suisse ou norvégien, les deux pays riches de la non-UE avec des accords commerciaux avec l'UE et le reste du monde.

Néanmoins, chaque cas est unique et même si le Royaume-Uni essaye une transition - qui pourrait bien être une réussite - les premières étapes de l'expérience et de la mise en place seront rudes.