[fre] Les start-ups de l'économie numérique et de la linguistique à Cologne 

Article publié le 10 novembre 2015
Article publié le 10 novembre 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Cologne est en passe de devenir la capitale allemande du numérique. Grâce aux start-ups de l'économie numérique ou de la linguistique, la ville sur le Dom est maintenant en adéquation avec la culture de l'innovation définie par la Commission européenne. Alors qu'en 2011, Düsseldorf était en position de faiblesse dans les secteurs économiques de la création numérique.

En 2011 la Commission européenne rend publique l'initiative européenne INNOVA n° 16 issue de l'European Cluster Observatory, il a fallu se rendre à l'évidence : Düsseldorf, la capitale de la Nord-Rhein Westphalie, n'obtenait pas les résultats espérés en matière de reconnaissance de l'industrie de la création numérique. Elle était pourtant la seule ville allemande sur les 10 villes européennes concernées.

Sous l'appelation « industrie de la création numérique », le département « Economie et Finance » de la Commission européenne comprend les secteurs économiques tels que la conception et les logiciels de publication Web, les jeux vidéo, la publicité, la diffusion et l'architecture. Ceux-ci sont, en outre, considérés comme des indicateurs essentiels de la croissance et de l'innovation, ce que confirme d'ailleurs le dernier baromètre de l'innovation 2015 de l'UE. En effet, dans les régions concernées par une industrie de la création forte, on assiste à un développement de la propriété intellectuelle (biens immatériels), ce qui implique un nombre élevé de brevets ainsi qu'une véritable activité de production.  

Puisque Düsseldorf n'a pas su prendre le virage dans les domaines créatifs de la diffusion, du logiciel et de la publication web ou des jeux vidéo, Cologne est devenue, sans surprise, la ville des médias en Allemagne, tout comme en Nord-Rhein Westphalie.

L'économie numérique à Cologne

Sans compter les entreprises du secteur des médias, la première chose qui vient à l'esprit quand on pense à Cologne, c'est bien sûr le Carnaval avec son cortège du « Lundi des Roses », ses bouffons et leur cri de guerre local « Kölle Alaaf ! ». Le Carnaval représente bien-sûr un succès incontestable.

Désormais le numérique à Cologne apparaît aussi comme une réussite. La société de conseil  PwC, qui a souvent produit des études pour le compte de la Commission européenne, a identifié Cologne comme étant la capitale allemande du numérique. En raison de son système d'information métropolitain et de la couverture à haut débit couvrant plus de 95 % des foyers, la ville sur le Dom offre les conditions les plus favorables au développement du numérique.

En effet, Cologne est devenue le lieu de rencontre des professionnels de l'économie numérique, encore appellée Digiconomy, en réunissant l'ancienne et la nouvelle économie. La ville accueille aussi une fois par an tous les secteurs économiques de l'industrie de la création numérique au sens de la Commission européenne à l'occasion du salon dmexco. La publicité eGame, le commerce en ligne, les contenus numériques sont des expressions d'usage courant au salon dmexco de Cologne.

Les start-ups de la linguistique font d'une pierre deux coups 

Dans le secteur de l'économie numérique présente à Cologne, les start-ups spécialisées dans la linguistique proposent leurs services en accord avec l'esprit de l'UE en matière d'innovation. Elles permettent en quelque sorte de faire d'une pierre deux coups, en offrant la possibilité d'apprendre une langue étrangère, ce qui est en adéquation avec la politique linguistique de l'UE, tout en permettant le développement de logiciels, ce qui profite pleinement à l'industrie de la création numérique.  

Learniship, Linguport et Linguee ont établi leur siège à Cologne. Learnship développe des méthodes d'enseignement par classe virtuelle dans le cadre de la formation professionnelle, et offre des solutions pour les entreprises. Linguport est un portail de recherche pour les séjours linguistiques ou les voyages. Linguee propose un dictionnaire en ligne, comportant des expressions traduites dans des contextes spécifiques. 

Toutes les trois correspondent aux critères sur la création numérique mis en place par la Commission européenne. Enfin, la prise de contrôle en avril dernier de la start-up hambourgeoise Bab.la par Oxford University Press montre le potentiel de ces start-ups de la linguistique.