[fre] L'année 2015 de (La moitié de la rédaction de) Cafébabel Napoli

Article publié le 16 janvier 2016
Article publié le 16 janvier 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Après 365 jours, la moitié des membres de la rédaction de Cafébabel Napoli a décidé de se réunir à nouveau afin de réfléchir sur l'année à peine écoulée, mais aussi dans le but de chercher à résumer leur propre année 2015. 

Nadia Cozzolino

Le 2 novembre 1975, à Ostie, était assassiné Pier Paolo Pasolini, écrivain, journaliste, réalisateur, poète, peintre et philosophe, un immense intellectuel du vingtième siècle. En 2015, à l'occasion du quarantième anniversaire de sa mort, l'artiste Ernest Pignon-Ernest a décidé de lui rendre hommage ainsi qu'à la ville de Naples, en offrant à celle-ci deux fresques: l'une est située à Scampia, l'autre à Santa Chiara, malheureusement aujourd'hui bien déteriorée.

Armando Suma

Chiara Freddi

Visions de AltoFest 2015: les perspectives sur les lieux de la ville que ce voyage a pu offrir à ceux et celles qui y ont pris part. 

Erica Prisco

Il est difficile pour l'Humanité de s'identifier au visage et au corps du singe. Celui-ci représente les instincts primitifs, ceux que nous ne réussissons pas à réfréner: en somme, ce qui trahit nos origines animales et qui ne permet pas de nous élever au-dessus des créatures qui partagent la planète à nos côtés, subissant de notre part les pires vexations, tout cela justement en vertu d'une prétention de supériorité spéciste. Pour moi, le symbole de l'année 2015 est celui-ci : la destruction de la “Madonna del Mandrillo” (Madone du Mandrillo), évocation d'une Madone byzantine que l’artiste Carlos Atoche avait réalisé sur la façade d'une maison abandonnée d'Avellino, et considérée comme coupable d'avoir offensé et ridiculisé les icônes sacrées. Je pense que l'obscurantisme, l’incapacité de réfléchir et la fureur de la censure sont les terribles petits singes desquels descend l'homme moderne, une race qui n'a pas conscience d'être déjà en voie de disparition. 

Anna Maria Scognamiglio

«La chose la plus importante que j’ai découverte après avoir atteint l’âge de soixante-cinq ans, est que je ne peux plus perdre mon temps à faire ce que je n’ai pas envie de faire…»

Jepp Gambardella, personnage principal de La grande bellezza de Paolo Sorrentino, interprété par Toni Servillo

Gianluca Esposito

Traduction, sous la direction de Gianluca: 'Beaucoup de petites personnes, en beaucoup de petits lieux et faisant beaucoup de petites choses, peuvent changer la face du monde. -Sagesse africaine'

Thaina C. da Mota

Dario Oropallo

Je pense que l'année 2015 peut être résumée en un seul mot: immigré. Le recueil Ellis Island Photographs, conservé par la New York Public Library, réunit les clichés des photographes et des employés du centre d'immigration dans lequel, au début du vingtième siècle, transita plus d'un million de personnes : je considère que cent après, ces clichés sont encore actuels et très représentatifs.