[fre] Des élections municipales terriblement européennes

Article publié le 25 août 2015
Article publié le 25 août 2015

Troïka, Eurogroupe, Merkel, reconnaissance de la dette, Bruxelles, Commission ou Parlement Européen sont aujourd’hui des concepts et des termes intégrés à notre discours quotidien. Mais la différence par rapport aux autres années électorales est qu’on ne les rencontre plus uniquement dans les conversations mondaines mais également dans nos motivations qui définissent nos intentions de vote.

Autochtones et européens

2015 est l’année où les élections municipales regardent de très près les répercussions sur notre quotidien des décisions prises à Bruxelles et Strasbourg. La perspective purement locale de notre réalité ne doit pas seulement être abandonnée pour le lien, toujours plus serré, que nous partageons entre toutes les campagnes des pays membres de l’Union Européenne, mais en raison de l’importante mobilité des citoyens entre les pays qui a dépassé les frontières imaginaires et physiques du vieux continent.

Presque deux millions et demi d’expatriés européens habitent en Espagne, 4,5% de la population provient donc d’un des 28 pays de l’Union. Etant européens, ils peuvent exercer leur droit de vote aux élections municipales, chiffre non négligeable pour les différents partis en campagne.

Les “étrangers” qui réservent des hôtels à Malaga, Madrid ou Alicante deviennent des résidents et des électeurs sérieux, d’après l’Institut National de Statistique, leur population étrangère respective s’élève à 170 000, 350 000 et 280 000.

Andalousie

L’attrait touristique de l’Andalousie explique que ce soit la communauté la plus convoitée par les visiteurs de passage et les longs séjours. Des longs séjours qui pour beaucoup de citoyens européens d’origine nordique se transforment en hibernation. D’année en année, ces visites prolongées augmentent leur implication dans la vie sociale et politique des communes dans lesquelles ils vivent, ce qui se traduit par une augmentation considérable dans le recensement municipal.

Cependant, cette intégration que l’on peut clairement observer dans les villes de la côte andalouse, ne se traduit pas directement en nombre d’électeurs. Pour se présenter comme candidat à une élection ou exercer son droit de vote être recensé ne dans sa localité de résidence ne suffit pas, il faut aussi s’inscrire sur le registre électoral, ce qui est très peu pratiqué dans la majorité des hôtels de ville espagnols et andalous soit par manque d’information et peut être aussi par négligence.

Sur presque 350 000 étrangers enregistrés en Andalousie (18% du total de la population de la communauté autonome) seulement 4% sont inscrits au CERE (Centre Electoral des Résidents Etrangers). Alors que faire ?

Opération vote

As-tu déjà voté dans ton pays ? Que connais-tu de tes droits en Espagne ? Quelles démarches dois-tu effectuer pour pouvoir voter ?

Ceux sont quelques questions posées par le projet cofinancé par le Programme des Droits Fondamentaux et de la Citoyenneté de l’Union Européenne Opération Vote aux citoyens de l’Union Européenne recensés en Espagne dont le principal objectif est de les sensibiliser à leur droit de vote lors d’élections locales et européennes.

Au même moment le programme Opération Vote à été mis en place en Autriche, en Italie, au Portugal et en Suisse. Des élections européennes se sont déroulées dans tous ces pays en 2014 et des municipales ont eu lieu en Autriche, Italie et Portugal, en Espagne, cette campagne s’est amplifiée jusqu’au mois d’octobre dernier en vue des élections municipales de mai 2015.

D’après des participants au projet, il est très probable que ce décalage entre inscription municipale et recensement électoral soit dû à la méconnaissance des formalités et à sa complexité, le manque de volonté politique de beaucoup de dirigeants d’intégrer les électeurs étrangers à leur cible électorale et surtout au manque d’information sur l’importance de la participation dans la prise de décision de notre environnement immédiat pour voir plus loin que le soleil et la plage.