[fre] De Mare Nostrum a Triton: qu'est qui a changé pour les migrants?

Article publié le 17 mars 2015
Article publié le 17 mars 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Qu'est Triton? Commencons avec le nouveau systeme de surveillance des frontières, Cafebabel Brussels rapporte sur la migration. Avec un seri d'articles et d'interviews, on explore l’un des issus les plus pressants de notre temps.

Triton, la nouvelle opération du Commission de l'Europe pour fonction de ‘gérer la migration' dans la Méditerranéen Central sous control de l'agence Frontex, a commencé le 1er Novembre 2014. Triton a été créé pour soutenir Mare Nostrum, l'opération qui utilisait les forces Militaires Maritimes Italiens pour sauver et assister à mer les migrants départant du côte de l'Afrique du Nord pour essayer d'atteindre l’Europe.

La région d'opération de Triton s'étend à travers la Méditerranéen du Sud, y inclus les Isles Pélagie (Lampedusa, Linosa et Lampione) et les côtes du Calabria. Par contre, ces activités ne prendront pas place en dehors de 30 miles nautiques du côte Italien, “au-delà d'où Mare Nostrum avait opéré,” spécifié par le Ministre de l'Intérieur Angelino Alfano.

La fonction primaire, selon Frontex, est le 'gestion des frontières.' Le Finlande, l'Espagne, le Portugal, l'Islande, la Hollande, la Lettonie, la Malte et la France ont offris de l'équipement. Ceci n'est que 8 des 27 États Membres de l'Union Européenne.

Du personnel spécialisé, cependant, ont été fournis par 12 pays : l'Espagne, la France, Le Finlande, la Roumanie, la Suisse, le Norvège, l’Allemagne, la Hollande, la Suède, le Portugal, l’Autriche, et le Pologne. Dès maintenant, l’agence prévoit un emploi mensuel de deux navires de haute mer, deux navires, quatre patrouilleurs, deux avions et un hélicoptère. Gil Arias, directeur exécutive de Frontex, a déjà demandé les États Membres pour plus de soutien technique.

Ce que Triton se consiste de n’est toujours pas clair

Commissionner Européen Cecilia Malmstrom, en annonçant Triton le 7 Octobre, a confirmé que l’opération été « adapté aux besoins et demandes des autorités Italiennes » et ces objectives sont de renforcer la surveillance des frontières et de soutenir le travail humanitaire du Mare Nostrum. Une semaine plus tard, le Ministère Alfano a averti que Mare Nostrum fermera le 1er Novembre, dans un processus progressif finissant en Janvier 2015. L’effort de sauver les migrants en mer, qui aurait été renforcé et exécuter par Triton, sera donc diminué.

Les deux opérations, par contre étaient censés être complémentaire, non pas des alternatives l’un a l’autre. Mare Nostrum a été créé après l’incident du 3 Octobre 2013 quand 366 nationaux d’Érythrée sont morts lors que leur navire a naufragé près de la côte du Lampedusa. L’outrage publique internationale, l’indignation et la contestation des morts, avec la volonté du Président de la Commission Européenne de mettre des fonds à la disposition de l’Italie, a permis cette initiative d’etre débuté.

En Italie, de nombreuses organisations humanitaires, parmi eux L’Amnesty International, ont décriés l’interruption de Mare Nostrum. Ils ont soulignés la nature essentielle de sa présence sur les côtes de la Méditerranéenne pour sauvegarder les vies des migrants et l’intégrité – des problèmes qui ne sont pas des priorités pour Triton. En réalité, Mare Nostrum a supposé travailler en conjonction avec Hermes, une opération de Frontex pour combattre l’immigration marinière a partir du Tunis, La Libye et l’Alger au rives Italiennes, et Aeneas, qui surveille les côtes du Puglia et Calibria dans la Mer Ionienne.

Maintenant, la mission de sauver en mer a été réduit aux objectives primaires en tant que migration : protéger les frontières.

Cimetières de la frontière. Que sont les couts de protéger les frontières ?

Alessia Capasso

Conférence de presse après le 3 Octobre à Lampedusa avec Barroso , Letta , Malmstrom , Alfano . Alessia Capasso

Les 40 premiers jours de Hermes en 2011 a couté les citoyens européens 2.6 millions d’euros. The cout mensuel de Mare Nostrum été égal à 9 million euros, menant à un total de 114 million en 2014 seul, y inclus une contribution du UE de 1.8 millions d’euros. C’était en essence, un effort économique seulement de la part de l’état Italienne. Pour Triton, Frontex a prédit une contribution de 5.8 million euros pour l’année 2014, avec 2.9 million fournie par moi pour Novembre et Décembre. Ces chiffres mensuels monteront a un cout annuel de 35 millions euros, sans aucun opération de sauvetage réalisé en eaux internationaux, comme fut le cas pour Mare Nostrum.

Mais ces couts Européens ne considèrent que la région du Méditerranéen du Sud. Aussi considérons quels sont les couts en tant que vies humaines pour ‘protéger les frontières’ ? Pour plus d’une dizaine d’années, l’UE a transformé ses frontières, certains d’entre eux notamment, en énorme cimetières, selon ‘Fortress Europe’, une plateforme qui aie surveillé les morts (et ceux perdus) sur les frontières pendant des années.

La Canal Sicilien est la région la plus touché, avec des voyages directs à l’Italie du Libye, l’Egypt, le Tunis et la Malte. De pareils sorts sont réservés pour ceux espérant migrer en Espagne employant les routes venant du Maroc, l’Alger, le Sahara de l’Ouest, le Mauritanie et le Sénégal, en direction des Isles Canaries ou traversant le Détroit de Gibraltar. Le danger extrême peut aussi être trouvé dans l’Aegean, voyageant entre la Türkiye et la Grèce et la Syrie au Chypre.  

Comme dans une histoire Kafkaïenne, les gouvernements de l’Union Européenne mettent une série de barrières en place pour compliquer et rendre plus dangereux le trajet des migrant, tandis qu’ils sont scandalisés si des personnes risques leurs vies pour franchir ces obstacles, souvent seulement pour se sauver.

Jetez un coup d’œil aux pièces dans le Dossier Migratoire du Cafébel Brussels et ‘Voix du Lampedusa’, y inclus l’article sure le rôle de l’UE dans les conflits qui mènent aux migrants de chercher le refuge en Europe.