[fre] Comment les jeunes penseurs envisagent-ils de développer et encourager l'exploration spaciale?

Article publié le 16 avril 2016
Article publié le 16 avril 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les scientifiques commencent à contacter la nouvelle génération pour concevoir de nouvelles idées. Non pas parce qu'ils sont à court d'innovation, mais parce qu'ils savent que ces jeunes esprits seront ceux qui reprendront la recherche quand les anciens seront partis.

Auteur: Lindsey Patterson

Les scientifiques commencent à contacter la nouvelle génération pour concevoir de nouvelles idées. Non pas parce qu'ils sont à court d'innovation, mais parce qu'il savent que ces jeunes esprits seront ceux qui reprendront la recherche quand les anciens seront partis. Mis à part ça, cette génération grandit dans une société dans laquelle la technologie est prépondérante et elle sait comment résoudre des problèmes que les anciens n'auraient jamais imaginé il y a 60 ans. Grâce à une campagne menée par la NASA et l'ASE (Agence Spatiale Européenne), nous commençons juste à constater comment ces jeunes participent à l'exploration spaciale.

La recherche active d'idées novatrices

En Septembre dernier, la NASA (Administration Nationale de l'Aéronautique et de l'espace) a lancé une campagne dans le but de demander aux jeunes de nouvelles idées concernant les technologies pour explorer l'espace. L'Agence Gouvernementalle veut contribuer au développement d'un nouveau système sûr pour pouvoir déposer des charges conséquentes sur la planète Mars.

Le programme de développement de la NASA

L'Agence Spatialle du gouvernement états-unien, réputée au niveau mondial, collabore avec l'Institut National de l'Aéro-spatial (INA) afin de mettre en place ensemble un programme spécifique appelé le "GCD" de la NASA ("Game Changing Development Program"). Ils ont publié des communiqués de presse décrivant un concours aux "Grandes Idées" novatrices. Cela demande la contribution à des concepts qui se confondent avec un paysage fantastique tout droit sorti d'une science fiction. En défiant les jeunes à "penser grand", la NASA espère évidement inspirer à une nouvelle génération de brillants scientifiques.

A travers le monde, la technologie continue de se développer à un niveau record. Par exemple, en 2015, des millions de personnes aux Etats-Unis ont tiré profit des communications de microstations terriennes de pointe. Des satellites transmettent des informations provenant d'Internet à travers des systèmes sans-fils pour permettre aux Fournisseurs de services Internet d'établir des Réseaux Privés Virtuels cryptés à travers le monde entier. Ces systèmes de satellite Internet s'avèrent utiles: ils fournissent le système vocal, la vidéo, le message-texte, parmi une longue gamme d'autres services à portée des personnes vivant dans des régions éloignées.

Du pont d'un bateau à un camp d'escalade situé dans une montagne isolée, chacun est désormais en mesure de rester connecté à Internet n'importe où sur terre. Les concours d'innovations du programme GCD de la NASA apparaissent-ils alors irréalistes face à l'expansion des nouvelles capacités de télécommunication? Probablement pas.

Le communiqué de presse de la NASA de septembre dernier solicite des idées novatrices déjà fondées pour générer un ascenseur utilisant les boucliers thermiques des engins spatiaux expansibles ou des systèmes aéroportés gonflables très rapides pour ralentir et déposer des charges conséquentes sur la surface de Mars. La nouvelle technologie, dite "HIAD", utilise un acronyme pour décrire le concept d'un "ralentisseur aérodynamique gonflable hypersonic". La NASA espère que quelques brillants étudiants ou diplomés fourniront des idées à l'organisme qui permettront à la NASA de développer de nouvelles technologies dans ce domaine pour faciliter l'exploration de la planète Mars. 

Picture1 How Young Minds Are Expanding and Furthering Space ExplorationImage tirée de Wikipedia 

En encourageant la créativité dans le domaine des sciences, la NASA contribue à la prochaine génération d'ingénieurs. Cela peut découler sur des avancées technologiques. 

Une insistance sur l'innovation

Picture2 How Young Minds Are Expanding and Furthering Space ExplorationImage du site Flickr

La NASA n'est pas la seule à porter le projet de l'exporation spatiale. Un nouveau programme phare européen a été formé par le Groupe Consultatif pour l'Espace (SAG) de la Commission Européenne en 2010. Le programme était un objectif politique de l'Union Européenne et il encourage des opérations concernant la recherche, le développement technologique et bien sûr l'exploration et l'exploitation de l'espace.

Le programme d'exploration spatiale européen Aurora émet également de pistes sur le chemin vers l'espace. L'objectif du programme Aurora était de mettre en oeuvre un plan pour l'exploration humaine et robotique du système solaire. Par ailleurs, l'Agence Spatiale Européenne (ASE) parraîne deux étudiants de ses états membres pour assister à un camp spatial à "Andoya Rocket Range" en Norvège. Les invités ont la chance de participer à la construction de A à Z des fusées sondes et à l'ingéniosité des plus grands scientifiques et chercheurs d'Europe.

Parmi la NASA et l'ASE, d'autres programmes tels que STARBASE (Académies de sciences et de technologie renforcant l'aviation et l'exploration spaciale), le Summer Bridge de l'Université de Radford, le "Challenger Learning Center" et d'autres universités ont des programmes mis en place pour à la fois unir et étendre les esprits de la nouvelle génération.

Avec des centres aux quatres coins du monde, "Challenger Learning Center" éclaire davantage l'éducation STME (Summer Bridge of Radford University). Ils se concentrent sur "les expériences éducatives dynamiques provenant des étudiants" pour aider à inspirer les générations futures des meneurs de STEM."

L'espoir porté par ces programmes et ses chances est de donner envie aux jeunes d'étudier le domaine spatial et de trouver ce que les anciennes générations n'ont pas pu atteindre.

Article traduit vers le français

here