[fre] Ce jeune duo de cyclistes entrepreneurs vous explique comment voyager à vélo à travers 5 pays en 15 jours

Article publié le 18 janvier 2017
Article publié le 18 janvier 2017

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Faites la rencontre d'Alifiya et Azubuike, qui ont sauté sur leurs vélos et sont partis cet été dans le cadre de leur projet, qu'ils ont intitulé « Distant Relatives Bike Tour » (« Le tour à vélo des parents éloignés »). Leur voyage long de 1 200 km a débuté en Allemagne, et s'est poursuivi jusqu'en Autriche, en Slovaquie, en Hongrie et en Roumanie, le tout en 15 jours.

Si vous êtes un jeune individu qui se surprend à rêver éveillé de voyages et de devenir son propre chef, voici une bonne dose d'inspiration. Faites la rencontre d'Alifiya et Azubuike, qui ont sauté sur leurs vélos et sont partis cet été dans le cadre de leur projet qu'ils ont intitulé « Distant Relatives Bike Tour ». Leur voyage long de 1 200 km a débuté en Allemagne, et s'est poursuivi jusqu'en Autriche, en Slovaquie, en Hongrie et en Roumanie, le tout en 15 jours.

Alifiya Mutater, 25 ans, est une Sri Lankaise d'origine indienne. Ayant dans la poche un diplôme d'ingénieur, spécialité génie mécanique, et un goût prononcé pour la créativité, elle a créé la communauté Colombo Design Market dans le but de connecter les esprits créatifs de toutes disciplines à un public plus large du Sri Lanka.

Azubuike Akunne, également âgé de 25 ans, est un Américain nigérien de première génération. Après avoir étudié la nutrition, il a combiné son amour pour le cyclisme et la bonne cuisine en créant Neu Bite, une initiative sociale basée à Chicago, qui propose une nourriture saine accessible aux cyclistes.

Q : Donnez-nous six raisons pour lesquelles les jeunes devraient voyager.

R : Alifiya et Azubuike:

Si nous devions lister les raisons principales, elles se résumeraient aux suivantes :

  • S'ouvrir à des cultures, des perspectives et des modes de vie différents ;

  • Repousser ses propres limites, se découvrir de nouvelles forces et prendre confiance en soi ;

  • Se couper de sa routine quotidienne en se libérant l'esprit, se focaliser sur ce qui a vraiment de l'importance et observer le monde avec une perspective nouvelle ;

  • Rencontrer de nouvelles personnes et franchir les barrières que le monde a tenté de placer devant vous !

  • Partager vos connaissances avec les personnes que vous rencontrez en chemin ;

  • Vivre de nouvelles expériences afin de mieux comprendre le monde et la société dans lesquels nous vivons.

Distant Relatives 1Q : Très souvent, les jeunes ne possèdent pas beaucoup d'argent, et pourtant ils rêvent de voyager. Un conseil pour les aider à concrétiser ce rêve ?

R : Alifiya : Dans le monde d'aujourd'hui, il existe un grand nombre de manières pour y arriver, et de nombreuses personnes sont là pour vous y aider. Trouver une meilleure excuse pour voyager rendra votre projet d'autant plus sérieux et donnera à ces personnes davantage de raisons pour vous venir en aide. Nous remercions toutes les personnes qui nous ont soutenus par le biais de notre campagne de financement communautaire et qui nous ont aidés avec l'équipement. Ce projet n'aurait certainement pas pu se réaliser sans leur aide. Il existe différentes manières de rendre le voyage plus simple et moins coûteux, comme par exemple travailler sur la route, écrire son blog, expérimenter le couchsurfing, le woofing, etc. Les programmes tels que « The Do School » sont également d'excellentes opportunités, vous donnant à la fois la chance d'étudier et de découvrir de nouveaux pays. De nos jours, il existe un tel nombre de possibilités qu'il vous est seulement demandé de devenir créatif, de mettre à profit vos compétences, et de ne pas laisser l'argent vous arrêter.

R : Azubuike : Honnêtement, vous n'avez pas besoin d'être riche pour mettre en place un voyage tel que le nôtre. Tout ce dont vous avez besoin c'est d'un vélo et d'un sac de couchage. J'ai déjà voyagé dans des conditions similaires avec seulement 50 $ pour deux semaines. Bien sûr, ça a été dur, mais c'était également très amusant ! Il faut arrêter de se dire qu'on ne peut pas voyager sans argent. Partez sur la route et faites-vous votre propre avis sur la question : vous en ressortirez plus fort !

Q : Comment l'idée de ce projet, « Distant Relatives », vous est-elle venue ?

R : Alifiya : Nous avons passé dix semaines dans un institut non-formel de formations pour entrepreneurs sociaux, le « The Do School », à Berlin (Allemagne). Nous y avons travaillé avec 16 autres membres venus de partout dans le monde. En dépit de nos contextes sociaux différents, nous avons été capables de nous comprendre à différents niveaux. Cette compréhension mutuelle nous a permis de saisir la réelle signification de l'expression « parents éloignés ». Après cette formation, nous avons souhaité voyager en Europe de manière significative, afin de rencontrer de nouvelles personnes et d'échanger véritablement. Tout en nous promenant à vélo à travers Berlin, nous en avons appris beaucoup sur la ville, et de manière agréable. De plus, Azubuike faisait déjà partie des adeptes du bikepacking. C'est donc comme ça que nous avons décidé de produire un documentaire relatant les histoires des personnes que nous avions rencontrées durant notre voyage à travers l'Europe de l'Est.

R : Azubuike : Pour être tout à fait honnête, Alifiya voulait au départ faire un voyage ennuyant à mourir en Europe de l'Ouest. Je lui ai donc dit que ce serait bien mieux de faire ce voyage à vélo. Nous étions tout fous à l'idée de pédaler jusqu'au Portugal, jusqu'au moment où nous nous sommes rendus compte de la distance en jeu. Nous avons alors décidé de prendre nos vélos seulement en Europe de l'Est. L'idée d'y aller ne m'était jamais venue, alors j'ai dit « pourquoi pas ! » Nous avons trouvé le nom de notre projet quand nous avons réalisé que nous connaissions tous deux l'album de Nas & Damien Marley, Distant Relatives. Quand j'y réfléchis, je ne suis pas certain qu'Alifiya ait réellement écouté l'album !

Q : Vous avez pédalé pendant 15 jours à travers cinq pays. Quels ont été les moments où vous vous êtes dit « waouh ! » ?

R : Alifiya : Il y en a trop ! Le fait que de parfaits inconnus nous aient laissé les clefs de leur appartement, qu'ils nous aient invités à rester pour la nuit alors qu'ils étaient de sortie à Vienne, en Autriche ! Le sentiment de sécurité que nous avons eu sur la route pendant ces 15 jours ; nous ne nous sommes jamais sentis menacés ou en danger, ce qui montre bien que l'idée de sécurité peut aller loin. Les paysages du Danube s'étendant sur des kilomètres, les Alpes Autrichiennes dans le fond, quelle vue incroyable ! Nous étions étonnés de voir à quel point les grandes marques de multinationales représentaient de vrais repères, quelle que soit la ville dans laquelle nous passions. Elles sont présentes partout.

R : Azubuike : Je suis d'accord avec Alifiya. Pour moi, c'était le plus gros point noir de notre voyage. En toute honnêteté, ça m'a rendu malade de m'apercevoir que ces entreprises se trouvent dans toutes les villes du monde, leur injectant ainsi leurs conneries. Nous étions bien contents de tomber sur un certain restaurant bien connu, lorsque nous étions à la recherche de Wi-fi, mais à part ça, c'était juste bizarre de regarder les gens rentrer dans ces lieux, conduisant ainsi leurs enfants dans les méandres de l'obésité et d'une mauvaise santé ; cela m'a réellement rendu furieux. Je ne suis pas sûr que nous, individus, comprenions vraiment ce que ces compagnies font à l'humanité. Elles essaient de se donner une image « standard » en essayant de s'adapter à différentes cultures.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la nature du voyage, rendez-vous sur :

Facebook – Distant Relatives Bike Tour

Vous pouvez également consulter la page Colombo Design Market, gérée par Alifiya Mutaher, et Neu Bite, administrée par Azubuike Akunne.

(Cette interview a été éditée et restructurée pour plus de clarté).

Auteur : Vandana K

Rédacteur en chef : Dimitar Chatleski

Article d'origine @mladiinfo.eu