Fou, fou, fou !

Article publié le 21 juin 2006
Article publié le 21 juin 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

L’Europe perd la tête. Je suis tombée récemment sur un blog britannique humoristique qui affirmait que l’actrice américaine Lindsay Lohan ressemblait à un gâteau aux fruits («looking like a fruitcake»). La pauvre fille y était jugée aussi tarée qu'un chapelier («mad as a hatter»). En même temps, cette starlette est probablement démente quelque soit la langue…En Allemagne, elle aurait été jugée folle comme mars : elle aurait eu un oiseau dans le ciboulot («einen Vogel haben») ou il lui manquerait quelques tasses dans le buffet («nicht mehr alle Tassen im Schrank haben»). En Angleterre, elle aurait eu des chauves-souris dans le clocher ou certains boulons desserrés («to have bats in the belfry» ou «a few screws loose»). Les Français, très au fait des questions mécaniques, disent qu’une personne est siphonnée voire timbrée. Les Polonais et Néerlandais associent eux clairement la folie à la menuiserie. A Varsovie, il lui aurait manquée une cinquième plinthe («brakuje ci pitej klepki»), tandis qu’à Amsterdam elle aurait été folle comme une porte («gek als een deur»). Plus au sud, la bizarrerie sera animale: un Italien est ainsi fou comme un cheval («pazzo come un cavallo»), un Catalan cinglé comme une chèvre («com una cabra») et un Espagnol comme un arrosoir («como una regadera»)…Se faire traiter de gâteau aux fruits, c’est peut-être la chose la moins désagréable que l’on puisse entendre si l’on perd la raison en Europe !