Film: "Mary" par Abel Ferrara

Article publié le 24 février 2008
Publié par la communauté
Article publié le 24 février 2008
Le film "Mary" d’Abel Ferraraté présenté mercredi dernier en première berlinoise par le magazine critic.de, même si dans d’autres pays, et notamment en France, ce film est déjà disponible en DVD. Cette projection est donc l’occasion de se plonger dans les méandres de la foi.
Film religieux ou film sur la religion, Mary s’inscrit clairement en réponse aux grosses productions controversées qu’ont été La Passion du Christ de Mel Gibson ou le Da Vinci Code de Ron Howard, adapté de Dan Brown.

par Sébastien Vannier

"Mary" est donc l’histoire de trois personnages qui se croisent et à la recherche de leur propre foi. Le personnage éponyme d’abord, Mary Palesi (jouée par Juliette Binoche), qui vient d’interpétrer le rôle de Marie-Madeleine, dans un film sur la vie de Jésus intitulé « Ceci est mon sang » du réalisateur Tony Childress (Mathew Modine). Mary est tellement habitée par le personnage qu’elle vient d’interpréter qu’elle décide d’abandonner sa carrière pour se rendre à Jérusalemn pour vivre cette foi nouvelle. Tony, le réalisateur, cherche à défendre son film à tout prix au nom de la liberté d’expression mais peine à défendre sa position. Enfin Ted Younger (Forest Whitaker), présentateur de télévision, anime une série d’émissions sur Jésus et, pour cette raison, cherche à contacter Tony et Mary. Lui aussi, tiraillé dans sa vie privée, cherche sa propre foi.

La bande annonce du film sur Youtube

(cliquez ici pour la version plus grande).

Dans "Mary", Abel Ferrara tente de présenter un spectre de points de vue sur la religion catholique, sur Jésus, sur Marie-Madeleine, en faisant intevenir, sur le mode du docu-fiction, des experts en théologie (notamment Jean-Yves Leloup). Le souci initial est donc l’objectivité face à la croyance, mais il n’est pas sûr qu’il s’y tienne au vu des dernières scènes où l’on sent les personnages principaux en phase de conversion. Les deux personnages masculins, Tony et Ted, peuvent faire figure de miroir d’Abel Ferrara lui-même. En utilisant un personnage de réalisateur présentant un film religieux, Ferrara utilise une mise en abîme pour réaliser partiellement un auto-portrait, même si il n’est pas flatteur. Ce personnage de Tony est également clairement identifiable, même du point de vue physique, à Mel Gibson. Mais Abel Ferrara pourrait également être Ted, ce journaliste en quête de vérité, qui ne sait pas. Torturé par ses pêchés, celui-ci se confesse face à Dieu suite à un drame dans sa vie privée, la naissance prématurée de son fils alors qu’il trompe sa femme (Heather Graham).

Mais même si ce n’est pas elle qu’on voit le plus à l’écran, c’est bien Mary qui domine de sa présence. Son acte soudain de conversion étant présenté comme la meilleure voie à suivre. Abel Ferrara, à travers les experts interviewés, revient d’ailleurs longuement sur le rôle véritable qu’a joué Marie-Madeleine auprès de Jésus, révélé par la découverte de son Evangile apocryphe en 1945 en Egypte. Ni prostituée, ni amante de Jésus, elle aurait été une de ses principales disciples.

Pour ce qui est de la mise en scène, Abel Ferrara s’applique à faire entrer en collision des lieux et des instants différents. Les scènes du film en tournage et la réalité, par exemple. Mary se confond avec Marie-Madeleine. En rêve d’abord puis de façon de plus en plus indisctincte . New York, où se trouvent Ted et Tony, et le Proche-Orient de Marie. Ainsi, dans le studio de télévision tournent en boucle des images du confilt israëlo-palestinien, notamment cette image qui a fait le tour du monde d’un père et de son fils pris entre deux feux, reflétant le choc qu’aura Ted à la naissance de son propre fils. Ce sont les moyens de communication qui font le pont entre ces deux mondes : la télévision sans cesse allumées, les téléphones, notamment celui utilisé pour joindre Marie pendant l’émission de télévision. Ce téléphone est au centre de tous les regards et la voix de Marie arrive, comme venue du ciel.

Mary

Réalisation : Abel Ferrara. Avec Forest Whitaker, Juliette Binoche, Matthew Modine, heather Graham et la participation de Marion Cotillard. USA-Italie-France, 2005. Nouvelle projection le dimanche 24 février à 18h à Babylon Mitte