Festivals pour les nuls : kit de survie

Article publié le 20 juin 2016
Article publié le 20 juin 2016

Dour, Couleur Café, le BSF, les Ardentes, Esperanzah, Pukkelpop… La saison des festivals approche tranquillement, et que ce soit en Belgique ou ailleurs, et il existe probablement une programmation qui vous fait rêver. Votre pass en poche, vous attendez l’heure avec la boule au ventre, un sentiment comparable à un premier rendez-vous.

Le festival, c’est un week-end dans une autre dimension. Un genre de village où personne ne se connaît mais où tout le monde se comprend. Cette liste est d’abord réalisée à l’attention de celles et ceux qui s’apprête à se lancer pour la première fois dans la grande aventure des festivals estivaux, mais elle est également valable pour tout autre festival offrant l’immersion intégrale, avec camping pour la nuit. Elle est évidemment modulable à souhait !

Les « must have »

La tente est évidemment un essentiel si vous décidez de vivre le festival de la première à la dernière minute. Ce sera votre maison, votre cocon ou même votre refuge pour ces quelques jours. Bien sûr il vous faudra un matelas ou un tapis de sol, à ne pas oublier de coupler avec l’indispensable sac de couchage. Si vous avez décidé d’opter pour le festival entre amis l’idée peut être de mutualiser : qui amène quoi ? ‘Toi tu prends le matelas, moi je prends la tente’, etc. Technique garantie 100% efficace pour construire le fameux « Esprit festoche ».

De la crème solaire, et waterproof ! Et oui, l’essentiel des problèmes traités par la Croix Rouge en festival (au-delà des gros buveurs) ce sont les insolations et les brûlures. Même si les prévisions météorologiques ne prévoient pas que tu puisses rentrer avec le plus beau des bronzages, et que la Belgique est plus réputée pour sa pluie que pour son soleil de plomb, comme on dit : il vaut mieux prévenir que guérir.

Les pratiques

Peu importe la météo, on privilégie les vêtements qui se superposent. Se changer cinq fois par jours et faire d’autant plus d’aller retour à la tente (comment ça, vous l’avez posée à l’autre bout du camping ?) va vite devenir un réel problème. Et faisons face à la réalité : vous navez ni les moyens, ni le budget de Kate Moss à Glastonbury.

C’est un festival, les douches sont rares et prisées. Il faudra plus aviser avec le look The Walking Dead qu’un défilé Victoria’s Secret : les bottes en caoutchouc ou les chaussures résistantes sont les « fashion-it » de la saison ainsi que les vêtements de pluie, peu importe la place que cela prendra dans votre sac ou les prévisions. Et bien évidemment, des sous-vêtements et des chaussettes. La seule chose à prendre « comme si tu partais en vrai week-end », soit autant que le nombre de jours de festival.

Côté hygiène, car oui, c’est aussi possible en festival : la lingette deviendra votre meilleure amie, et si elle est biodégradable, elle le sera aussi pour l’environnement ! Du gel désinfectant pour les mains : à alterner avec les lingettes, et très utile en cas de petit bobo à désinfecter. Les bouchons d’oreilles, est-il encore nécessaire de les justifier ? Et bien sûr les basiques : brosse à dents et dentifrice, brosse à cheveux, shampoing et savon en format voyage et/ou solide ! Mais surtout, celui qui remporte tous les ans la palme du « truc que l’on n’aurait jamais pensé oublier » : le papier toilette (Bear Grylls lui-même n’y aurait pas pensé) ! Et son usage sera multiple.

Un petit kit de soins pourra sûrement être le bienvenu, rien de très poussé : pansements, baume pour les piqûres d’insectes, paracétamol etc. Sauf en cas de besoin particuliers du type allergie ou asthme ! En cas de gros pépin, les stands et camions de la Croix Rouge sont vos amis !

Et on mange quoi ?

La nourriture est souvent sujet de grands dilemmes en festival. Premièrement, tout le monde ne peut pas ou ne possède pas une glacière pour conserver au mieux les aliments. Et deuxièmement, les stands qui proposent de la nourriture ne ménageront pas les comptes bancaires, même si tout le monde finit par y passer tôt ou tard.

C’est à chacun de prévoir au mieux selon le mode de transport, l’équipement, le budget, l’hébergement et les besoins spécifiques. Il faudra privilégier les aliments secs (biscuits, brioches, crudités, chips) et pour les boissons, on privilégiera une grande bouteille d’eau à remplir au besoin (en plus de toute autre boisson plus ou moins alcoolisée au choix)

Vous voilà parés ! Bons festivals ! Et surtout, on n’oublie pas son pass… !

__

Cet article a été rédigé dans le cadre du concours pour le Dour Festival.