Festival de Villerupt : Viva il cine italiano !

Article publié le 26 novembre 2008
Publié par la communauté
Article publié le 26 novembre 2008
festival film italien villeruptVillerupt, petite commune du nord-est de la France, célèbre chaque année le cinéma italien. Pour sa 31ème édition, le Festival du film italien de Villerupt a rendu hommage aux compositeurs de musique de films et consacré un cinéma contemporain ancré dans le réel. Le succès populaire incontestable de cet événement est un modèle de coopération européenne au niveau culturel.

Affiche réalisée par Gian Alfonso Pacinotti

Festival du film italien de Villerupt : l’Italie au cœur

La première chose que l’on remarque lorsqu’on approche de Villerupt est le paysage alentour marqué par le passé industriel de la région. La cité est située au cœur du bassin sidérurgique lorrain. Cette terre riche en minerais attira, entre 1870 et 1914, au plus fort de son essor économique, de nombreux travailleurs immigrés principalement italiens. Ce sont les descendants de ses déracinés, passionnés de cinéma, qui décidèrent en 1976 de créer un festival, à la fois pour célébrer la culture italienne mais également pour la faire connaître aux nouvelles générations. L’objectif originel est plus qu’atteint, le festival a fêté cette année sa 31ème bougie; Il est, avec Annecy, le festival français consacré au cinéma italien le plus important en terme de films proposés (environ 70 chaque année), de fréquentation (entre 30 et 35 000 spectateurs) et de personnalités invitées.  Le festival de Villerupt se distingue des autres festivals par l’ambiance qui y règne. L’armée de bénévoles qui s’active au bon fonctionnement de la manifestation constitue l’âme du festival. Une centaine de personnes issues de la localité et des alentours se dévoue chaque année avec plaisir. Ils sont traducteurs et accompagnent les artistes invités, gèrent la restauration, les animations, les ventes de DVD et affiches, sont projectionnistes ou accueillent le public dans les salles. Le public est également très impliqué, il suffit d’assister aux débats post-projection, souvent très vivants, pour le constater. Les personnalités du cinéma italien présentes sont à chaque fois très émues en découvrant cette petite Italie; ils restent d’ailleurs très fidèles au rendez-vous et reviennent fréquemment présenter leurs œuvres.

Villerupt récompense des films s’inscrivant dans la tradition de la comédie italienne

Cette année, le Festival a souhaité rendre hommage aux compositeurs des musiques de films; c’est dans ce cadre qu’il a invité pour un concert exceptionnel, Nicola Piovani, oscarisé pour la bande originale de La vita è bella de Roberto Benigni, mais aussi compositeur pour Federico Fellini (Ginger et Fred, Intervista) ou encore Nanni Moretti (La stanza del figlio). Le programme de la rétrospective consacrée aux « Maestri » était d’ailleurs assez remarquable avec, entre autres : Il Buono, Il Brutto e Il Cattivo de Sergio Leone (1966), Il Postino de Michael Radford (1994), La Strada de Federico Fellini (1954), La Vita è Bella (1998) ou encore Nuovo cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore (1988). Deux autres catégories complètent la rétrospective; elles proposent une sélection des meilleurs films issus de la production italienne actuelle : la compétition officielle et le panorama. On y retrouve les dernières productions de valeurs sûres telles que Cristina Comencini, Pupi Avati, Giuseppe Tornatore ou Marco Tullio Giordana, des films dont on a beaucoup entendu parler dernièrement : Il Divo de Paolo Sorrentino et Gomorra de Matteo Garrone ainsi que des premiers films pleins de promesses. Cette année, c’est le film Mar Nero de Federico Bondi qui a été le plus récompensé avec deux prix : celui du jury jeune et celui du jury cinéma.

mar nero Mar Nero raconte la relation émouvante entre une jeune roumaine ayant quitté son pays pour travailler et la vieille dame malade et caractérielle dont elle est aide à domicile. Le jury presse a récompensé le film Pranzo di Ferragosto (Le repas du 15 août) de Gianni Di Gregorio. Ce film tendre et intelligent relate un repas du 15 août pas facile à gérer pour un homme chargé de s’occuper de 5 grands-mères en même temps. Le public a célébré une comédie romantique, Amore, bugie e calcetto (Amour, mensonges et ballon rond) de Luca Lucini (2008). Le palmarès du festival montre que le cinéma italien ne traite pas que de mafia ou de politique, comme peut le laisser penser les films distribués en France, mais qu’il produit également de nombreuses oeuvres de qualité (comédies, drames) traitant du quotidien des italiens. Le festival offre une fenêtre à ce cinéma qui passe rarement les frontières.

Mar Nero

Le festival de Villerupt à la fois bénéficiaire et dépendant de la coopération européenne

Le festival s’est au fil des années étendu naturellement par-delà la frontière avec le Luxembourg. Aujourd’hui, le festival y bénéficie de structures mises à disposition par la ville de Esch-sur-Alzette et celle de Luxembourg. Le festival diffuse environ 70 films en version originale sous-titrée. Or, seulement 10% des films proposés pendant le festival sont distribués en France, ainsi 90% des films restent à sous-titrer. Cela représente environ 100 000 euros de budget jusqu’alors pris entièrement en charge par Filmitalia (organisme chargé de la promotion du cinéma italien à l’étranger). L’organisme a été récemment rattaché à Cinecittà Holding qui a décidé de couper les crédits au sous-titrage français. Après négociation, la société a finalement décidé de le financer à hauteur de 50%, le reste étant à la charge des producteurs. Cependant, l’organisation du festival a tout de même dû investir 20 000 euros de sa poche dans le sous-titrage. Les organisateurs sont inquiets pour le futur, car, sans l’apport de nouveaux soutiens financiers, il va devenir difficile de faire perdurer le festival. Dans un contexte économique rude, avec des frais de sous-titrage à ajouter dans le budget de l’année prochaine, les organisateurs comptent plus que jamais sur le soutien du public pour faire perdurer cette manifestation exceptionnelle pour la région.

Festival du film italien de Villerupt

Thibaud SIMON