Federica Arcibuono, la traductrice du mois

Article publié le 11 juin 2015
Article publié le 11 juin 2015

Federica, notre traductrice du mois, est une inconditionelle de l'Espagne et des bons plats. Elle s'identifie avec les histoires des chasseurs de jobs et s'est lancée à corps perdu dans la traduction des nombreux épisodes de notre série sur le chômage des jeunes en Europe. Comment ne pas la remercier.

cafébabel : Décris-toi en trois mots.

Federica Arcibuono : Têtue, sensible et bonne fourchette !

cafébabel:   Que fais-tu dans la vie ? Tu travailles, tu étudies ?

Federica : La recherche d'un emploi, ça compte comme activité ? Je plaisante, j'ai terminé mon Master 2 de Langues pour la Communication en entreprise et Organisations Internationales en décembre dernier, et là j'attends LE miracle pour trouver un emploi, mais étant donné la période que nous traversons, cela me semble difficile… Entretemps je lis, je regarde des films, je traduis quelques articles sur votre site, et je me dédie à la création de bijoux faits maison, avec du fil et de la fantaisie ! (Qui est intéressé peut voir ici ce que je fais !) 

cafébabel : Quel est ton plat favori?

Federica : Franchement, je n'en ai pas un en particulier, je mange de tout (et ça se voit !), et j'aime aussi beaucoup cuisiner ! La dernière chose que j'ai préparé sont de délicieuses et moelleuses magdalenas espagnoles, et, en bonne sicilienne que je suis, des arancini !

cafébabel : Quelle est ta nationalité européenne favorite ?

Federica : Instinctivement, je dirais espagnole. Je crois qu'en grande partie ce soit dû au fait que j'y ai effectué mon Erasmus (expérience dont je me souviendrais toujours, parmi les meilleurs de ma vie) et un stage en entreprise. À chaque occasion j'ai pu rencontrer des gens merveilleux et de profiter de la qualité de vie, qui bien que semblable à celle en Italie, a quelque chose de différent ! Disons que c'est dans ce beau pays que j'ai laissé une partie de mon cœur…

cafébabel : Quand as-tu traduit pour la première fois pour cafébabel ?

Federica : Le 8 avril, un article sur le festival du Swing à Séville (toujours l'Espagne!).

cafébabel : Quel est le rêve le plus fou que tu aies réalisé ?

Federica : Le rêve ? J'aimerais dire en n'avoir fait qu'un seul mais mon cerveau s'amuse à en créer d'extravagants et absurdes toutes les nuits. Des rêves qui selon moi seraient digne d'un Oscar pour la catégorie « prix du meilleur réalisateur pour les rêves ». Celui dont je me souviens le plus, je l'ai fait pendant mon Erasmus, il y a quelques années. J'ai rêvé d'un village (dont j'ignorais le nom, ni le lieu et que je n'avais jamais vu de ma vie), avec ses habitants, des détails précis. Je me souviens de ce que je dis alors à l'amie qui était avec moi. Après une semaine, cette amie et moi avons visité un village : il s'avéra être le même que celui que j'avais vu en rêve, identique dans les moindres détails, et j'ai répété les mots que j'avais dit après mon rêve. Ce fut un expérience « dérangeante » !

cafébabel : En un mot, que représente cafébabel pour toi?

Federica : Espace.

cafébabel : Si tu devais choisir une section, un article, et un auteur préféré de cafébabel, quels seraient-ils?

Federica : Je ne crois pas avoir encore découvert toutes les sections et tous les auteurs ce vaste magazine, donc je ne suis pas en mesure de choisir un favori. Dernièrement je traduis de l'anglais une série d'articles dédiés au monde du travail, écrit par Anna Patton et Lorelei Mihala, et j'avoue que ça m'a parlé depuis le tout premier chapitre, parce qu'elles dressaient un tableau véridique de la situation occupationnelle (et non occupationnelle) des jeunes en Europe actuellement.

cafébabel : Quelle est la chose plus stupide que tu aies jamais fait?

Federica : Honnêtement je ne sais pas… rien ne me vient à l'esprit, mais j'ai dû en faire plusieurs.

cafébabel : Quel est le plus bel endroit que tu aies visité en Europe ? Et pourquoi est-ce le meilleur ?

Federica : Peut-être la Croatie, parce que j'ai trouvé un équilibre entre nature et établissements humains, entre ancien et nouveau, qui m'a beaucoup plu, bien que sincèrement, pour la nourriture, je ne la conseille à personne. Mais l'Europe est belle dans son intégralité, il suffit d'avoir envie de la découvrir…

cafébabel: Quelle ville européenne voudrais-tu visiter et pourquoi?

Federica : Il y en a tant, mais je crois qu'en premier j'aimerais visiter Vienne et Salzbourg. Pourquoi ? D'abord parce que ce sont respectivement le lieu de naissance et le lieu de décès d'un de mes compositeurs favoris : Wolfgang Amadeus Mozart (eh oui, j'ai 25 ans et j'aime l'opéra). Ensuite parce que j'en ai toujours entendu parler en bien, et donc je suis curieuse de voir si ce que l'on dit est vrai.

cafébabel : Que signifie l'Europe pour toi?

Federica Arcibuono : Question complexe ! L'Europe est un concept en soi compliqué, car il requiert une unité géographique, culturelle, monétaire etc… qui, dans les faits n'existe pas. Chaque pays garde intact sa manière de faire : qui avait des difficulté avant la formation de l'Union européenne, continue à aller mal de nos jours. Qui allait bien, va toujours bien. La naissance de l'euro semblait apporter on ne sait quels bénéfices et changements, et concrètement ça n'a fait qu'empirer les choses… Je ne suis pas capable, ni ais-je envie, de faire des discours politiques, je m'arrête donc là. Je dis juste que j'aurais aimé que l'union dont nous parlons ne soit pas qu'un beau projet théorique.

Consulter : le profil de Federica sur cafébabel.