Faites confiance aux chiffres et devenez un consommateur d'énergie intelligent

Article publié le 22 juin 2016
Article publié le 22 juin 2016

Lors de la Semaine Européenne de l'Energie Durable, cafébabel a rencontré Monique Goyens, Directrice du Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC). Nous avons échangé sur la manière dont les consommateurs peuvent s'engager dans la transition énergétique et sur les possibles défis qui seront à relever. 

Cafébabel : Aujourd'hui, tout le monde parle de transition énergétique en Europe. Comment les consommateurs peuvent-ils y contribuer ?

Monique Goyens (BEUC) : Tout d'abord, laissez-moi vous expliquer ce qu'est la transition énergétique. Elle consiste essentiellement à faire deux choses : utiliser des sources d'énergie plus décentralisées et mettre en place des réseaux, des compteurs et des appareils plus intelligents dans notre système énergétique.

En réalité, les consommateurs sont déjà engagés dans la transition énergétique européenne : ils achètent des appareils plus performants, ils installent des panneaux solaires chez eux, etc... c'est pourquoi il est important d'avoir un cadre politique approprié, pour encourager ce qui est déjà en train de se passer. 

Mais qu'en est-il de la précarité énergétique ?

Ça, c'est un autre sujet. Et bien tout d'abord, la précarité énergétique ne peut pas être gérée au niveau de l'Union européenne. Elle doit être prise en charge par les Etats membres à travers un ensemble de politiques sociales.

Par ailleurs, il n'existe pas de définition claire de la précarité énergétique : elle peut toucher des personnes vulnérables, des personnes démunies , etc... qui ont toutes besoin d'une protection particulière.

On pense généralement que les appareils intelligents, leur interconnexion et ce genre de choses entraîneront une baisse de la consommation d'énergie. Mais les personnes en situation de précarité énergétique n'en auront pas les moyens. C'est la raison pour laquelle elles (les personnes en situation de précarité énergétique, ndlr) ne doivent pas faire l'objet de discrimination sous prétexte qu'elles ne peuvent pas se permettre de consommer intelligent.

L'un des sujets clés cette année est le fait d'être « prosommateur ». Qu'est-ce qu'un prosommateur pour vous et quelle est la différence avec un consommateur ?

Comme nous l'avons dit, les consommateurs participent déjà au système énergétique, et ce phénomène devrait être davantage encouragé. Jusqu'à présent, les producteurs ont été réticents à l'idée d'investir pour les prosommateurs.

Les prosommateurs sont ceux qui s'engagent de façon active dans le système énergétique en produisant leur propre énergie. Mais ils ont besoin d'un certain retour sur investissement. C'est pourquoi il est fondamental d'obtenir pour les prosommateurs un soutien suffisant de la part des décideurs politiques, et de s'assurer d'autre part que ceux qui ne peuvent pas participer au système ne sont victimes d'aucune discrimination.

L'engagement des consommateurs dans le système énergétique doit être sécurisé et récompensé grâce à un cadre politique et réglementaire solide, car les investissements réalisés par les prosommateurs contribuent à la décarbonisation globale de notre système. Parallèlement, ceux qui ne veulent pas ou n'ont pas les moyens d'être prosommateurs doivent être également protégés.

A propos des prosommateurs, on parle aussi beaucoup cette année des compteurs intelligents, des réseaux intelligents, des appareils intelligents, des maisons intelligentes, des villes intelligentes : que signifie tout ceci ?

Ce sont les mots à la mode en ce moment, c'est vrai, et ils peuvent avoir plusieurs sens. Mais tous supposent un lien entre un appareil et un logiciel, à travers une certaine forme de connexion numérique.

Ainsi, les appareils intelligents sont connectés à d'autres sources d'informations et de données. Cela peut également vous permettre, par exemple, de mettre votre chauffage en route avant de rentrer chez vous, de telle sorte que quand vous arrivez, votre maison est déjà à bonne température.

Les villes intelligentes entendent explorer tout le potentiel de la transition énergétique, en étudiant les infrastructures et les avantages que la ville peut offrir à ses citoyens. Les villes et les municipalités ont un rôle important à jouer, parce qu'elles peuvent être également des agrégateurs d'énergie.

Il faut garder à l'esprit un certain nombre d'enjeux majeurs : les consommateurs doivent avoir le choix de ne pas consommer intelligent, les consommateurs qui n'ont pas les moyens de prendre part à l'énergie intelligente ne doivent pas subir de discrimination, et si les consommateurs choisissent de s'engager, leurs données doivent être protégées.

I

J'allais vous demander quelle sorte de défis voyez-vous émerger dans le domaine de l'énergie intelligente concernant la protection des données des consommateurs...

Et bien comme vous pouvez le voir, une maison intelligente va produire un grand nombre de données, portant sur la manière dont vous utilisez votre réfrigérateur, votre douche, votre machine à laver, votre lave-vaisselle... tout ce qui a trait à votre consommation d'énergie. Mais que va-t-il advenir de toutes ces données quand vous déménagerez ?

Cela représente bien sûr un changement considérable dans notre système car beaucoup de données vont circuler. Les institutions européennes sont tout à fait conscientes de ce problème. De toute façon, la numérisation est incontournable dans tous les secteurs aujourd'hui, il faudra donc faire face à cette problématique. La question qui se pose est plutôt de savoir comment imposer les règles sur la protection des données, et comment fixer des limites à la production de données issues de l'énergie intelligente. Nous avons besoin d'un discours politique clair qui nous dise quelles données sont nécessaires ou pas dans ce contexte.

Avant toute chose, un conseil simple pour mettre en place une maison intelligente, quand on ne connaît rien à l'énergie intelligente ?

Et bien dans ce cas, on doit d'abord s'intéresser à sa performance énergétique. On peut commencer par remplacer ses ampoules par des LED (diodes électroluminescentes, ndlr). C'est facile, vous n'avez pas à diffuser vos données et vous économisez beaucoup d'argent.

Ensuite vous pouvez aussi vous engager en faisant preuve de souplesse dans la gestion active de la demande, ce qui veut dire que vous ajustez votre consommation d'énergie de telle sorte à utiliser l'énergie lorsque les prix sont bas. Mais il est vrai que dans ce cas il vous faut un appareil intelligent.

Ou bien vous pouvez vous lancer dans l'énergie solaire, ce qui demande aussi d'investir au départ dans un panneau solaire.

Donc pour résumer, la chose la plus facile à faire est sans aucun doute de remplacer les appareils que vous avez chez vous par d'autres affichant une meilleure efficacité énergétique. A ce propos, l'achat groupé de lampes LED peut être une bonne idée.

Les consommateurs ont besoin d'avoir accès à des informations plus claires sur l'efficacité énergétique, mais également sur les critères d'éco-conception des produits, et sur l'électricité verte.

Alors si vous deviez donner à un jeune consommateur européen 3 raisons de devenir un consommateur d'énergie plus souple, plus intelligent et plus engagé - ou encore mieux un prosommateur - quelles raisons lui donneriez-vous ?

D'abord je lui dirais : fiez-vous tout simplement aux chiffres. Les économies réalisées sont le facteur numéro 1 : la transition énergétique vous permettra de réduire vos factures d'énergie, grâce à la gestion active de la demande et à tout ce que je viens de mentionner.

Ensuite je parlerais environnement et santé : la transition énergétique vise au départ à réduire les émissions de CO2, à se débarrasser des centrales nucléaires, etc...

Et enfin : en contribuant à la sécurité énergétique, nous aurons moins besoin d'importer auprès de pays qui ne forcent pas nécessairement notre admiration, et nous serons capables d'éviter les pannes de courant électrique.

Si vous ne l'avez pas encore fait... Quand pensez-vous acheter votre premier véhicule électrique ?

Je n'en ai pas encore mais j'en achèterai un dès que je saurai qu'il y a partout des stations électriques pour le recharger. Il faut que les véhicules électriques disposent d'un cadre adéquat.

Dans ce sens, ce que fait Tesla est un énorme bouleversement. Ils travaillent sur le stockage de notre électricité : l'électricité que vous produisez en tant que consommateur en utilisant des piles que vous avez installées dans votre maison. Le stockage de l'électricité rendrait le système moins instable et rassurerait les consommateurs.

Pour conclure sur les véhicules électriques, les Etats-Unis sont en train de déployer actuellement un grand nombre de véhicules électriques moins chers. Il y a une demande de la part des consommateurs et un marché, alors ça va fonctionner.

__

Cet article a été écrit dans le cadre du partenariat médias de cafébabel Bruxelles avec la Semaine Européenne de l'Energie Durable