Exquise extase

Article publié le 29 septembre 2007
Article publié le 29 septembre 2007
Après la démocratie et le journalisme, voici venu le temps du sexe participatif. 'Beautifulagony.com', qualifié de 'site le plus bandant' du web par les Inrocks, propose une galerie de vidéos de jeunes inconnus des deux sexes se livrant à quelque activité masturbatoire.

Après la démocratie et le journalisme, voici venu le temps du sexe participatif. 'Beautifulagony.com', qualifié de 'site le plus bandant' du web par les Inrocks, propose une galerie de vidéos de jeunes inconnus des deux sexes se livrant à quelque activité masturbatoire. Foin des pénis hypertrophiés et autres nus monts de vénus, ce site australien ne montre rien si ce n'est la frimousse, concentrée puis enchantée, des onanistes anonymes. Certains exhibitionnistes se filment eux-mêmes, d'autres choisissent un partenaire compatissant pour immortaliser, en plan fixe, toutes les facettes de leur 'petite mort'.

« Combien de pornos devez-vous regarder avant de vous ennuyer ? », s'est ainsi demandé son fondateur, le voyeur-visionnaire Richards Lawrence, avant de lancer son concept en 2004. Beautifulagony.com, poétiquement 'dédié à la beauté de l'orgasme humain' entend ainsi incarner un nouveau X, visuel mais conceptuel. « Dans la perte de contrôle engendrée par l'orgasme, les gens sont vraiment nus », justifiait encore Lawrence dans une interview à un blog.

Le critère de sélection des courts métrages ? La « réalité ». Près de la moitié des vidéos soumises des quatre coins du globe sont refusées car trop 'dénudées' ou 'mal cadrées' et curieusement, les femmes sont plus enclines à jouer le jeu que leurs alter egos masculins. Mi-porno, mi-arty, l'initiative n'omet pas pour autant le tiroir-caisse. L'abonnement pour visionner ces Narcisses de la masturbation ou être à jour sur les dernières 'agonies' coûte 10 dollars par mois. Les initiés peuvent eux se procurer boules de geisha ou tee-shirts communautaires, voire échanger leurs 'confessions' sur des forums.

L'amateur, blasé et fortuné, n'a plus que l'embarras du choix parmi ce trombinoscope animé de milliers de faciès en pleine extase solitaire. Et comme le site figure parmi les plus fréquentés du web, il est aussi possible d'y retrouver des amis ou voisins : un véritable Facebook de la branlette en somme.