Expo2015 à Milan : l'exploitation universelle 

Article publié le 4 avril 2015
Article publié le 4 avril 2015

Ironie du sort ou acharnement thérapeutique planifié, la grande exposition milanaise sera malgré elle le 1er mai prochain plus encline à célébrer le modèle social de la précarité que fêter les droits des travailleurs italiens.

L’inauguration d’Expo Milan 2015 approche à grands pas. Une inauguration qui commence par des chiffres à la hauteur de l'évènement international : un coût total de 1,35 milliards d’euros, une zone d’exposition de 1,1 millions mètres carrés, plus de 140 pays et organisations internationales impliqués, 184 jours de foire et évènements, plus de 20 millions de visiteurs attendus, 7 500 bénévoles et 1 millions et 154 000 euros destinés – ceux sont des nouvelles récentes – aux « préparations de coulisses de camouflage » qui serviront à cacher les œuvres non terminées aux visiteurs.

À ces chiffres, s’ajoute un thème suggestif dont la devise très éthique – « Nourrir la planète, énergie pour la vie » - est véhiculée par des sponsors controversés (Coca Cola et Mc Donald’s), des scandales de corruption, des retards de différente nature dans la livraison des ouvrages et des employés voués à la précarité.

Dans un pays avec un taux de chômage chez les jeunes avoisinant 40%, le bilan de profit généré par l’Expo en termes de travail est en effet particulièrement lourd. La promesse de création de milliers d’emplois que l’évènement aurait dû engendrer n’a pas été tenue. Expo 2015 aura finalement généré peu de boulots (dans le meilleur des cas précaires, dans le pire gratuits) et beaucoup d'interrogations.

Travaille (gratos) avec nous 

« Cultive ta personnalité, partage tes intérêts, deviens protagoniste d’Expo Milan 2015, l’évènement qui va captiver l’attention du monde sur Milan et sur l’Italie pendant 184 jours. Un évènement qui est également une opportunité de croissance professionnelle et de formation », peut-on lire sur la page officielle de l’Expo, section « Travaille avec nous »

Les opérations sont gérées par Ciessevi (Centre services pour le bénévolat de la ville métropolitaine de Milan) et par Csvnet (Coordination Nationale des Centres de service pour le Bénévolat). La société Expo 2015 Spa déclare que le programme bénévole est : « le vrai réseau social de l’année ». Un évènement capable de faire de l’exposition internationale une manifestation citoyenne et participative qui serait investie du « mandat d’impliquer les citoyens en garantissant la participation active notamment grâce aux formes de bénévolat. Tout citoyen et les Associations de Bénévolat sont les protagonistes de ce Programme et c’est pour cela qu’Expo Milan 2015 souhaite impliquer dès le début les organisations et offrir à tous l’occasion de se porter candidat. Le réseau des Centres Service pour le Bénévolat est à nos côtés dans cette aventure », peut-on lire à nouveau sur le site officiel.

La campagne de recrutement d’Expo 2015, se base sur un présumé sentiment d’appartenance à une jeune communauté, internationale, dynamique, et serait donc en mesure de répondre à une mission collective porteuse de valeurs et qui semblerait convaincante. « Rejoins l’équipe composée par des professionnels et managers ayant une  expérience nationale et internationale, ils affrontent tous le même défi : créer une valeur pour notre communauté, notre système, notre pays et pour toute la planète ! » Mais est-ce que ça fonctionne vraiment ?

Voici un portrait-robot du bénévolat moyen qui aurait selon Vita no profit, adhéré au projet Expo : « Jeune, ayant aux alentours de 27 ans, italien et avec en poche une licence ou un baccalauréat et faisant le plus souvent sa première expérience dans le monde du bénévolat ». Une chose est sûre : les visages souriants qui ouvrent la campagne de recrutement en ligne de la société Expo Spa cachent une réalité nettement moins drôle, celle du travail gratuit.

La bataille des chiffres

Faisons une petite précision. Le recours à l’emploi de bénévoles est réglementé par l’entente sur le travail elle-même scellée le 23 juillet 2013 entre les syndicats confédéraux (CGIL Confédération générale italienne du travail, Cisl Confédérations italienne des syndicats de travailleurs, et Uil Confédération italienne du travail), la Commune de Milan et la société Expo.

Cet accord prévoyait un millier d’apprentis (pour une durée de 7 à 12 mois), 350 travailleurs de moins de 25 ans suivant une formation au terme de laquelle ils obtiendront leur statut d'opérateurs, spécialistes ou techniciens de gestion, 300 travailleurs avec un contrat à durée déterminée pour des missions de soutien et secrétariat, 195 stagiaires (avec le remboursement des dépenses au net de 516 euros par mois) et le recours à 18 500 bénévoles. L’accord prévoyait également que ces derniers, qui ne se verront rembourser aucune dépense (hormis des tickets restaurant), seraient divisés en groupe de 500 employés pour cinq heures de travail par jour et répartis dans le temps de façon à couvrir toute la durée de l’évènement.

La société Expo spa n’est pas une entreprise solidaire. Comment justifier d’avoir recours à un nombre aussi élevé de travailleurs bénévoles ? Ce n’est pas chose facile, surtout si l’on considère le déséquilibre frappant entre les travailleurs sous contrat, et donc rémunéré et ceux « bénévoles » employés à titre gratuit pour l’exposition.

Le nombre de bénévoles sera ensuite petit à petit drastiquement réduit, plus de la moitié jusqu’à arriver à 7 500 bénévoles, sélectionnés ou à sélectionner parmi près de 12 000 aspirants qui opéreront pour l’Exposition universelle de Milan « Depuis le compte Twitter officiel Expo 2015 on assure que le nombre de bénévoles a été réduit à 10 000, dont 7 000  seront employés pour 14 jours. La raison de la réduction des chiffres n’a pas été expliquée, on craint probablement que les bénévoles appelés à travailler gratuitement  ne répondent pas avec l’enthousiasme souhaité au départ », écrivait ironiquement Roberto Ciccarelli dans le quotidien Manifesto du 29 mai 2014.

Des jeunes contres des millionnaires 

Les scandales de corruption, les saisies et les accusations – très graves – d’infiltration de la 'Ndrangheta (la mafia) ne suffiront pas à dégrader l’image de l’Expo milanaise. La société Expo 2015 est aujourd’hui accusée de violation de la loi cadre de 1991 sur le bénévolat et d'une autre qui interdit l’interposition illicite de main d’œuvre.

Le Forum droit du Travail, une association ayant son siège à Rome enquête sur la question et a intenté une action en justice, elle dénonce à haute voix l’entente intersyndicale du 23 juillet 2013 : « L’incroyable accord syndical souscrit par la Cgil, Cisl, Uil viole les lois et les contrats sur les aspects salarial, réglementaire, contributif, et celui de la sécurité du travail ».

Dans un climat social sous tension, des associations, des militants, des initiatives personnelles et collectives, des pages Facebook, des hashtag de toutes sortes : #‎iononlavorogratisperexpo, (#‎ijenetravaillepasgratispourepo) #NOEXPO lèvent la voix et protestent dans les rues et sur les réseaux sociaux. Grâce à l’engagement civil de nombreuses personnes, les pratiques de nature douteuse générées par l’ensemble Expo sont sous les projecteurs de la presse nationale et de l’opinion publique… qui a décidé de réagir.

De leur côté, interrogés sur leur position contestataire, les associations n’ont pas hésité  à répondre. « Expo est non seulement synonyme de dette, ciment, précarité, mafias, partage, pouvoirs spéciaux. Mais elle est aussi synonyme de corruption culturelle, sociale, politique, idéologique », déclare OffTopic, laboratoire de débat et projet milanais. « Pour nous, s’opposer à Expo signifie s’opposer à un modèle d’exploitation économique et sociale (…) C’est justement à nous (à notre génération) qu’on demande de travailler gratuitement et d’offrir notre force de travail à Expo 2015 et à la mafia qui la gère », déclare NoExpo.org.

Roberto Ciccarelli écrivait pour Il Manifesto le 29 mai 2014 : « Tu mets le travail gratis de 18 500 milles jeunes et étudiants bénévoles, pendant que les juges enquêtent sur des pots de vin de millionnaires, arrêtent des entrepreneurs et lobbyistes et tu auras un grand évènement : l’Expo Milan ». Comment lui donner tort ?