Expo, le pavillon de l’Union Européenne entre agriculture et science

Article publié le 4 août 2015
Article publié le 4 août 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Agriculture et science. Tradition d’un côté, innovation de l’autre. En mettant ensemble ces deux éléments, l’Union européenne veut répondre aux grands défis d’Expo. Le directeur du pavillon, Matteo Fornara, nous a expliqué comment.

En face du Palais Italie, à un pas de l’Arbre de la Vie, le pavillon de l'Union européenne à Expo occupe une position centrale, impossible de ne pas le remarquer. Nous y sommes allés. Nous y avons profité du dessin animé avec les effets spéciaux (à la deuxième tentative à cause d’un problème technique), nous avons échangé quelques conversations avec des jeunes et nous nous sommes fait expliquer par Matteo Fornara, le directeur, le message que veut envoyer l’UE aux visiteurs de l’exposition universelle.

Cafébabel : Comment est organisé le pavillon de l’Union Européenne ?

Matteo Fornara : Au rez-de-chaussée, c’est l’étage d’expérience destiné aux visiteurs. L’objectif central de notre communication prend forme. L’histoire projetée est un cartoon, basé sur deux personnages : “Alex”, un agriculteur, et “Sylvia”, scientifique. Leur histoire représente la valeur ajoutée de l’ensemble de leur travail, celui que fait l’Union Européenne avec son moto « Unis dans la diversité », et veut rassembler l’agriculture, ainsi la tradition, ressource et valeur de l’UE et la science, l’innovation et la recherche.

La seconde partie de notre pavillon est une salle de conférence, dans laquelle se produisent les événements de notre programme scientifique, c’est la partie plus institutionnelle qui veut laisser un héritage au sein du débat d’Expo. Nous avons un comité scientifique, présidé par l’ex-commissaire de l’agriculture, Franz Fischler, et est composé de chercheurs qui représentent de nombreux pays de l’UE. Ce comité a défini un plan d’événements lié aux changements climatiques, à l’environnement, à l’industrie. La troisième partie concerne les relations entre entreprises. Nous favorisons les relations entre entreprises européennes mais aussi des autres coins du monde. Jusqu’à aujourd’hui, nous avons fait environ 5 mille associations.

Cafébabel : Le pavillon se trouve en face du Palais Italie, à quelques mètres de l’Arbre de la Vie. Nous sommes au centre d’Expo, la position n’a pas été choisie au hasard.

Matteo Fornara : Nous avons négocié et Expo, ainsi que les autorités italiennes, ont accepté de nous placer à l’intérieur du Pavillon Italie afin de représenter la valeur politique de l’UE qui n’est pas un pays étranger aux conflits de l’Italie. D’un point de vue politico-institutionnel, c’est une valeur ajoutée importante, car nous ne voulions pas nous retrouver entre deux pays étrangers quels qu’ils soient. Nous voulons chercher à faire comprendre ici aussi, grâce à notre présence, que l’UE est une dimension dont nous faisons tous partie : nous sommes des citoyens italiens, mais également des citoyens européens.

Cafébabel : La vidéo est très interactive. À qui s’adresse-t-elle ? Est-ce un moyen d’attirer les jeunes ?

Matteo Fornara : Ils sont notre principale cible. Le film central est très divertissant, réalisé en 4D et comporte des effets spéciaux. Nous avons eu beaucoup de visiteurs durant les deux premiers mois, car cela est idéal pour les écoles. Avec notre histoire, les professeurs arrivent, de manière divertissante, à impliquer les élèves mais aussi à expliquer ce qu’est le message qui, cependant, se voit dans les autres salles. Dans la salle de l’après show, ils peuvent approfondir chaque thématique relative à l’UE : l’agriculture, l’entreprise, la recherche, le développement des pays du tiers-monde. 

Cafébabel : À combien s’élève le nombre de visiteurs ?

Matteo Fornara : Nous sommes en ce moment un peu en baisse car, l’été, les écoles sont fermées. Nous avons dépassé les 200 mille entrées et voulons atteindre les 500 mille : nous comptons sur le fait qu’en septembre un flux plus important reprendra.

Cafébabel : Quel est le message principal que vous voulez faire passer aux personnes qui visitent le pavillon de l’Union Européenne ?

Matteo Fornara : Notre grand message et qu’en rassemblant l’agriculture et la science, nous contribuons à donner des réponses au grand thème proposé par Expo pour le futur : comment nourrir la planète de manière saine, efficace et durable en 2050, lorsque nous serons 9 milliards. Nous y arriverons si nous réussissons à rassembler les valeurs représentatives de la tradition, comme la qualité, en utilisant aussi la science dans le but d’améliorer la productivité et la distribution, de façon à atteindre la population mondiale toute entière.

Cafébabel : De quelle façon Expo peut être l’opportunité d’intégration dans toute l’UE ?

Matteo Fornara : L’appréciation de la part de l’opinion publique envers l’UE est au plus bas pour diverses raisons. En Italie, beaucoup de choses se sont passées lors de ces dernières années, et cela est dommage. Nous avons l’intention de nous appliquer surtout à la base de l’opinion publique et, si nous arrivons à faire passer ce message, les visiteurs repartent avec un jugement positif sur l’UE. Ils se sentent plus européens et comprennent qu’il vaut mieux travailler ensemble face à des défis qui sont trop grands pour être résolus au niveau national.

Nous travaillons beaucoup également au sein des médias sociaux et les données que nous avons de FacebookTwitter ainsi que sur notre site sont encourageantes. Nous avons réussi à impliquer un nombre de personnes qui va au-delà de ceux qui viennent par la suite ici, à Expo, et cela est fondamental car ils sont tous très jeunes. Nous travaillons sur les émotions ici, plus que sur le contenu : faire ressentir une émotion positive aux personnes qui entrent est notre objectif, l’UE ne l’a pas toujours fait dans sa communication et c’est une des raisons pour lesquelles aujourd’hui nous nous trouvons dans cette crise de « consentement ».

Cafébabel : Des jeunes provenant de toute l’Europe. Les volontaires du pavillon sont votre point fort. Comment avez-vous choisi de viser les jeunes et comment les avez-vous recrutés ?

Matteo Fornara : Puisque nous impliquons les jeunes, nous avons choisi de les viser parce qu’il vaut mieux que ce message vienne de leurs semblables. Jusqu’ici, nous sommes enthousiastes au sujet de ce programme, coordonné par le Centre de services pour le volontariat de Milan, qui s’adresse surtout aux étudiants Erasmus. Nos volontaires sont au nombre de 60 tous les 15 jours, au total ils seront plus de 900. 60% d’entre eux sont italiens, les autres viennent des pays de l’UE mais aussi des pays impliqués dans le programme Erasmus. Une communauté se créé entre eux, ce qui est une valeur ajoutée, puis, donne une image jeune du pavillon, une chose fondamentale pour nous.