“Exercices de tolérance”, un spectacle “pour ici et ailleurs”

Article publié le 23 février 2013
Article publié le 23 février 2013
Par Nina Tsiklaouri “La culture est ce qui fait d'une journée de travail une journée de vie” Prenez en compte les mots de Georges Duhamel et faites du samedi 23 février une journée de vie à travers la représentation du spectacle “Exercices de tolérance” de la compagnie Arac.

Adapté de l'oeuvre de l'écrivain marocain Abdellatif Laâbi, “Exercices de tolérance” est une pièce mise en scène par Mahmoud Chahdi, fondateur de la compagnie ARAC. L'Association de Recherche Artistique et Culturelle basée à Strasbourg, rassemble aux côtés des artistes, travailleurs sociaux et universitaires. La compagnie se définit à travers un travail de collectif et une exploration de l'interculturalité avec l'objectif de sensibiliser aux problématiques sociales et d'encourager les échanges culturels. Quant au choix d'”Exercices de tolérance”, il provient du désir de Mahmoud Chahdi d'aborder la question de l'intolérance, un sujet social auquel chacun d'entre nous vient à être confronté un jour ou l'autre. Le spectacle ne met pas en scène une partie de la société mais englobe des sphères diverses, d'où la présence de personnages aussi dissemblables que le Balayeur, l'Homme politique ou encore Schéhérazade, symbole de la culture orientale. Réalisé entre la France et le Maroc, le spectacle s'inscrit dans le contexte du Printemps arabe. Le metteur en scène considère que la question de la tolérance ne peut se dissocier de la question politique et en tant que pièce porteuse de valeurs de droits de l'homme, Exercices de tolérance se devait d'évoquer ce combat acharné pour la liberté. L'adaptation de ce texte représente également un hommage à l'écrivain Abdellatif Laâbi, recompensé du prix Goncourt de la poésie en 2009 et le Grand Prix de la francophonie de l’Académie française en 2011. Auteur ayant connu la prison et l'exil, il semblait à Mahmoud Chahdi nécessaire de confronter les générations d'aujourd'hui à ce passé. Selon lui, c'est ce même vécu qui donne à l'oeuvre de Laâbi un ton particulier faisant de lui un si grand poète.

Tournée européenne

La pièce a débuté le vendredi 22 février à Mulhouse et se terminera à Berlin le 3 mars, en passant entre autres par Bruxelles, Liège et Paris. La pièce a déjà obtenu huit prix dans le monde arabe dont le Grand Prix et le Prix de la mise en scène du Festival de la Capitale du Théâtre Marocain en 2012. Questionné sur ses attentes, Mahmoud Chahdi évoque son espérance d'apporter aux spectateurs une autre idée de la culture arabe et son désir de montrer que la Révolution ne se fait pas seulement par les armes mais aussi par la culture.

La Ville de Strasbourg a bien accueilli ce projet, celui-ci est également soutenu par le Ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger qui encourage la diffusion d'une autre image de la culture marocaine. Ses initiatives sont aussi un moyen de connexion entre les Marocains exilés et leur pays natal. Pour reprendre les mots de Mahmoud Chahdi, le Ministère permet de “ramener un peu de leur couscous ici”.

Samedi 23 février à 20h Cité de la Musique et de la Danse à Strasbourg Entrée libre, spectacle surtitré

Pour suivre la tournée : http://www.pourlesarts.org/#/Accueil