EurOpinion, le nouveau journalisme citoyen européen

Article publié le 28 octobre 2014
Article publié le 28 octobre 2014

Des institutions européennes trop complexes, des votants moins impliqués et un type de communication devenu obsolète. Voici le constat de Citizen Motion, une association proposant un nouveau modèle de journalisme européen et un moyen de remettre le citoyen au coeur du débat. 

L’Union européenne. À la fois vue comme la mère de tous les maux et un espace de stabilité, présentée d’un côté comme une administration bedonnante et de l’autre comme la clef de la démocratie. On se souvient des sursauts d’optimisme européen lorsqu’il fallait défendre les droits de l’homme aux quatre coins du globe et on se rappelle encore d’hier où eurosceptiques, populistes et déçus se tardaient de quitter le navire de Schuman. 

Certains prédisent sa fin depuis sa naissance, d’autres veulent encore croire en une union stable, prospère et qui tient les promesses du commencement. Beaucoup ont finalement renoncé à chercher.

Dans tout ce chahut, où s’informer ? Sur quel fil tirer au milieu des gigantesques nœuds de directives européennes ? Pourquoi vouloir encore s’intéresser à l’Union européenne ?

Faire face à l’apathie générale

À l’origine, Citizen Motion, une a.s.b.l. créée par des passionnés d’audiovisuel et d’éducation citoyenne. Tiphaine, Basile, Mathias et Mathieu, quatre jeunes bruxellois tiquant face au fossé toujours grandissant entre les institutions européennes et le citoyen lambda. 

Le projet s’ébauche autour d’un constat très simple : une chute dramatique du nombre de journalistes accrédités auprès des institutions européennes, un désengagement des citoyens européens et, surtout un « droit de voter, mais pas de s’informer ».

Comment captiver l’attention de ce groupe majoritaire d’individus devenus indifférents à ce qui se passe « là-haut », un brouillard toujours plus complexe, coûteux et élitiste? 

La réponse prend ses racines auprès de Citizen Motion, une association visant l’éducation des citoyens et, ce, à l’aide des outils offerts par les nouveaux médias et l’audiovisuel. Une façon de proposer un autre modèle, plus participatif, plus en phase avec son temps, finalement plus accessible à tous. Trois pôles : Aide à la création audiovisuelle, ateliers et workshops et productions audiovisuelles. C’est dans ce dernier que naît EurOpinion

Rapprocher la politique des citoyens

La plateforme est constituée de plusieurs parties, les plus importantes étant une capsule-vidéo, trois avis différents, la possibilité d’aller plus loin via des sources externes et une tribune de citoyens. À la terrasse d’un petit bar Schaerbeekois, les meneurs du projet expliquent le contenu de cette vidéo : le portrait d’un citoyen européen et l’impact d’une directive européenne sur son quotidien. On imagine, par exemple, les conséquences de la PAC sur un agriculteur mais on dresse également sa vie de tous les jours, le contour d’une société. Quatre sujets thématiques par mois, quatre croquis de l’Union européenne. 

Plusieurs contraintes : attirer les citoyens de tous bords politiques en gardant un équilibre éditorial, rendre la plateforme la plus didactique possible sans tomber dans le simplisme et construire un projet de long terme tout en s’assurant de la solidité de ses fondations.

À l’aide d’un projet bien ficelé, de relations auprès d’associations et d’un soutien important sur les réseaux sociaux, l’équipe voit ces difficultés s’atténuer et croit en une action citoyenne de long terme. Multiplier les langues et les partenariats internationaux, pourquoi pas. Toutefois, pour l’instant, il s’agit de mettre à jour un premier jet prometteur. 

Dans la même lignée participative que leur projet, Citizen Motion se lance dans le crowdfunding, une façon de se financer en faisant appel à des investisseurs croyant en leurs idées –vous, moi, lui, elle- et voulant apporter leur pierre à l’édifice d’EurOpinion. Sur le site KisskissBankBank, on vous propose d’y investir entre 5 et 1500 euros. En contrepartie, selon la somme apportée, un remerciement éternel à la réalisation de votre projet vidéo en passant par un accompagnement sur un tournage, un cours collectif sur différents aspects de l’audiovisuel ou un petit reportage personnalisé. En somme, un moyen de s’investir concrètement dans un mouvement de citoyenneté participative, financièrement dans une association qui vous le rend bien. 

À 21% des 10 000 euros espérés, il reste 39 jours pour contribuer à Europinion. L’arrêt du projet si le montant n’est pas atteint ? Loin de là. Les fondateurs de Citizen Motion croient suffisamment en leur idée pour lui donner naissance, quitte à lancer le projet pour prouver la valeur de celui-ci et espérer d’autres investissements et subsides.

À l’heure où l’idée d’une Union européenne proche de ses habitants semble de plus en plus s’éloigner, la perspective de citoyens concernés s’amenuise auprès de la majorité des médias traditionnels. Pourtant, au milieu de cette morosité, des initiatives telles qu’EurOpinion pourraient redonner un sursaut de conscience citoyenne et participer à l’élaboration d’une Europe active et informée, une Europe plus forte.