Euro-2012 en Ukraine : face aux hôtels, la promo canapé

Article publié le 15 mai 2012
Article publié le 15 mai 2012
Un mouvement civique ukrainien ouvre ses portes aux supporters de football du monde entier. Soit un appel à ces visiteurs étrangers qui sonne comme une protestation hospitalière contre la corruption et les prix d’hébergement devenus exorbitants à mesure que l'Ukraine (avec la Pologne) parachève l'organisation de l’Euro-2012 de football.

À peine quelques semaines avant le coup d’envoi du Championnat d'Europe de football 2012, l’image de l’Ukraine est en train de se détériorer à vue d’œil. Les médias internationaux font état de clientélisme, de tueries de chiens et de persécutions politiques. La vague d’indignation la plus récente s’élève contre le secteur hôtelier ukrainien, qui révise les prix d’hébergement à la hausse durant l’Euro 2012.

Sur le site Booking.com, la fourchette de prix pour une chambre double encore disponible sur le lieu organisateur de la compétition de Kharkov tourne en moyenne autour de 400€ la nuit. La mention « Aux dates que vous indiquez, Kharkov est très demandée. Les prix peuvent par conséquent être augmentés. Nous vous recommandons de réessayer avec une autre date de voyage » pourrait bien conduire à la limite du désespoir nombre de supporters de football.

Soyez les bienvenus à la maison en Ukraine

« Cette situation n’est ni normale, ni raisonnable ! », s’exclame Ivan Varchenko, d’un ton indigné. Cet opposant politique de Kharkov est l’initiateur du mouvement de protestation récemment créé « Laskavo Prosymo ». Ce nom pourrait être traduit par « Bienvenue en Ukraine ». Plus de six cents Ukrainiens souhaitant accueillir gratuitement chez eux les supporters de foot se sont déjà associés en guise de protestation contre les prix exagérés et la corruption existant dans leur pays, au groupe dénommé « ЛАСКАВО ПРОСИМО! WELCOME TO UKRAINE ! » sur Facebook. Le nombre de ces logeurs privés et bénévoles est en constante augmentation.

Lire aussi sur cafebabel.com : « Euro 2012 : l’Ukraine menacée de boycott »

Parmi ces Ukrainiens hospitaliers, il y a aussi Victoria Sklyarova, une dynamique ingénieure électricienne et guide touristique. « À l’opposé de l’image que les membres du gouvernement véhiculent actuellement sur nous, nous autres Ukrainiens sommes une nation hospitalière. C’est pourquoi nous invitons tous les supporters de foot à venir chez nous. » Un couple de Berlin s’est déjà manifesté auprès d’elle. Le politologue et journaliste Jochen Gößmann et sa femme vont passer deux nuits chez Victoria. Ils veulent encourager l’équipe nationale allemande et, en plus, partir à la découverte du pays et de ses habitants. « Nous allons découvrir l’Ukraine pas seulement en tant que touristes, mais aussi par l’angle de vue de l’habitant. Cette proposition est exceptionnelle : elle correspond exactement à ce que nous cherchions » se réjouit Gößmann.

Suivez la guide.

À l’opposé, la réaction du gouvernement s’avère extrêmement circonspecte. Dans une interview donnée à Radio Svoboda, Markian Lubkiwski - organisateur ukrainien du Championnat - trouve l’idée bonne, sans croire pourtant en son succès. La retenue affichée par les politiques n’étonne pas Ivan Varchenko. Dans une lettre ouverte, avec ses alliés venant des autres lieux organisateurs de l’événement à Kiev, Donetsk et Lviv, il accuse les membres du gouvernement ukrainiens de s’enrichir personnellement grâce au Championnat d’Europe. « Notre offre d’hébergement gratuit chez nous aux fans de foot est par conséquent une action politique », déclare Varchenko. Il appelle tous les Ukrainiens à participer : « En tant que citoyens, nous pouvons ainsi sauver l’image de l’Ukraine, du moins en partie. » Il espère bien que ces invitations seront acceptées par le plus grand nombre de visiteurs étrangers possible. Pour ceux qui veulent prendre part, un message sur Facebook suffit !

L’auteur de cet article, Constanze Aka, est membre du groupe indépendant et de portée nationale Kick-off Ukraine 2012, créé à l’initiative d’étudiants de l’Université Libre de Berlin.

Photos : (cc)SebastianSantaMariaPhotography/flickr; Texte ©KickOffUkraine2012