Être l'assistant d'un député européen

Article publié le 23 octobre 2014
Article publié le 23 octobre 2014

Être l’adjoint d’un député est certainement le job dont la plupart des jeunes Européens rêvent, mais en quoi consiste réellement cette profession ? Qu’est-ce qu’elle implique ? Nous avons tenté d’en apprendre davantage en interrogeant Heather Bailey, assistante au Parlement européen. 

Comme nous pouvons tous l’imaginer, être l’assistant d’un député doit être une tâche relativement difficile, mais si vous vivez dans le monde de la politique — notamment dans le monde de la politique européenne — c’est la bonne façon de procéder. Nous avons contacté Heather Bailey, qui a réussi à nous accorder quelques réponses au milieu d’une semaine très chargée. Bailey travaille pour Sylvie Goulard, députée française du groupe libéral ALDE.

Lorsqu’on lui a demandé quelles étaient les principales compétences qu’un assistant devait posséder, elle a promptement répondu, « réactivité, rigueur, dévouement, gestion du temps, aptitude en relations humaines, flexibilité et connaissance des langues. » C’est une profession qui exige beaucoup de polyvalence et de résilience. « Vous devez savoir quand et où votre patron doit se trouver, vous devez être en possession des documents adéquats. Si vous êtes quelqu’un qui aime travailler de façon indépendante et souhaite décider lui-même de son plan de travail, alors ce job n’est pas fait pour vous », ajoute-t-elle.  

Quelles sont les compétences requises ?

Une des principales compétences à posséder pour cet emploi est la capacité à être organisé et prêt à tout, à n’importe quel moment.« C’est primordial d’avoir un sens des priorités. On pourrait avoir besoin de changer des billets de train avant même qu’un amendement n’ait besoin d’être rédigé et validé. Vous devez avoir un bon sens de l’organisation et de la gestion du temps, vous gérerez sans doute plusieurs choses à la fois ; réserver un voyage, organiser des groupes de visiteurs, assister aux réunions du comité, rencontrer les lobbyistes, rédiger un article. Sans ma liste des tâches à faire, je suis perdue ! », déclare Heather.

Si vous souhaitez postuler pour cet emploi, mais que vous n’êtes pas certain, car vous n’êtes pas affilié à un parti politique, ce n’est pas nécessairement un problème. Cependant, vous devez être au courant de ce qui se passe au sujet la politique européenne et internationale. « Je pense qu’il est tout à fait possible d’être embauché comme assistant si l’on n’a pas d’affiliation politique, mais il faut avoir un intérêt pour la politique et les politiques », exprime-t-elle. « Une expérience professionnelle dans le domaine des questions européennes est une excellente façon d’illustrer à la fois l’intérêt du candidat et des compétences concrètes. »

Concernant les principales difficultés auxquelles elle fait face, elle répond « ne pas avoir assez d’heures dans une journée (...), j’ai énormément de choses à faire et une des difficultés que je rencontre c’est d’être responsable des tâches administratives et législatives. » C’est vraisemblablement un emploi « multitâches » pour lequel les gens doivent être polyvalents afin d’accomplir tous les objectifs, en prenant compte du facteur temps, qui est visiblement crucial.

Travailler en tant qu’adjoint de député est un travail difficile, mais enrichissant. Selon Heather, « chaque jour est différent, certains plus stressants que d’autres. Les sessions à Strasbourg peuvent être particulièrement stressantes vu que l’emploi du temps est généralement bien chargé, les journées sont longues et les délais souvent plus courts. Par exemple, faire en sorte que la liste des votes de la délégation soit prête en très peu de temps peut être stressant, car si la liste est longue et que la position du groupe est très différente de celle de votre délégation, vous pourriez ne pas la recevoir avant un très long moment », explique-t-elle. « À Bruxelles aussi les choses peuvent être difficiles, par exemple lorsque vous vous trouvez dans des discussions en trilogue et que les négociations arrivent à une conclusion et que vous êtes sur le point de passer un accord (ou pas). » 

Pour être sélectionnée, Heather a envoyé un CV et une lettre de motivation par email, une simple procédure de candidature, et elle a ensuite été appelée par sa future patronne. Elles ont eu une petite conversation afin d’arranger un entretien après lequel elle fut engagée. Depuis lors, ses semaines sont chargées, mais elle certifie que c’est un travail très enrichissant.

Selon la législation européenne, les assistants accrédités gagnent jusqu’à 7802,89 € par mois. Les contrats et les payements salariaux des assistants sont gérés par le département des finances du Parlement depuis 2008, avant cette date ils étaient sous la responsabilité du député. Cette modification vise à assurer la transparence et la non-discrimination.