Ethéré-sexuel

Article publié le 29 novembre 2007
Article publié le 29 novembre 2007
Libido à 0. Face à la déferlante porno ou la dictature du grand O, certains optent pour la disette de la couette. Même si YouPorn et autres apôtres de l'indécence veulent nous faire croire le contraire, le désir se retrouve parfois en grève. Panne ou abstinence ? Selon un sondage Ipsos, paru en juin 2004, 25 % des Françaises interrogées et 15 % des hommes déclaraient vivre dans la chasteté.
Bigre ! Et qu'elle soit choisie ou forcée, un tiers des sondés ne semblaient guère s'en plaindre.

Le phénomène est là, commenté par la presse, disséqué par les psys. Rejetons traumatisés de parents lubriques, adeptes du 'jouir à tout prix', de plus en plus de pudiques trentenaires se montreraient réticents à la bagatelle. En clair, pas envie d'avoir envie. 

Cette tendance, totalement à contre-courant de sociétés prétendument libérées, le journaliste français Jean-François de Tonnac l'appelle la 'révolution Asexuelle'. 'No Sex last year', un ouvrage paru en 2006 sur un marché hexagonal décidèment virginal, s'intéresse lui aussi au quotidien 'normal' de couples de quasi-vestales. Flairant le scoop, le supplément italien de La Repubblica, 'D', vient de consacrer sa couverture à ces adeptes du 'no sex'.

Car à des années lumières du maniaque urbain, sur Internet, les émissaires de la pureté foisonnent. Fleuron des ayatollahs de la fornication, le virtuel asexuality.org se présente comme un 'réseau pour l'entraide et la visibilité asexuelle' et propose sur sa version française des forums aux posts instructifs, entre 'un asexuel peut-il réussir dans la vie ?' ou 'vous qui aimiez le cul...'. 

Cette caste des 'non libidoïstes' -leur sobriquet hollandais- ne sont finalement que les fidèles disciples de la 'A-pride' attitude, un mouvement prôné outre-Atlantique par un tendron dans la fleur de l'âge, David Jay. Son credo : 'l'asexualité ne concerne pas que les amibes', revendiquons fièrement notre identité de marioles anti-gaudriole ! Après le pénis superstar, voici donc venu le temps de l'austérité coïtale. A mort les libertins et autres créatures lascives, place aux Madones assurées, aux puceaux volontaires, aux saints de l'érotisme ! Sans oublier un zeste de sat(i)yre.