Et le rire dans tout ça ?

Article publié le 8 janvier 2016
Article publié le 8 janvier 2016

Avec les événements tragiques de la fin d’année 2015, ce mois de janvier ne prête pas forcement à la plaisanterie. Alors, pour rire malgré tout, il y a le Yoga du Rire. Et pour une fois, on ne parle pas d’humour belge !

Depuis la fin du mois de novembre dernier, rire ne fait pas vraiment partie de notre quotidien. Pourtant, un homme va à contre-courant de cette morosité ambiante : Paul Flasse. Inutile d’arpenter les théâtres pour assister à son « one-man show » : il n’en n’a pas ! Son truc à lui c’est le Yoga du rire.

« Le rire est un remède »

De son propre aveu, il ne se considère pas comme un comique. Pour lui, l’aventure a démarré il y a 12 ans, lorsqu’il a créé TroisQuatorze16 sprl. Une structure qui traite du bien être psychosocial au travail. « Notre champ de compétence est très large. Notre activité passe de l’orientation et la réorientation professionnelle à la mise en place de stratégies de maintien au travail. Dans ce contexte, s’intègre un autre élément particulier qui est la gestion du stress dans l’entreprise. Et rien de mieux que le Yoga du Rire pour gérer son stress ! »

À l’origine, le Yoga du rire est né en Inde. Son concepteur est le Dr Madan Kataria. Sa méthode ? Le rire sans raison. « Notre cerveau ne fait pas la différence entre un vrai rire, causé par une situation drôle ou une action humoristique et un rire forcé ou provoqué, nous explique Paul Flasse. Dans les deux situations, notre cerveau sécrète de l’endorphine. »

L’endorphine agit sur le corps et l’esprit. C’est l’hormone du lâcher-prise, de la détente. Une fois le processus mis en place le rire est assuré. Tout le monde a droit au rire.

L'enfant intérieur

Pour ses séances de yoga du rire, ce passionné ne se met pas en scène pour faire rire les participants. Ponctuant la séance de brèves présentations théoriques et interactives de la démarche, Paul Flasse invite le groupe à effectuer un enchaînement d’échauffements, d’exercices respiratoires et de mises en situation hilarantes positives. L’endorphine est au rendez-vous et tous les participants en profitent.

Les bienfaits du rire sont nombreux. Rire permet d’aller mieux. De se libérer. « L’objectif de nos Clubs de rire, c’est qu’à partir du moment où les gens franchissent notre porte, ils puissent se mettre en route pour retrouver leurs rires d’enfant, leur enfant intérieur. »

À l’heure où la consommation d’antidépresseurs est en hausse en Europe, c’est à grand renfort d’endorphine, la morphine naturelle, qu’il soigne ses « patients ». Paul Flasse est convaincu des vertus thérapeutiques du rire. La technique prend de plus en plus d’ampleur. Une centaine de Bruxellois poussent chaque mois les portes de ses Clubs de Rire, à la recherche de détente.

« Le Yoga du rire permet, précisément, de rire sans raison ; il se moque donc des barrières culturelles. » Le Yoga du rire se pratique essentiellement en tenue décontractée entre une heure et une heure et demie. Même si la discrétion fait partie des règles de la maison, les séances restent tout de même un lieu de vie où tout le monde vient rire ensemble entre exercices de respirations et relaxation. Paul Flasse est catégorique et ne veut surtout pas, dans le cadre du yoga du rire, qu’on lui parle de blagues… qu’elles soient belges ou non !