Envie de faire Erasmus à l'Est ?

Article publié le 28 décembre 2014
Article publié le 28 décembre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Si l'on voit Erasmus comme le reflet de la société européenne, l'ancienne frontière ne semble pas encore franchie dans nos têtes. Une grande partie des États de l'"Est", qui peuvent encore être comptabilisés comme faisant partie de l'Est selon la définition, sont impopulaires chez les étudiants Erasmus.

En 2012-2013, 34 pays ont participé au programme Erasmus. Ils ont accueilli en moyenne 8125 étudiants Erasmus venus d'autres pays. Les nations Erasmus préférées sont de vrais leaders : l'Espagne et l'Allemagne sont en tête, avec peu d'écart. l'Espagne, le gagnant du programme Erasmus avec son soleil et sa chaleur, a envoyé plus de 40 000 jeunes gens à l'étranger. L'Allemagne, quant à elle, 30 000.

Les États d'Europe de l'Est sont largement battus. Les pays, communément comptabilisés à l'"Est", recensent nettement moins de visiteurs. En moyenne, la Bulgarie, la République Tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Slovénie, la Slovaquie, la Croatie et la Macédoine accueillent seulement 3211 visiteurs Erasmus. Mais c'est la Pologne qui remonte la moyenne de l'Europe de l'Est avec presque 11 000 étudiants Erasmus.

Mais quelles sont les raisons de ces durs faits ? S'agit-il d'une simple impopularité et de l'image négative de l'Est que renvoie le reste de l'Europe ? Peut-être manque-t-on d'intérêt pour les langues de l'Est ou ne ressent-on pas assez leur utilité ? Les étudiants craignent peut-être un niveau inférieur des universités ? Cafebabel Vienne a lancé un sondage.