En grippe

Article publié le 13 mai 2009
Article publié le 13 mai 2009
Porcine ou mexicaine, elle est sur toutes les lèvres. Tour d’Europe des expressions pour ceux qui ont attrapé le virus des langues.

Du matin au soir, du Canada à Hong-Kong, la « grippe » est partout. Le mot a envahi les sphères politique, médiatique et scientifique en un rien de temps et nous ferait presque oublier l’affreuse « crise »… Fort heureusement, la portée de ce virus est incomparable à celui de la « grippe espagnole »®Jane du début du 20e siècle qui a décimé bien des Européens. Les Anglais d’aujourd’hui appellent cette maladie, somme toute courante, la « flu » . L’origine remonte très probablement à l’année 1743 au moment de l’apparition de la première épidémie. Ainsi en Angleterre, quand on a la grippe, on « tombe comme des mouches » (« drop like flies ») et l’on est fort affaibli (« Come down with flu »). 

« Flu » vient à l’origine du mot italien « Influenza di freddo »  (« l’influence du froid ») qui rappelle son caractère saisonnier. En France, on peut prendre également « quelqu’un en grippe », expression qui fait écho à l’allemand « Grippe » signifiant « agripper, saisir rapidement ». On n’attrape donc pas la grippe ! C’est elle qui nous « agrippe ». Les Polonais disent d’ailleurs que « la grippe les a attrapés » (« złapała mnie grypa »). Revenons à nos petits cochons : « Swiński », en polonais, signifie « porc » mais désigne également une blague quand elle parle « de cul »… Si on a l’esprit mal tourné, cette grippe prend donc une autre tournure. Comme en allemand d’ailleurs, puisque l’expression « Schwein gehabt » (« avoir du cochon ») est utilisée quand on est chanceux ! Vive les épidémies de cochons !