En citytrip à Barcelone avec… ProleteR !

Article publié le 18 août 2017
Article publié le 18 août 2017

ProleteR a clôturé en beauté le vendredi du festival Esparanzah, à Floreffe. Et quand on lui demande quelle ville européenne il préfère, le Toulousain répond : Barcelone. Même si les Espagnols « boudent sa musique », il adore aller à Barcelone…

[Interview menée le vendredi 4 août au Festival de musique du monde Esperanzah. Nos pensées vont aux victimes de l’attentat du 17 août]

Quelle est ta ville européenne préférée ?

Je dirais Barcelone, même si je n’y ai pas vécu. Il y a le soleil. Je viens de Toulouse, du sud de la France. À moitié méditerranéen, méridional dans tous les cas.

À quelles occasions va-t-on à Barcelone ?

Les mecs de Toulouse y vont souvent pour différentes raisons (rires) … À la frontière espagnole, il y a des maisons de passe… C’est assez connu. Tu vas passer le Nouvel An, fêter des anniversaires. C’est comme ça que je connais la ville. J’y suis allé pas mal de fois.

Que peut-on y visiter ?

Je n’y suis jamais allé en mode « visite ». Il y a des trucs incontournables, comme la Sagrada Familia, mais je ne vais pas te faire une balade du guide touristique. L’idée, c’est de se balader, d’aller sur la Rambla pour prendre le pouls de la vie espagnole. Tout le monde vit dans la rue, il y a beaucoup de gens, beaucoup de nationalités. C’est super dynamique et c’est super agréable de respirer ça.

Ça a eu une influence sur ta musique ?

Non, mais, en plus, bizarrement, je suis écouté à peu près dans tous les pays d’Europe, mais vraiment très peu en Espagne. Alors que c’est à 4 heures de chez moi ! C’est une très grosse plaie dans mon cœur que les Espagnols n’aient pas encore kiffé mon truc pour le moment. Donc, en plus de ne pas avoir influencé ma musique, l’Espagne me boude.

Des stéréotypes sur les Espagnols ?

D’office, il y en a toujours, surtout qu’entre voisins, on aime bien se chambrer. On appelle les Espagnols les « bouffeurs de jamón » pour dire qu’ils font toute cette bouffe avec du jambon, de l’huile. Après, concrètement, pour des gens de Toulouse, le style de vie de Barcelone, nous correspond à peu près.

Barcelone en un mot ?

Cosmopolite.