Elliot Lepers : 90 jours pour devenir écolo

Article publié le 2 novembre 2015
Article publié le 2 novembre 2015

Ce jeune « designer de politique » vient de créer une application qui entend réconcilier les citoyens avec l’écologie en leur proposant de relever des défis de manière pratique et ludique. Le tout en 90 jours. Elliot nous a accordés quelques minutes pour en parler.

« Il y a des coach pour faire du sport ou pour arrêter de fumer. Moi, j’ai voulu créer un coach pour devenir écolo. » Elliot Lepers vient de créer à 23 ans, le premier assistant personnel de transition écolo. Intitulée 90 jours, l’application - disponible depuis un mois sur Android et via n’importe quel navigateur - accompagne l’utilisateur au quotidien en lui proposant des défis à relever. « Ça peut commencer par coller un sticker "Stop Pub" sur sa boîte aux lettres, afficher le calendrier des fruits et légumes de saison dans sa cuisine ou laver sa maison avec du vinaigre blanc plutôt qu’avec du détergent », précise le créateur.

« Soyez le changement climatique » 

L’idée derrière l’outil : redonner du plaisir dans une transition écologique souvent perçue comme une souffrance. « J’ai voulu concevoir quelque chose qui donne envie, continue Elliot. C’est pour ça qu’on félicite les gens très vite quand ils relèvent leur défi. » D’un point de vue plus général, « l’écologie est associée à des contraintes », selon lui. « On a l’impression que c’est super dur d’être écolo. Que l’on va arrêter d’aller en vacances en avion avec ses potes, qu’il faut tout de suite arrêter de manger de la viande... » 

Concrètement, l’application commence par un questionnaire via lequel l’utilisateur identifie un premier pas qui correspond à son niveau de motivation. Ensuite, la plateforme lui propose un défi à la fois, à réaliser en 90 jours. Elle lui explique aussi l’impact de chaque défi sur la planète et lui donne des liens vers de bonnes pratiques. À ce jour, 8 000 personnes ont téléchargé l’appli qui totalise 15 000 défis réussis. Pour mieux visualiser, c’est 900 000 kgs de CO2 et 1 100 000 litres d’eau économisés chaque année. « On propose aussi aux gens de partager chaque défi qu’ils ont réussi. C’est une fierté de montrer qu’on a réussi à se prendre main », ajoute Elliot. 

La vidéo explicative du projet.

Le passage à l'acte

L’idée de 90 jours est venue à son fondateur après avoir créé un autre outil, Amazon Killer, une extension pour navigateur qui permet de pouvoir trouver un livre dans une librairie à côté de chez soi, juste après l’avoir consulté sur Amazon. « Je me suis rendu compte que lorsqu’on proposait un outil qui simplifie l’acte, les gens s’en emparaient. Il y a plein de gens qui sont mûrs intellectuellement mais qui n'arrivent pas franchir le pas », détaille le jeune designer. 90 jours a été développé par l’école de codeurs sociaux de Simplon à Montreuil et n’a bénéficié que de l’apport financier de son créateur, à savoir 15 000 euros.

Elliot Lepers n’en est pas à son premier fait d’arme écolo. En 2012, il a par exemple dirigé la campagne digitale d’Eva Joly, la candidate d’Europe Écologie Les Verts. Aujourd’hui, il nourrit quelques ambitions à moins d’un mois de la COP21.  Selon lui, la conférence des Nations unies sur les changements climatiques, organisée à Paris à partir du 30 novembre prochain, va « cristalliser l’énergie de beaucoup de jeunes qui en ont marre que l’on parle de l’écologie de manière éculée. Des jeunes qui sont très intéressés par l’écologie et qui ont des choses à proposer comme Alternatiba, Place to B ou We Are Ready Now ». Elliot ne peste par sur un événement parfois critiqué pour sa superficialité. Au contraire, il pense que c’est « une vraie réussite diplomatique », que l’on parlera du climat « tous les jours » et qu’ « il y aura plus d’écolos après la COP21 qu’avant la COP21 ». Loin de l’attention médiatique, il tient toutefois à préciser que « si on a beaucoup attendu les politiques qui nous amènent à l’écologie, c’est désormais aux citoyens d’emmener les politiques vers l’écologie ». Vous avez 90 jours pour essayer.

-

_

Cet article fait partie d'un projet intitulé #21faces qui propose de faire le portrait de 21 jeunes écolos innovants à travers l'Europe en amont de la COP21, la grande conférence mondiale sur le climat organisée à Paris.