Elles vont changer l'afrique !

Article publié le 9 décembre 2013
Article publié le 9 décembre 2013

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Au mois de septembre, une équipe de Mladiinfo s’est rendue à Maribor, Lubiana et Bled en Slovénie pour assister à l’événement de l’automne, le sommet Challenge : Future 2013. À l’occasion de ce séjour, nous avons fait la connaissance de trois jeunes Africaines très inspirantes : Alice Pejo (26 ans), Chourouq Haisni (23 ans) et Udoka Chiefe (25 ans).

Au mois de septembre, une équipe de Mladiinfo s’est rendue à Maribor, Lubiana et Bled en Slovénie pour assister à l’événement de l’automne, le sommet Challenge : Future 2013. À l’occasion de ce séjour, nous avons fait la connaissance de trois jeunes Africaines très inspirantes : Alice Pejo (26 ans), Chourouq Haisni (23 ans) et Udoka Chiefe (25 ans).

Udoka Chiefe est née et a grandi au Nigéria. Elle a fait des études de droit, mais s’investit surtout dans l’aide à la formation des jeunes, en particulier les femmes, dans les domaines de l’informatique et de l’innovation. «J’adore apprendre. Je lis tout ce que je trouve, de la Bible à Sénèque ; de Jane Eyre à Siddhartha ; de la programmation en langage Python à la fabrication de bijoux. Je pense que la vie est un voyage. Je pense qu’en tant qu’humains nous avons le devoir d’essayer d’apporter au monde une contribution positive ; quelque chose dont nous puissions être fiers, qui vise à faire de ce monde un monde meilleur et durable, pour les générations futures», écrit Udoka.

Alice Pejo vient du district de Katakwi en Ouganda. Elle a obtenu son diplôme en Informatique et gestion de projet à l’université Makerere. Elle raconte : «Je suis un entrepreneur pragmatique, je suis passionnée par le développement social et travaille pour l’éradication de la pauvreté dans l’une des régions les plus pauvres d’Ouganda. Je travaille actuellement bénévolement au sein l'Initiative Teso pour le Développement, une ONG locale, en tant que coordinatrice projet-jeunesse. Nous travaillons au développement de compétences entrepreneuriales, et sur des projets de sécurité alimentaire mettant en avant des solutions pratiques et réalistes».

Chourouq Haisni vient de Casablanca, l’agglomération la plus vaste et la plus densément peuplée au Maroc. «Je suis agent d'audit et spécialiste de la finance (pas parce que cela me plaît, mais parce que je n'ai pas eu le choix). Je suis très touchée par le fait que l'éducation soit un domaine trop peu développé au Maroc, et qui souffre d'un grand nombre de problèmes qui ont d'importantes répercutions sur notre société. Je crois au changement, et je sais qu'un simple acte de gentillesse peut faire beaucoup», nous livre Chourouq.

Lire l'article complet