Élections législatives en Lettonie : dans l'œil de Poutine ?

Article publié le 10 octobre 2014
Article publié le 10 octobre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

En Lettonie, la coalition pro-occidentale menée par la Première ministre Laimdota Straujuma restera au pouvoir après les législatives du samedi 4 octobre. Le parti pro-russe Harmonie n'en reste pas moins la première force politique du pays. Petit tour d'horizon de la presse.

Traduction par Eurotopics.

Tvnet, Lettonie : le parti Harmonie, cinquième colonne de Poutine  

Le parti pro-russe Harmonie se maintient en tête du scrutin letton, ce qui n'a rien d'étonnant, estime le portail d'information Tvnet : « Les 23 pour cent obtenus par Harmonie ne sont ni surprenants ni choquants. Par le passé déjà, ce parti, dont la majorité des électeurs résidait dans la capitale lettone, obtenait 20 pour cent des voix, voire plus. Ce parti pro-Kremlin a cependant réussi à fédérer ce pan de la population de Lettonie qui veut continuer à vivre dans un état d'isolement et soutient la politique du chef de file du parti, Nils Ušakov, qui aspire à un rattachement de la Lettonie à l'empire de Poutine. C'est une preuve de plus que beaucoup de personnes ont la nostalgie de l'ère soviétique. Il sera difficile d'intégrer à l'opinion lettone ceux qui adhèrent à cette logique colonialiste. Les électeurs du parti Harmonie ne tiennent pas à s'intégrer et ils veulent rester la cinquième colonne de Poutine à Riga, Daugavpils ou Liepāja. » (05.10.2014)

Der Standard, Autriche : un vote de réconciliation 

En Lettonie, le résultat des élections laisse entrevoir un espoir de réconciliation entre les Lettons et la minorité russe, écrit le quotidien de centre-gauche Der Standard : « Manifestement, les membres de la minorité russe ne sont pas tous emballés par la politique expansionniste de Poutine, celle de la "Nouvelle Russie". Côté letton, ceci se traduit par un net gain de voix en faveur du parti libéral-conservateur Unité, mené par la Première ministre Laimdota Straujuma. D'un naturel réfléchi, calme et foncièrement modeste, la chef du gouvernement fait figure de garante de l'entente et du compromis, y compris pour beaucoup d'électeurs d'origine russe. C'est une aubaine. Le problème ethnique que connaît la Lettonie remonte à la colonisation forcée pratiquée par l'URSS après 1945. C'est un fait historique. Mais l'exclusion de la population russe, notamment des 300.000 "non-citoyens" qui se voient refuser l'attribution d'un passeport en raison de leurs compétences linguistiques insuffisantes en letton, ne résout pas le problème. L'intégration profiterait au pays, mais serait aussi un signal fort à l'intention de Moscou. »  (06.10.2014)  

Mladá fronta Dnes, République Tchèque : la peur de Poutine soude les Lettons

Les questions de politique intérieure et économique ont moins influencé les Lettons dans leur vote que la peur de la Russie, constate le quotidien libéral Mladá fronta Dnes : « Normalement, il n'y a aucune raison de s'intéresser aux élections en Lettonie. Mais l'époque que traverse l'Europe, surtout la partie de celle-ci à la portée de la Russie, n'est pas normale. La région vit dans la peur des velléités conquérantes de Poutine. La Lettonie, bien qu'elle soit membre de l'OTAN, pourrait bientôt en faire les frais. Un tiers des citoyens lettons sont russes, et Poutine pourrait se servir d'eux comme prétexte. … Le gouvernement de centre-droit, qui tarabuste les citoyens avec sa politique d'austérité, n'a pas subi de revers électoral. Les groupes pro-russes et anti-réformateurs sont en tête du scrutin mais les autres formations ont obtenu suffisamment de voix pour les neutraliser. Si les réformes font mal, l'idée d'une invasion russe est plus effroyable encore. »  (06.10.2014)  

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète la pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.