Élections en Pologne : c'est Tusk que vous voulez

Article publié le 11 octobre 2011
Article publié le 11 octobre 2011
Le parti pro-européen de Donald Tusk, Plateforme civique a obtenu 39% des voix dimanche aux élections législatives. Pour les commentateurs, la réélection de Tusk révèle surtout un besoin de stabilité politique et d'intégration européenne, même si le Premier ministre devra aussi relever de nouveaux défis.Élections

El País - Espagne : Vers une normalisation politique en Pologne

La victoire du Premier ministre pro-européen Donald Tusk et de sa Plateforme civiquelibérale-conservatrice aux élections législatives est une grande chance pour la Pologne et l'Europe, estime le quotidien centre-gauche El País : « La réélection de Tusk offre une certaine normalisation de la vie politique en Pologne, qui a souffert jusqu'à maintenant du même manque de stabilité que les autres pays d'Europe de l'Est. La Plateforme civique n'a pas lancé de discours anti-européen et n'a pas évoqué le passé communiste pour diviser la population. Elle a simplement cherché les avantages dont dispose la Pologne par son adhésion à l'UE. … L'image que la Pologne donnait d'elle sous le nationalisme des Kaczyński a radicalement changé sous le mandat de Tusk, qui a dirigé discrètement. Sa victoire donne à la Pologne la possibilité de conforter les progrès obtenus jusque-là et d'étendre son influence dans le projet européen. Pour son propre avantage, mais aussi celui de toute l'Union européenne. »

Article publié le 11.10.2011

Magyar Nemzet - Hongrie : Donald Tusk calme les esprits belliqueux

En réélisant le Premier ministre Donald Tusk et sa Plateforme civique (PO), les Polonais se sont exprimés en faveur de la stabilité et de la continuité, estime le quotidien conservateurMagyar Nemzet : « En période de crise, les individus ont surtout besoin de stabilité et de visibilité. Les électeurs rejettent les changements à l'issue incertaine. … Bien que de plus en plus de Polonais aient exprimé leur mécontentement quant à la politique du PO, Donald Tusk et sa coalition peuvent poursuivre avec leurs erreurs et leurs faiblesses. Le fait que le PO passe actuellement comme le garant de la stabilité polonaise est un élément prépondérant. Bien sûr, Tusk et son équipe ont aussi leurs qualités, et l'économie polonaise a été la seule en Europe à ne pas sombrer dans la récession au plus fort de la crise. La majorité de la société polonaise est reconnaissante du gouvernement Tusk d'avoir su calmer les esprits dans le pays après les années troublées au pouvoir du parti belliqueux Droit et Justice. »

Article publié le 11.10.2011

Hospodářské noviny - République tchèque : Tout reste à prouver

Donald Tusk est le premier chef de gouvernement polonais depuis la chute du communisme dont le mandat a été reconduit. On ne connaîtra toutefois sa véritable valeur que dans les quatre années à venir, estime le journal économique Hospodářské noviny : « Sur le plan économique, Tusk a eu beaucoup de chance pendant son premier mandat. Une semaine avant la chute de Lehman Brothers, il annonçait en effet en grandes pompes que la Pologne disposerait de l'euro dans les trois ans. La Pologne a tout de même été le seul pays européen à connaître une augmentation de son PIB en 2009 grâce à la forte demande intérieure et à l'arrivée des fonds européens. … On saura si Tusk et son équipe sont vraiment bons seulement lors du deuxième mandat. Les entrepreneurs polonais et les experts économiques pensent du moins que Varsovie ne pourra pas éviter aussi facilement une deuxième vague de crise. »

Article publié le 11.10.2011

Rzeczpospolita - Pologne : La santé économique avant la victoire politique

Le deuxième mandat du Premier ministre Donald Tusk réserve autant de difficultés que le premier car il faut en priorité assainir le budget, estime le quotidien conservateur Rzeczpospolita : « Pendant sa première législature, sa tâche principale consistait à s'occuper de l'économie réelle et d'investissements essentiels dans l'infrastructure (notamment les travaux publics). Pour sa deuxième législature, une politique économique prévisible et une gestion prudente des capitaux ne suffiront certainement pas pour donner une nouvelle victoire électorale à la Plateforme civique. La première législature de la coalition du PO [Plateforme civique] et du PSL [Parti paysan polonais] a été marquée par la grave crise financière mondiale, contre laquelle la Pologne a fait front. Le prix à payer était élevé, la dette publique ayant largement augmenté. … D'où un déficit record des finances publiques. Le gouvernement doit désormais absolument enrayer l'endettement croissant et réduire le déficit. »

Article publié le 11.10.2011

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photos (cc) europeanpeoplesparty/Flickr; video: YouTube