Élections 2012 en Russie : l’opinion anti-Poutine s’exprime sur Twitter

Article publié le 28 octobre 2011
Article publié le 28 octobre 2011
Pour célébrer le 59ème anniversaire de Vladimir Poutine, le 7 octobre, une militante pro-Kremlin a posté un message contenant un clin d'œil à un poème de l'ère soviétique, il se terminait par « merci Poutine ». Ces mots ont été repris ironiquement par de nombreux utilisateurs de Twitter. Serait-ce là le début d'une vague de protestation?

Ce flot de message est publié au moment où le Premier ministre, Vladimir Poutine, est en tête des sondages de popularité en Russie. En septembre2011, il a remporté 68% d’intention de vote à l’élection présidentielle de 2012 dans un sondage réalisé par l’agence indépendante Levada. Les politiques occidentaux lui envient ce score. Ce chiffre place Poutine devant le président actuel Dimitri Medvedev (62%). Les sujets des tweets postés étaient très variés (« des hashtags payés par le budget », « Nous sommes revenus au pays des Soviets »,…), mais le volume impressionnant de messages a permis au tag « #СпасибоПутинуЗаЭто » (« Merci Poutine ») d’atteindre le haut de la liste des tendances en quelques heures seulement, le 7 octobre, jour de l’anniversaire de Poutine.

La Russie et les médias sociaux en 2012

Une enquête du géant russe de l’Internet, Yandex, s’est récemment penchée sur l’utilisation de Twitter par les Russes. Elle a compté plus d’un million de comptes en juillet 2011. Une moyenne de 370 000 tweets sont envoyés en russes chaque jour (en comparaison, on en comptait 150 000 en mars 2010), parmi lesquels environ 8% de retweets (contre 5% en mars 2010). Le flux de tweets envoyés le jour de l’anniversaire de Poutine pourrait laisser penser que les relations entre le Kremlin et le Russe moyen sont loin d’être roses, mais Twitter facilite, voire encourage, ses utilisateurs à suivre le mouvement. Il est en effet très facile de laisser la nature humaine et son besoin d’appartenance à un groupe prendre le dessus et suivre la tendance. Le nombre d’utilisateurs actifs de Twitter a en fait dramatiquement chuté, seuls 6.4% des comptes sont actifs (contre 60% en mars 2010). Ceci reflète une tendance observée mondialement par une enquête du Business Insider, qui a montré que seulement 10% des utilisateurs mondiaux inscrits sur Twitter utilisaient réellement le site de microblogging.

« #СпасибоПутинуЗаЭто » était une bonne blague pour les utilisateurs de ce vendredi après-midi. Cependant, on doute que cela puisse ou doive être interprété comme un réel mouvement d’opposition contre Poutine. La tendance de cette affaire exprime une réaction négative à l’encontre du candidat à la présidentielle, mais ceci n’est pas révolutionnaire, politiquement parlant. Quel rôle les médias sociaux joueront-ils dans la présidentielle de 2012 ?

Front uni d'opposition russe ?

Quand Poutine s’est présenté pour la première fois au poste de président en 1999, la pénétration populaire d’Internet était beaucoup plus faible. Les plates-formes d'expression personnelle comme les blogs et les forums avaient alors un impact beaucoup plus limité. Ils n'étaient pas considérés comme le reflet de l'opinion publique, comme le sont aujourd’hui les grands noms des années 2000-2010. Des chercheurs tels que Josh Machleder et Gregory Asmolov sont optimistes. Les auteurs de l'étude Social Change and the Russian Network SocietyChangement social et la Société du Réseau russe », août 2011) suggèrent que le gouvernement russe a été sensible à l'augmentation de l’utilisation d'Internet parmi les Russes en âge de voter. Le gouvernement s’est ainsi efforcé d’améliorer sa présence sur le Web, avec un certain nombre de fonctionnaires, dont Medvedev présents sur les blogs et sur Twitter, ainsi que la mise en place de diverses plates-formes e-Gov (par exemple, youtube.com/Kremlin) grâce auxquelles les internautes peuvent accéder à des données publiques en ligne.  Toutefois, les recherches menées par le pôle de recherche de l'Université de Harvard, le Berkman Center, suggère que la blogosphère reste l'espace public le moins censuré, d'importants groupes de bloggeurs y expriment leur opposition au parti au pouvoir, Russie unie. Les sites de réseaux sociaux ne sont pas censurés. Internet est un terrain fertile pour l’expression de l’opposition des mouvements populaires au gouvernement autoritaire.

D'autre part, cette opinion est trop positive. La même étude, dans Public Discourse in the Russian BlogosphereLe discours public dans la blogosphère russe », Octobre 2010), révèle que moins de 5% de la population adulte russe est régulièrement active sur des blogs à thèmes politiques. Sur ce faible pourcentage, environ la moitié des bloggeurs résident dans la région de Moscou, un quart dans la région fédérale de Sibérie et le reste est dispersé dans ce vaste pays. L'image qui en émerge n’est donc pas un reflet démographiquement équitable de l’opinion russe. Les bloggeurs politiques en Russie n’expriment pas l’opinion de la nation toute entière, mais plutôt celle d’une minorité urbaine globalisée.

Il est encore tôt dans la saison électorale. Avec un taux de suffrage de moins de 50%, aux élections régionales de 2010 et des rumeurs d’un déclin du soutien populaire à Russie Unie, même un anti-réseau social comme Poutine, ferait bien d’y prêter attention. Les Russes utilisent de plus en plus Internet pour manifester leur militantisme, ce qui n’était pas le cas auparavant, souligne un article de Radio Free Europe le 10 Octobre. L’article évoque le rôle du réseau social Vkontakte, version russe de Facebook, dans un tel activisme. Gardons à l'esprit que ce site a également été l’un des canaux d’expression en faveur de Poutine, y compris par exemple, la campagne « Les femmes se déshabillent pour Poutine ».

Photos : main (cc) goethemoskau/ Flickr