Election européennes 2009 : comment ça marche ?

Article publié le 28 mai 2009
Publié par la communauté
Article publié le 28 mai 2009
Avant d’entamer notre tour des listes européennes de l’Ile-de-France, un court rappel sur le mode de scrutin, qui va élire les futurs députés du parlement européen, semble nécessaire. En effet, ce sont 375 millions d’électeurs issus de 27 Etats qui vont désigner les 732 nouveaux sièges, de la grande assemblée nationale de l’UE.

Si le parlement européen est jusqu’au 7 Juin composé de 785 députés, le traité de Nice a fixé de le nombre de députés pour la prochaine mandature à 732 députés. Ce chiffre n’est susceptible de connaître des évolutions que si le Traité de Lisbonne est ratifié par l’Irlande, celui-ci prévoyant implicitement de nouvelles entrées dans l’UE. Si c’est le cas, la mandature 2014-2019 sera composée alors, 755 représentants des nations européennes La France, quant à elle, enverra 72 députés, contrairement au 79 qui siégeaient lors de cette précédente mandature. Le mode de scrutin et le découpage électoral, décidé par décret, présente les aspects suivants. Un seul tour sera mobilisé pour faire le choix entre 161 listes, inégalement représentées dans les 8 circonscriptions (on parle plus de région, à l’échelle de ces élections européennes). 72 sièges leurs sont réservées, inégalement distribuées dans les 8 régions françaises

En région Ile-de-France

Parmi celles-là, l’île de France compte 28 listes pour 13 sièges, et 6,2 millions d’électeurs potentiels. Les grandes forces en présence occupent l’espace politique, avec pour l’UMP Michel Barnier, le ministre de l’agriculture et de la pêche, accompagnée sans conviction par Rachida Dati, la garde des sceaux. Pour le PS, Harlem Désir se présente sous la bannière du rassemblement, et du vote utile. Le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) et le Front de Gauche représentent l’aile gauche de… la gauche, et les écologistes pourront compter sur le panache de sa tête de liste en la personne de Daniel Cohn-Bendit. Au total, on recense 28 listes hétéroclites en Ile-de-France, mais seules les listes précédemment citées ainsi que celles du Modem, de Libertas (le parti du vicomte De Villiers), la liste Espéranto, et l’alliance écologiste, sont capables de s’aligner dans les 8 circonscriptions. En clair, en France, 161 listes, issues de 41 formations politiques différentes, présentant 3115 candidats se livreront une lutte fratricide pour s’accorder les faveurs des électeurs français.

La liste Abstention écrase ses concurrentes

Fratricide vraiment ? Tous, savons que l’élection ne passionne pas les foules, et il semblerait que la machine médiatique ait pris du retard pour informer les citoyens, puisque les canaux d’information ne multiplient les rendez-vous politiques seulement depuis une semaine. Le taux d’abstention risque d’être la principale vedette de ce scrutin, estimé aujourd’hui à hauteur de 50%. Selon les politologues, une élection mobilise seulement quand il y a enjeu, lorsqu’il y a un sentiment d’utilité de vote. Or, pour qu’il y ait cet enjeu, il faut un débat, et un affrontement idéologique, qui n’est pas visible à ce stade de la campagne électorale. De plus, les nombres importants de listes, les nouvelles recompositions politiques (le front de gauche par exemple, issu du rapprochement du Parti Communiste et du Parti de Gauche de Jean Luc Mélenchon), et les différents stades des scrutins (élections municipales, régionales, nationales, et européennes) entraînent vraisemblablement une certaine confusion dans les esprits des citoyens, et un désintérêt pour cette élections. Enfin, le faible engouement des élus français eux-mêmes, ne facilite pas les choses.

80% de nos lois issues du Parlement Européen

Délaissons pour une fois Rachida Dati, et intéressons-nous à Olivier Besancenot qui n’est que troisième sur la tête de liste NPA d’Ile-de-France. Ceci révèle que même parmi la classe politique, les élections européennes peinent à représenter un enjeu véritable. Or c’est pourtant le cas. Un pourcentage important (certain disent 80%) de nos lois, sont d’essence européenne ! Le 7 Juin, les listes qui ont fait plus de 5% se répartiront les sièges accordés à la règle de la plus forte moyenne, pour chaque région, selon le mode de scrutin à la proportionnel. A cette heure, ci le parti de l’abstention remporte la moitié des 72 sièges. Faîtes qu’il en soit autrement, votez !

Crédit photo :

Récapitulatif des listes européennes en Ile-de-France

Liste Lutte ouvrière (LO), conduite par Jean-Pierre Mercier ; Liste Pas question de payer leur crise, soutenue par le Nouveau parti anticapitaliste (NPA, trotskiste), conduite par Omar Slaouti ; Liste Front de gauche soutenue par le PCF et le parti de gauche, conduite par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité ; Liste Changer l'Europe maintenant soutenue par le PS, conduite par Harlem Désir, député européen ; Liste Europe Ecologie soutenue par les Verts, conduite par Daniel Cohn-Bendit, député européen ;  Liste Notre énergie pour la terre soutenue par le Mouvement écologiste indépendant, conduite par Jean-Marc Governatori (écologiste) ; Liste Europe, démocratie, espéranto conduite par Elisabeth Barbay (divers) ; Liste Nous l'Europe soutenue par le MoDem, conduite par Marielle de Sarnez, députée européenne ; Liste Newropeans conduite par Marianne Cormier-Ranke (divers) ; Liste Quand l'Europe veut l'Europe peut, soutenue par l’Ump et le Nouveau centre, conduite par Michel Barnier, ministre de l’agriculture ; Liste Debout la République (DLR, droite souverainiste) conduite par Jean-Pierre Enjalbert, maire de Saint-Prix (Val d’Oise) ; Liste Pour une Europe utile soutenue par le Centre national des indépendants (CNI, droite) conduite par Annick du Roscoät, conseillère municipale de Nantes (Loire Atlantique) ; Liste L'Europe, c'est vous conduite par Sabine Herold (divers droite) ; Liste Libertas soutenue par le Mouvement pour la France (MPF, droite souverainiste), conduite par Jérôme Rivière, avocat, ancien député des Alpes Maritimes ; Liste Alliance royale conduite par Patrick de Villenoisy (divers droite) ; Liste antisioniste conduite par Dieudonné M'bala M'bala (extrême droite) ; Liste Front national (FN, extrême droite), conduite par Jean-Michel Dubois, conseiller municipal d'Enghien-les-Bains et conseiller régional d’Île de France ; Liste Europe de Gibraltar à Jérusalem ; Liste Communistes ; Liste Citoyenneté Culture Européennes ; Liste La terre sinon rien, le bonheur intérieur brut ; Liste Europe décroissance ; Liste Parti humaniste ; Liste Union des Gens ; Liste Solidarité France ; Liste Rassemblement pour l'Initiative citoyenne ; Liste Cannabis sans frontière ; Liste Pour une France et une Europe plus fraternelles.

European Parliament/FlickR

Henri LACOUR