Economie : le MEDEF reçoit une délégation ivoirienne

Article publié le 31 octobre 2015
Publié par la communauté
Article publié le 31 octobre 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Conduite par Dominique Ouattara, Première Dame ivoirienne, une délégation a été reçue aux universités d'été du MEDEF français, à Jouy-en-Josas, dans les locaux de la prestigieuse école de commerce HEC.

Parce que l'Afrique est une terre d'avenir, elle semble attirer de plus en plus d'investisseurs, notamment européens. Pour le patronat français, de bonnes relations économiques avec la Côte d'Ivoire constituent un avantage réel et ne sauraient être négligées.

Pour les Ivoiriens, les progrès économiques déjà réalisés devraient pouvoir se confirmer avec des investissements venus de l'étranger, capables de s'appuyer sur les populations locales, et tout particulièrement sur la jeunesse.

Lors de cette session, qui s'est déroulée du 26 au 28 aout derniers, elle était d'ailleurs mise à l'honneur. Lors d'un discours prononcé en séance plénière devant un parterre d'acteurs économiques et politiques français, Dominique Ouattara a ainsi tenu à promouvoir les jeunes africains, aux côtés desquels elle mène des actions concrètes.

Désireuse de "relever le défi de la réussite de (la) jeunesse", la Première Dame a ainsi évoqué son expérience de chef d'entreprise et ses engagements humanitaires. En tant qu'ancienne cadre et chef d'entreprise, elle a tout particulièrement appuyé sur l'importance de la formation professionnelle, de la promotion interne et de la protection sociale.

Pour Dominique Ouattara, la création d' "un système éducatif, en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi et les aptitudes de chacun", capable de former aussi bien "des médecins et des ingénieurs", que des "plombiers et des électriciens" apparait ainsi comme une absolue nécessité.

Réfutant l'idée que "la jeunesse africaine constituerait un péril", elle a préféré citer l'entrepreneur Mohammed Mo Ibrahim, qui affirmait que « cette jeunesse est la première richesse naturelle du continent et (qu'il est) essentiel de la mettre en valeur ».

Pour la Première Dame, ce fut aussi l'occasion d'évoquer son parcours humanitaire à la tête de sa fondation, Children of Africa, créée en 1998, et de présenter les progrès déjà réalisés, ainsi qu'un premier bilan des actions menées. "Dans le domaine de la santé, nous avons vacciné plus de 70 000 enfants et soigné près de 25 000 autres" a-t-elle par exemple affirmé.

En effet, œuvrant dans une dizaine de pays d'Afrique de l'ouest, Children of Africa propose des actions en faveur des plus jeunes, fondées notamment sur l'accès aux soins pour tous et une alphabétisation croissante des populations.