Echos chypriotes à la « jungle » de Calais

Article publié le 28 septembre 2009
Publié par la communauté
Article publié le 28 septembre 2009
Hasard du calendrier ou signe des temps ? Les forces de police française ont délogé mardi 22 septembre des immigrants clandestins installés près de Calais. Trois jours plus tard, vendredi 5 septembre, une action assez semblable avait lieu à des milliers de kilomètres de là, aux confins sud-est de l'Europe, sur l'île de Chypre.

L'information est rapportée par le journal Phileleftheros qui laisse une large place à la réaction outrée de la Haute autorité contre le racisme et les discriminations à cette arrestation massive d'immigrés, à Nicosie, la capitale chypriote: « La façon dont s'est déroulée l'opération, l'élévation de barricades au centre-ville, l'entrée brutale dans les maisons où résident ces immigrés, leur transport en masse vers les postes de police, l'usage de menottes, et le tout suivi par les médias et accompagné de relents de stéréotypes racistes et xénophobes sur le 'problème de l'immigration clandestine', ne conviennent pas à un état de droit », accuse Iliana Nikolaou, présidente de cette autorité. Elle dénonce également l'amalgame fait entre immigration et criminalité qui fait injure aux immigrés et ne permet pas de régler les problèmes et invite la police à ne plus reconduire ce type d'opérations qui sont une attaque aux droits fondamentaux de l'homme. En revanche, elle appelle bien sûr de ses voeux une politique ambitieuse et cohérente pour permettre l'accueil et l'intégration de ces arrivants dans la société chypriote. Qu'est-il advenu des individus arrêtés, et pourquoi cette opération a-t-elle été mise en place ? L'article ne le précise pas, mais il n'en reste pas moins que le comportement dénoncé prend désormais des airs de déjà vu européen.

Ajoutons pour finir qu'un entrefilet publié dans le journal grec Ta Nea annonçait mercredi que la plupart des clandestins arrêtés à Calais seraient renvoyés, en vertu des règles de la convention de Dublin, dans le pays où ils avaient pour la première fois foulé le sol européen, c'est-à-dire, pour beaucoup d'entre eux, la Grèce... La boucle serait-elle malheureusement bouclée ?