Du marché de Noël au Santa's ghetto

Article publié le 5 janvier 2006
Publié par la communauté
Article publié le 5 janvier 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Rien n’oblige à passer Noël chez soi. Pourquoi ne pas jeter un coup d’œil aux distractions offertes par nos voisins européens ?

L’Avent est l’occasion de (re)découvrir les marchés, sculptures et autres curiosités de Noël : des traditionnelles crèches aux événements plus alternatifs, zoom sur quelques unes des plus originales destinations de Noël.

Vienne, Autriche : le marché de Noêl

Scène typique de Noël : des parents avalent le vin chaud que le marchand d’une échoppe clignotante a puisé d’un chaudron fumant. Ils se réchauffent. Leurs rejetons grignotent joyeusement un pain d’épice en regardant des bougies en cire d’abeille et des jouets en bois. Des couples d’amoureux, flânant d’une échoppe à l’autre, se partagent une brochette de fruits recouverte de chocolat. C’est à cela que ressemble le marché de Noël de Vienne, vieux de plus de 7 siècles. 145 baraques en bois sont installées sur la place de l’Hôtel de Ville, offrant de tout, des décorations d’arbres de Noël aux marrons grillés, en passant par les objets en verre et les articles textiles. Environ 3 millions de visiteurs, dont près de 500 000 étrangers, affluent chaque année sur le marché de la capitale autrichienne. Ouvert jusqu’au 23 décembre, le marché est accessible tous les jours de 9 heures à 21 heures et le 24 décembre jusqu’à 17 heures.

Pour plus d'infos, cliquez ici

Naples, Italie : les crèches de la Via San Gregorio Armeno

Dès le 8 décembre, des crèches de Noël artisanales sont régulièrement exposées dans une rue de Naples, « Via San Gregorio Armeno ». Ces crèches napolitaines ne représentent pas seulement la naissance de Jésus mais aussi la vie quotidienne des villageois. Ainsi, on peut trouver à côté de la Sainte-Vierge une authentique « mamma » en train de préparer des spaghettis ou un pizzaïolo replet tenant un peu de pâte en équilibre au bout de son doigt. On trouve même des sculptures représentant des caricatures de célébrités contemporaines. Rien d’impossible donc à ce qu’un Berlusconi de bois, déguisé pour l’occasion en berger, apparaisse au beau milieu des Rois mages. Au départ, les premières crèches ont été fabriquées par des moines et présentées dans des églises. Plus tard, ce sont les nobles qui ornèrent les toits de leurs demeures de décors bibliques. Depuis le 17ème siècle, les crèches sont réalisées par des ouvriers spécialisés. Ils possèdent aujourd’hui leurs propres magasins dans la même « Via San Gregorio Armeno » où ils exposent et vendent leurs crèches au moment de Noël.

Pour plus d'infos, cliquez ici

Brugges, Belgique : le palais des glaces

Au cœur de la ville de Bruges en Belgique, locaux et vacanciers peuvent entrer dans le monde féerique de Noël…. équipés de préférence de moufles et d’un anorak en duvet. A Bruges, on peut en effet visiter un château de neige et de glace ouvert tous les jours jusqu’au 8 janvier, de 10 heures à 19 heures. Par un froid glacial avoisinant les –5°C, petits et grands peuvent aller à la recherche du coffre à trésor de la Reine des neiges. Les visiteurs traversent des porches en glace, passent devant des sculptures d’un bleu profond ou d’un blanc étincelant. Depuis quelques années, ce festival de glace est organisé en décembre. En 2005, 35 artistes venus de Chine, d’Amérique et de Suède ont participé à la construction de cet édifice gelé.

Pour plus d'infos, cliquez ici

Londres, Grande-Bretagne : Santa’s Ghetto

Depuis 3 ans, il est possible de faire ses achats dans un lieu plutôt underground, situé non loin du paradis londonien de la consommation, « Oxford Street ». Là, à « Santa’s Ghetto », l’équivalent d’une exposition de Noël d’art brut en quelque sorte, on trouve des toiles, sculptures et illustrations de certains des artistes de rues les plus remarquables de Londres. Des œuvres de Banksy, père de l’art au pochoir, sont exposées ; des sérigraphies signés Jamie Hewlett, le créateur des personnages du groupe anglais « Gorillaz » sont à vendre. L’année dernière, un Père Noël factice pendu à une potence figurait devant la porte du magasin. A l’intérieur, au choix une peinture à l’huile représentant Marie et l’enfant Jésus avec un i-pod à la main ou une étoile de Noël faite de petits chapeaux de ville flottant au plafond. Ce curieux mélange hybride d’expo et de marché se tient au cœur de la capitale britannique, du 1er au 24 décembre au 9 Berwick St, Soho, London W1.

Pour plus d'infos, cliquez ici

Stockholm, Suède : la fête de Lucie

Depuis plusieurs siècles, le 13 décembre est un jour particulier en Suède. Avant la réforme du calendrier Grégorien, la nuit du 13 au 14 décembre était la nuit la plus longue et la plus sombre de l’année, le moment du solstice d’hiver. Le 13 décembre, on célèbre donc la fête de Lucie en hommage à Sainte-Lucie, l’une des premières chrétienne, originaire de Sicile et morte en martyre pour avoir apporté de la nourriture à des croyants maltraités par les Romains. Sans que l’on sache exactement comment le mythe parvint jusqu’au nord, Sainte-Lucie, dont le nom signifie « lumière » fut fêtée dès le Moyen Age en Scandinavie. Chaque entreprise, école ou village choisit alors sa propre Lucie qui, vêtue d'une longue robe blanche et coiffée d'une couronne garnie de bougies, défile à travers la ville, escortée d’un chœur de jeunes filles et de jeunes garçons. Sa ceinture rouge rappelle la mort tandis que les bougies tenues par les enfants symbolisent le retour de la lumière dans la ville.

Pour plus d'infos, cliquez ici