DSK, de nouveau présidentiable ? Banon.

Article publié le 4 juillet 2011
Article publié le 4 juillet 2011
Un tribunal américain a libéré vendredi sur parole Dominique Strauss-Kahn. Le parquet a émis des doutes quant à la crédibilité de la victime présumée, Nafissatou Diallo, qui a menti sous serment.
Pour autant une écrivaine française, contributrice du site Internet Atlantico (qui avait déjà soulevé un lièvre compromettant à propos de DSK), Tristane Banon, vient de déposer plainte, ce jour, pour tentative de viol. La presse européenne critique la condamnation prématurée de DSK par la justice américaine tout en saluant la levée d'un tabou concernant les abus sexuels en politique.

Portugal, Público : DSK s’est fait judiciairement violé

La justice américaine n'a pas traité correctement l'ancien chef du FMI, Dominique Strauss-Kahn, critique le quotidien Público : « Et si Strauss-Kahn avait été la victime d'une conspiration qui pourrait rivaliser avec les meilleurs scénarios des bonnes vieilles séries B ? Si le tribunal prouve par hasard que la plainte relève d'une intrigue et que l'ex-président du FMI est la victime de faux témoignages et d'un tribunal qui, dans son zèle, a porté une atteinte inimaginable à la présomption d'innocence ? … Il est encore trop tôt pour annoncer l'innocence de Strauss-Kahn, mais sa libération montre bien que les preuves évidentes qui ont mené à le présenter au tribunal de New York en menottes n'étaient pas si évidentes. On pourrait dire que cela peut se produire dans tout système judiciaire. … Mais parce qu'il est concevable que Strauss-Kahn soit innocent et que la victime présumée mente, toute la procédure s'avère répugnante et inacceptable. »

(Article publié le 02.07.2011)

 France, Libération : L’occasion de parler du sexe en politique

Les poursuites pour tentative de viol contre l'ex-directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, seront vraisemblablement abandonnées après l'apparition d'éléments mettant en cause la crédibilité de la plaignante. Ce scandale a néanmoins suscité des questions importantes, estime le quotidien de gauche Libération : « Quoique nous apprenne désormais la suite de l'enquête, ... l'affaire DSK a été le déclencheur d'un examen de conscience, inattendu et général, sur les rapports entre journalistes et responsables politiques, sur les rapports hommes-femmes, sur la parole féminine dans la société en général. D'un fait divers mondialisé à nos émois les plus intimes, rarement la macro aura aussi bien imprimé le micro. De cet examen de conscience, de cette déconstruction de nos habitudes et de nos certitudes, la pertinence et la nécessité demeurent. Même s'il n'est pas établi que DSK a franchi la limite entre un comportement notoire de dragueur lourd et le viol, cela n'en rend pas plus acceptable l'omerta ayant longtemps couvert le harcèlement et les agressions sexuelles, notamment dans les milieux politiques. »

(Article publié le 04.07.2011)

Autriche,  Der Standard : DSK, encore présidentiable ? 

Cette jeune femme dit s'étre fait agréssé par DSK en février 2003 alors qu'elle faisait une interview de luiAprès le tournant dans l'affaire DSK, son éventuelle candidature à la présidence française est toujours possible. Mais son comportement envers les femmes serait un risque en tant que premier homme du pays, estime le quotidien de centre-gauche Der Standard : « Un tel homme peut-il être élu président français ? Certainement, si les socialistes le nomment et que le peuple le préfère majoritairement à Nicolas Sarkozy. Il serait alors légitimement au pouvoir et (avec tout son savoir) l'un des hommes les plus puissants de la planète. … Dominique Strauss-Kahn peut faire ce qu'il veut, d'autant que sa femme couvre ses aventures face à l'opinion publique. Mais un homme qui voudrait devenir le président d'une puissance politique moyenne ne doit pas constituer un risque pour la sécurité. DSK en est un. Même s'il est entièrement blanchi sur le plan judiciaire. Strauss-Kahn s'est toujours présenté comme un roitelet. … Il ne lui a manqué que la perruque baroque. »

(Article publié le 04.07.2011)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photos : (cc)MCdeMtl/flickr; Video (cc)euronews/YouTube; Tristane Banon (cc)Wikimedia