Dominique Ouattara met Abidjan sous les projecteurs

Article publié le 6 février 2015
Article publié le 6 février 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La capitale ivoirienne est en passe de devenir l’une des grandes métropoles du continent africain. Après le chantier des infrastructures, la vie culturelle du pays prend une nouvelle dimension pendant ces fêtes de fin d’année. Tandis que le ministre Patrick Achi se félicite de l’avancée des projets, la première dame, Dominique Ouattara, participe à la 4ème édition d’« Abidjan ville lumière ».

Devant ces succès, l’économiste Paul Derreumaux évoque la nouvelle attractivité de la ville, soutenue entre autres par la révolution numérique…

Abidjan obtient depuis plusieurs années de très bons résultats économiques ; en 2012, 2013 et 2014 la croissance du Produit Intérieur Brut a flirté avec la barre des 10%. Cette réussite s’explique en grande partie par les « ADO solutions » proposées lors de la campagne de 2010. En effet, comme le souligne le Dr Antoine Ahua Jr, le programme « d’Alassane Dramane Ouattara (ADO) était le plus et le mieux élaboré au jour J du 30 octobre 2010 ».

Il est vrai que depuis longtemps maintenant, le ministre des Infrastructures économiques, Patrick Achi est engagé dans « la course à l'émergence » note le journal Jeune Afrique. C’est lui, par exemple, qui pilotait les rénovations du pont Henri-Konan-Bédié ; selon l’un de ses conseillers, « ce chantier a rendu la circulation insupportable (…) mais si nous n'avions pas entrepris ces travaux, la circulation aurait été impossible à gérer d'ici à cinq ans ».

Le troisième pont de la ville est un véritable symbole pour l’équipe gouvernementale qui s’était engagée sur l’amélioration du réseau de transports. Après l’inauguration le 16 décembre, la Première dame Dominique Ouattara s’est rendue sur le monument le 29 décembre pour le début de la 4ème édition d’« Abidjan ville lumière ». Cette initiative participe du nouveau rayonnement de la capitale, et aura illuminé la ville pendant la période des fêtes.

Lors de la cérémonie, Dominique Ouattara, qui préside également la fondation Children of Africa, saluait « un spectacle très apprécié tant dans notre pays qu’au-delà de nos frontières et qui marquera de fort belle manière le passage à la nouvelle année ». D’autres lieux ont profité de ces éclairages, tels que la place de la République ou la cathédrale de Saint-Paul, alors que le Ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko confiait avoir « le sentiment de vivre la renaissance glorieuse de la nation ivoirienne ».

Mais au-delà de la communication, l’économiste Paul Derreumaux s’interroge dans une tribune des Echos : La Côte d’Ivoire est-elle assez "en forme" pour entraîner l’UEMOA ? Actuellement, le pays représente à lui seul 35% du PIB de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine. De plus, Abidjan vient de récupérer le siège de la Banque Africaine de Développement (BAD), augmentant l’attractivité de la métropole de plus de 4 millions d’habitants.

Autre preuve du dynamisme du territoire, le principal port du Golf de Guinée connaît une forte industrialisation. La capitale économique du pays, est en train de se muer en capitale technologique continentale. Bacely Yorobi, le fondateur de la start-up SocialSpot évoque cependant des business angels encore « trop rares dans le secteur abidjanais des nouvelles technologies »…