Dominique Folloroux inaugure la première salle de cinéma en 3D 

Article publié le 22 août 2015
Publié par la communauté
Article publié le 22 août 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les cinéphiles ivoiriens sont aux anges : lors du déroulement de la première édition des Rencontres du cinéma francophone à Abidjan, les 3 et 4 juin, le Majestic Ivoire a ouvert ses portes. Cette salle de cinéma symbolise le retour du 7ème art dans le pays.

« Le cinéma ivoirien renaît et revient. Il revient avec des films et des salles. Il nous faut des salles », a martelé le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandama. A ses côtés, Dominique Folloroux a évoqué une « résurrection »  du cinéma ivoirien. En effet, le Majestic avait été fermé pendant plus de quinze ans, et avec lui c’est toute l’industrie cinématographique qui s’était progressivement éteinte. Une telle réhabilitation a donc été saluée par tous les acteurs et  réalisateurs qui y ont vu une opportunité de reprise de leur activité artistique.

La rénovation n’a pas été faite qu’à moitié. La salle a été équipée avec du matériel ultra moderne. Le directeur d’Exploitation, Sylvain Agbré, a personnellement veillé  à ce que les nouvelles dispositions soient conformes aux standards européens. Ainsi, des films en 3D peuvent être projetés pour la première fois en Côte d’Ivoire. La qualité sonore est assurée par un système 7.1 Dolby Surround qui permet d’immerger les spectateurs. Ces derniers pourront venir nombreux assister au spectacle ; puisque le cinéma dispose de plus de 300 places.

Pour participer à la cérémonie d’inauguration, outre Dominique Folloroux et le ministre de la Culture, trois membres du gouvernement étaient présents. Cette réouverture s’inscrit dans une nouvelle politique culturelle qui cherche à diffuser la culture ivoirienne au-delà de ses propres frontières. Le ministre de la Culture a annoncé l’implantation prochaine de la maison Gaumont-Pathé dans le pays pour favoriser l’ouverture de nouvelles salles. En attendant, l’art ivoirien était à l’honneur comme l’a prouvé la projection de clôture du film « L’œil du Cyclone » de Sékou Traoré.