Dominique Folloroux, figure emblématique de l’œuvre sociale en Afrique

Article publié le 17 mai 2015
Article publié le 17 mai 2015

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Au lendemain du 1er Mai et des revendications sociales dans de nombreux pays d’Afrique (Sénégal, Burkina-Fas, Togo…), l’action syndicale montre ses limites. C’est pourquoi, afin de contribuer à l’amélioration du niveau de vie des populations, la présidente de la fondation Children of Africa, Dominique Folloroux, multiplie les actions de bienfaisance…

Selon l’ONG américain The Social Progress Imperative, les performances économiques ne suffisent pas toujours à assurer « la capacité d'une société à répondre aux besoins humains fondamentaux de ses citoyens ». Un constat partagé par de nombreux syndicalistes qui défilaient à l’occasion du 1er mai.

Ainsi, le docteur Atchi Walla, coordinateur de la Synergie des travailleurs du Togo rappelait : « Nous avons toujours dialogué avec nos autorités. Mais ce que nous ne souhaitons pas, c’est que nous discutions de façon indéfinie et que des engagements soient pris et qu’ils ne soient pas respectés après ».

C’est justement pour permettre des avancées concrètes sur ces enjeux, que Dominique Folloroux a créé la fondation Children of Africa dès 1998. Présente dans près d’une dizaine de pays du continent, l’organisation s’est donnée pour mission de favoriser la poursuite des Objectifs du millénaire pour le Développement.

Tandis que sa priorité reste la lutte contre le travail des enfants, l’engagement de sa présidente ne se limite pas à cette seule problématique. En effet, avec les fonds récoltés lors du gala de la fondation et tout au long de l’année, plusieurs infrastructures de santé vont pouvoir ouvrir en 2015 et notamment l’hôpital de Bingerville.

En visite dans la région de la Mé au début du mois de mai, Dominique Folloroux, a montré aussi sa détermination à améliorer le quotidien de la population ivoirienne. Pour y parvenir, elle a notamment accordé de nombreux dons à destination des publics les plus fragiles.

Dans la localité d’Yakassé-Attobrou par exemple, elle est intervenue pour aider le développement économique des femmes de la région. Elle aura donc distribué du matériel agricole (un tracteur, des broyeurs, des motos-bagages, des brouettes…), mais aussi du matériel sanitaire (des lits d’hospitalisation, des tables d’accouchement, des réfrigérateurs médicaux…), pour un montant total d’environ 120 millions de Francs CFA