Divers-cité

Article publié le 9 mai 2008
Article publié le 9 mai 2008
Bon ben, le jour de l’Europe…faut marquer le coup, comme on dit… Un peu moins que l’année dernière. «Cinquante ans ça ne se fête pas tous les jours », comme dit la France, toujours lucide et raisonnable. 51 non plus, mais ça, c’est une autre histoire… 51 donc. Bon anniversaire à tout le monde car, comme on dit aussi, l’Europe c’est chacun de nous.
Après, ça se complique parce que c’est un peu usant de rappeler chaque année l’histoire de l’Europe, les bienfaits de l’Europe, les défauts de l’Europe, les espoirs de l’Europe…Comme pour tous les anniversaires, quoi. Ceux qui aiment moyennement ça comprendront. En plus c’est férié un peu partout en Europe, un peu quand chacun veut (le 5 en Angleterre, le 8 en France, le 12 en Espagne, France et… Angleterre ?), donc l’ambiance n’est pas trop au travail.

C’est pour ça que j’ai finalement décidé de faire un petit article écolo-recycleur-appropriationiste-postmoderne. C'est-à-dire (ré-)utiliser ce que les autres ont déjà dit sur l’Europe. Ce n’est pas ce que fait l’art contemporain ? Alors pourquoi pas le journalisme contemporain ? Essayons. Et, en hommage à mon titre, commençons par « La France se nomme diversité » dit Fernand Braudel (une figure intellectuelle européenne) dans son livre L’identité de la France. Affirmation intéressante, surtout de nos jours, mais qu’il faudrait en fait appliquer à l’Europe. Remarquez aussi l’ironie de sa définition quand il cherche l’identité de la France. L’identité…c’est la diversité, et vice-versa. Bon on commence bien : mine de rien, c’est un des défis de l’Europe.

Allégeons, allégeons…c’est tout de même un anniversaire que l’on fête. Voilà donc quelques citations (« Les pilotis de l’écrivain fantôme » comme dit Erik Orsenna) amusantes sur différents pays européens. Ça vaut ce que ça vaut mais, je vous l’ai dit, on fait du remake aujourd’hui.

Allemagne : « L’Allemagne est un pays que je n’aimerais pas avoir pour voisin » (Konrad Adenauer)

Angleterre : « Il n’est pas interdit de penser que, si l’Angleterre n’a pas été envahie depuis 1066, c’est que les étrangers redoutent d’avoir à y passer un dimanche » (Pierre Daninos)

« Un anglais, même s’il est seul, forme une queue bien alignée d’une seule personne » (George Mikes)

France : « La France est un pays où il est plus important d’avoir une opinion sur Homère que d’avoir lu Homère » (Stendhal)

« Si les autres parties du monde ont des singes, l’Europe a des Français. Cela compense » (Arthur Schopenhauer)

Espagne : « Que ce soit la révolution ou la paella, rien de ce qui est espagnol n’est simple » (Michel Audiard)

Pologne : « Quand à l’action, elle se passe en Pologne, c’est-à-dire nulle part » (Alfred Jarry)

Grèce : « C’est beaucoup de rois et de chèvres éparpillés sur du marbre » (Giraudoux)

Suisse : « Les Suisses ont su construire un très beau pays autour de leurs hôtels » (George Mikes)

Voilà mon petit cadeau pour tous. J’ai fait une (tout petite) séléction. Je n’ai pas pu inclure tous les pays, mais ne vous inquiétez pas l’année prochaine je récidive avec les autres !

C’est donc la diversité qui définit chaque pays et donc l’Europe (je sais, j’ai l’air d’un homme politique ou d’un manuel scolaire…) et c’est elle qu’il faut tenter de préserver. Evidement ça serait bien que l’Union avance dans l’homogénéisation des diplômes, des impôts, des sanctions, des pouvoirs supranationaux, des infrastructures…mais on est moins pressé en ce qui concerne les contraventions, les droits télévisuels ou les prix. Profitons, tant qu’on peut encore, de cette vision (humoristique) de la diversité, qui permet de ne pas payer ses contraventions avec une voiture immatriculée dans un autre pays, de voir le foot gratuitement à travers une chaîne étrangère ou de pays les choses deux fois moins cher dans le pays voisin. En principe ça ne durera pas, l’Europe va inévitablement, lentement mais inévitablement, finir par être réellement un seul espace. Je suis optimiste, me dira-t-on : oui, mais « L’heure est à l’optimisme. Gardons le pessimisme pour des jours meilleurs » (celle-ci est anonyme).

Concluons, concluons…car ce n’est pas une félicitation que je fais c’est une dissertation ! Pour finir avec le sourire et souhaiter un joyeux anniversaire à l’Europe, une dernière devinette sur sa « divers-cité » :

« Qui est lent comme le Suisse, borné comme le Belge, sournois comme le Hollandais, lourd comme l’Allemand, insignifiant comme le Luxembourgeois, dédaigneux comme l’Anglais, bidon comme l’Italien et exaspérant comme le Français ? L’Européen, l’homme de demain » (Georges Wolinski)

Article d'Aurélien Le Genissel, journaliste francoespagnol basé à Barcelone.