Des radicaux boycottent les fêtes

Article publié le 20 décembre 2007
Article publié le 20 décembre 2007

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le gros bonhomme rouge débarque en ville. Une chose est sûre : les ennemies de la société de consommation, comme les écologistes et les catholiques, ne l’attendront pas devant la cheminée.

Les Irlandais décrochent la palme du panier percé : selon un sondage récent, ils dépenseront, cette année, en moyenne 1 431 euros pour leurs achats de Noël. Les Français tireront 556 euros de leurs porte-monnaies, les Allemands, 420 euros et les Hollandais, 411 euros.

Des chiffres effarants pour un personnage dénommé Steve, qui écrit sur son site anti-Noël : « Cette fête attaque directement nos esprits. Son seul but est d’endoctriner les jeunes dans la consommation, et par extension, dans des habitudes qui favorisent le capitalisme. »

Envoyer bouler Noël

Pour Steve, Noël est un jour férié rêvé pour le capitalisme. On encourage les gens à dépenser excessivement et les acheteurs laissent tomber la garde sous l’assaut de la publicité et les nombreuses tentations.

La famille, l’amitié, et l’attention portée à ses proches sont des émotions rares exploitées à fond par les publicitaires. Les pubs de Noël vous bombardent avec des offres spéciales et vous rendent coupables si vous n’avez toujours pas fait le plein de cadeaux. Pas besoin d’avoir un esprit particulièrement critique pour protester contre les boutiques et les entreprises qui lancent leurs campagnes marketing de Noël dès le mois d’octobre.

D’autres s’offusquent carrément. Pour eux, trop, c’est trop. Depuis le début du 21e siècle, des groupes anti-Noël, assez médiatisés, sont devenus connus du grand public. En premier lieu : ‘Adbusters’, une association anti-consumériste canadienne qui proteste contre le matérialisme excessif, et ceci toute l’année.

Leur campagne intitulée ‘Buy nothing day’, le jour où l’on décide de ne rien acheter, est lancée au début de la saison des fêtes de fin d’année. Les membres du Christmas Resistance Mouvement et son homologue français, le Mouvement anti-Noël, ont choisi de boycotter les fêtes, en refusant d’acheter des cadeaux.

Noël écolo ?

Dépenser trop d’énergie, bousiller l’environnement en empaquetant des cadeaux, en accrochant des lumières et des décorations inutiles dans les rues : il semble que Noël n’est pas aussi ‘vert’ que son emblème de toujours : le sapin.

En 2005, 32,8 millions de conifères ont était coupés, puis vendus pour un total de 1 374 millions de dollars aux Etats-Unis seulement. Offrir des cadeaux ‘non matérialistes’ pourrait être une alternative pour faire de Noël un moment plus écologique et moins consumériste.

Johanna Duyan, 26 ans, est canadien. Il a décidé de ne pas offrir de cadeaux achetés dans les magasins à ses amis et à sa famille : « Noël ne tourne qu’autour des achats et on dépense trop d’argent. C’est pourquoi, chaque année nous choisissons une association de charité pour donner de l’argent. L’an dernier, c’était pour les autistes. Cela nous fait tellement plus plaisir de savoir que notre argent va servir une cause utile et positive dans ce monde. »

L’Allemande Kate Kilpatrick, 35 ans, propose une solution équivalente : « Une amie à moi a l’habitude, en famille, d’offrir des ‘services’ pour Noël. Par exemple, son frère a promis de garder son bébé pour un week-end, pendant l’année, afin qu’elle et son mari puissent partir deux jours sans avoir à s’occuper du petit. Donner du temps, et s’engager auprès de quelqu’un d’autre, a plus de sens et de profondeur que d’offrir un vrai cadeau. »

Et Jésus dans tout cela ?

Qui se souvient encore que le 25 décembre est en fait une fête catholique qui célèbre la naissance de Jésus Christ à Bethlehem il y a vingt siècles ? Un anniversaire qui fait réagir les athées et les cathos.

Les conservateurs chrétiens s’offusquent que l’esprit religieux de la nuit de Noël ait été dénaturé. Alors que les sociétés de l’Occident sont de plus en plus diversifiées culturellement, la question est de savoir si le Christ a encore quelque chose à voir avec Noël. Dans son livre, ‘Le problème avec Noël’, un Américain athée, Tom Flynn, démontre que les traditions de Noël doivent être reconsidérées. Cette célébration universelle mène, selon lui, à des confrontations d’ordre culturel que les peuples doivent évités. Pourquoi les Musulmans, les Juifs et les Athées seraient-ils obligés de célébrer une fête chrétienne ?

Anti-Xmas toolkit

Boycotte Noël : Envois un sacrilège ou quelque chose de phallique, une carte de Noël ou des auto-collants et des posters