Déprimée, l'Italie ? Le New York Times a raison

Article publié le 7 janvier 2008
Article publié le 7 janvier 2008
Notre Président de la République, Giorgio Napolitano, a voulu répondre aux critiques du New York Times contre l'Italie, accusée d'être un pays en déclin. Au cours de sa visite aux Etats Unis de la mi-décembre Napolitano a dit que: « L’Italie est tout à fait un pays fort sur le quel cela vaut la peine d'investir.
Il ne faut pas être superficiellement optimistes, mais pas non plus sensationnalistes ».

Mais que dit exactement le NYT ? L’article n’invente rien. Il dit que l’Italie se fera dépasser par l’Espagne dans pas longtemps en ce qui concerne le PIB par habitant. L’11% des familles vit sous le seuil de pauvreté. Deux livres, La Casta et Gomorra (dont vous pouvez lire/voir l'interview à l'auteur, Roberto Saviano), expriment bien le malaise qui règne un peu partout dans le pays. Enfin le NYT affirme que les Italiens sont le peuple le plus triste parmi ceux de l’Europe occidentale d’après un sondage conduit à l’Université de Cambridge par l’italienne Luisa Corrado.

Mais le quotidien de Times Square (dans la photo avec David Mc Craw, l’un de vice-présidents) parle aussi d’un sujet qui nous est cher : le clivage générationnel. Il mentionne le bloggeur Mario Adinolfi: « Ici en Italie on pourrais même pas concevoir un Google créé dans un garage par des gars de trente ans ». Nous nous permettons de corriger Adinolfi : Larry Page et Sergei Brin avaient bien vingt ans quand ils ont créé celui qui serait devenu le premier moteur de recherche au monde. Quant à l'Italie, pour le NYT c’est justement les jeunes « cultivés, qui voyagent et utilisent Internet » qui pourraient s’avérer la clé du changement, affirme l’auteur de l’article « mais seulement quand... la génération au pouvoir aujourd’hui sera morte ». En attendant, ce sont toujours très nombreux les jeunes Italien qui quittent le pays. Que Napolitano regarde en face la réalité ! L’Italie est en train de glisser dans un sous-développement effrayant. D’ailleurs il suffit de lire les résultats du sondage en ligne du Corriere della Sera : plus de 90% des Italiens est d’accord avec le NYT. Un peuple de sensationnalistes dirait Napolitano !

Traduit par Alessandro Mancosu