Départ de Kadhafi ? L’OTAN presse.

Article publié le 22 août 2011
Article publié le 22 août 2011
L’offensive semblait tourner à la guerre de position. Pourtant, selon leurs propres informations, les rebelles libyens se sont pratiquement emparés de toute la capitale du pays, Tripoli. Tandis que Mouammar Kadhafi est manifestement en fuite, trois de ses fils sont entre les mains des insurgés.
Les commentateurs doutent des intentions démocratiques des rebelles et discutent des tâches de l'Europe pour la période de transition.

Lidové noviny - République tchèque : Des rebelles encore suspects

On sait peu de choses des vainqueurs de la révolution libyenne, constate le quotidien conservateur Lidové noviny, qui estime que ceux-ci pourraient tout autant surprendre que les révolutionnaires égyptiens : « Nous ignorons toujours quelles sont les idées et les valeurs qu'ils défendent, s'ils sont de possibles partenaires pour l'Occident et le monde arabe. … L'exemple égyptien est un avertissement. Le gouvernement révolutionnaire en place en Egypte ne fait que confirmer les convictions des sceptiques : comment est-il possible que des terroristes de Gaza puissent attaquer le sud d'Israël en passant par le Sinaï égyptien ? Pourquoi donc portaient-ils des uniformes militaires égyptiens ? Pourquoi donc l'Egypte rappelle-t-elle son ambassadeur de Tel-Aviv après la réponse israélienne, alors qu'elle ne proteste pas contre le sanglant régime syrien ? Il semble que pour les Egyptiens, leur propre victoire est plus importante qu'une paix qui dure depuis 30 ans avec Israël. »

Article publié le 22.08.2011

De Morgen – Belgique: La Lybie et la lubie démocratique

Même si le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est renversé, il n'y a pas de quoi céder à l'euphorie, met en garde le quotidien de centre-gauche De Morgen : « Notamment parce que la situation en Libye n'est pas comparable aux soulèvements démocratiques en Tunisie ou en Egypte. Les groupes rebelles en lutte contre Kadhafi ne sont pas composés de jeunes hommes qui aspirent à la liberté et à la démocratie, plutôt de groupes politiques rivaux qui sont bien souvent davantage motivés par la loyauté aux clans que par une sympathie supérieure pour la démocratie et les droits de l'homme. … Ce serait une erreur fatale de croire que la démocratie pourra pleinement s'épanouir à Tripoli dès que Kadhafi aura été éliminé. Au contraire. Beaucoup de choses devront d'abord changer dans le pays. »

(Article publié le 22.08.2011)

Le Figaro – France: Un conflit essentiel pour l’Europe

Si le régime de Kadhafi est sur le point de s'effondrer, la tâche de l'Europe ne s'achèvera pas avec la fin de la guerre, estime le quotidien conservateur Le Figaro : « [L]'Otan a, jusqu'au dernier jour de la guerre, un rôle essentiel à jouer, en termes de coordination, de renseignement et d'appui militaire, afin de limiter les dégâts des combats. Pour l'Europe, ce qui se joue à Tripoli est en effet essentiel. La chute du tyran, lorsqu'elle sera confirmée, peut redéfinir nos relations avec un monde arabe en pleine mutation. Encore faudra-t-il que l'effort engagé pour vaincre les sceptiques et venir à bout militairement de la dictature soit prolongé par une assistance humanitaire et économique, afin de consolider un pays qui n'est à l'abri ni de la guerre civile ni de l'islamisme. »

(Article publié le 22.08.2011)

Der Standard - Autriche : Le temps du retrait militaire

L'Occident doit se limiter à un rôle d'observation et d'appui dans la période de transition libyenne, estime le quotidien de centre-gauche Der Standard : « Il est très important que l'Occident procède immédiatement à un retrait militaire dès que le conflit aura été réglé sur le plan politique. Il appartiendra seulement aux rebelles - qui seront alors d'ex-rebelles - de remettre de l'ordre. Il ne faut toutefois pas les laisser faire sans aucune observation extérieure. La question des violations des droits de l'homme devra également être abordée du côté des vainqueurs. La confiance n'est pas de mise. Il convient désormais d'entamer l'ère post-Kadhafi par une période de transition qui introduise un système le plus démocratique possible. Les analystes considèrent que la Libye est fortement désavantagée par rapport aux deux autres pays révolutionnaires, l'Egypte et la Tunisie : il existait dans les deux Etats des structures et des institutions qui, si elles ne servaient qu'à une participation politique de façade, existent néanmoins et peuvent être ravivés. … Mais cela pourrait aussi être une opportunité pour la Libye de recommencer complètement de zéro. »

(Article publié le 22.08.2011)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photos: (cc)pasukaru76/flickr, Video: redallah78/youtube