Depardieu russe...et rusé ?

Article publié le 8 janvier 2013
Article publié le 8 janvier 2013
L'acteur français Gérard Depardieu dispose d'un passeport russe depuis ce week-end. Après avoir protesté contre la fiscalité élevée de la France, il s'était vu offrir la citoyenneté russe par Vladimir Poutine. Si certains commentateurs reprochent à Depardieu de se faire instrumentaliser par le président russe, d'autres comprennent qu'il tente d'échapper à un Etat providence hypertrophié.

Protagon – Grèce : peine capital

Gérard Depardieu a suscité un tollé en France après s'être domicilié en Belgique en décembre et avoir accepté la citoyenneté russe. Sur le site d'information Protagon.gr, Nikos Orfanos se montre quant à lui compréhensif : « Que signifie donc l'UE ? L'ouverture des frontières et la libre circulation du capital, non ? … Les problèmes commencent quand le patriotisme se mêle de la circulation du capital. Comment un gouvernement peut-il demander le maintien du capital à un endroit pour pouvoir le taxer ? Aujourd'hui l'argent est volatile. Il migre ça et là, et quiconque tente de l'empêcher est pour le moins naïf. … Le gain est depuis toujours la force motrice du succès personnel. Tout comme l'acquisition de biens matériels. Cela ne changera jamais. Les sociétés sont flétries là où ce principe a été violemment attaqué. … Je peux comprendre Depardieu. Ainsi que les Rolling Stones, qui, pour des raisons économiques, ont choisi d'être apatrides toute leur vie. » (Article publié le 08.01.2013)

ABC – Espagne : l’État Mammuth

Si l'exil fiscal de l'acteur français Gérard Depardieu a déclenché la critique de ses compatriotes, ceux-ci sont aussi de plus en plus nombreux à le comprendre, observe le quotidien conservateur ABC : « C'est peut-être lié au fait que l'on comprend davantage que l'État-providence a des limites. Que le besoin insatiable des socialistes d'accroître constamment les ressources financières de l'État-providence, qui leur a tant profité politiquement, ne peut pas être financé. Que les citoyens aisés, mais aussi les membres de la classe moyenne, en ont assez de financer un État mammouth, dans lequel ne cesse de s'estomper la limite entre solidarité et populisme. En France, la patrie de Depardieu, les dix pour cent les plus riches de la population payaient 62 % de l'ensemble de l'impôt sur le revenu en 1975, contre 74 % en 2011. Avec des politiques comme Hollande, les impôts augmenteraient indéfiniment, comme les dépenses publiques aux États-Unis. Juste ce qu'il faut pour ne pas renoncer à une politique sociale populaire et populiste, qui leur garantit la réélection. » (Article publié le 08.01.2013)

Polityka Online – Pologne : le compagnonnage utile

Après Gérard Depardieu, c'est maintenant l'ancienne vedette et militante pour la protection des animaux Brigitte Bardot qui lorgne la citoyenneté russe. Elle a annoncé vendredi vouloir la solliciter si deux éléphantes du zoo de Lyon étaient euthanasiées. Comme les intellectuels occidentaux à l'époque soviétique, ces deux personnalités sont aujourd'hui instrumentalisées par les dirigeants russes, estime le portail de centre-gauche Polityka Online : « Dans une lettre lue sur la première chaîne de télévision russe, Depardieu se réjouit de l'amitié de Poutine à son égard. Il déclare en outre avoir convaincu le président français Hollande que la Russie de Poutine était une 'grande démocratie'. … La Russie a toujours été célébrée dans l'histoire. Lénine s'en était même étonné. 'Des idiots utiles', voilà comment le dictateur qualifiait les intellectuels occidentaux qui soutenaient infailliblement le bolchevisme et s'indignaient des critiques formulées à l'encontre de la patrie du prolétariat international. Les temps et les gouvernements changent, le vieil adage de Lénine demeure. » (Article le 08.01.2013)

Une campagne se trame actuellement sur les réseaux sociaux et propose d'échanger les Pussy Riot contre Depardieu, Bardot et Mireille Mathieu.

Adevărul – Roumanie : du grand n’importe quoi

L'actrice Brigitte Bardot imite son collègue Gérard Depardieu et a annoncé vouloir s'exiler aussi en Russie pour protester contre les carences de la protection animale en France. Du grand n'importe quoi, estime le quotidien Adevarul : « Aurions-nous pu penser que la Russie devienne un oasis de liberté pour des personnalités comme Bardot et Depardieu - un pays qui ne discrimine ni les gens ni les animaux ? La Russie est prête à garantir l'asile politique à tous ceux qui 'ne comprennent plus' le capitalisme. Ces demandes vont faire des émules. Si vous ne le croyez pas, regardez sur YouTube Poutine chanter à un concert de bienfaisance. Sharon Stone, Kevin Costner, Kurt Russell et Depardieu se lèvent aussi, transportés par l'émotion, absolument enthousiastes d'entendre la voix d'un si grand homme. » (Article publié le 08.01.2013)

Photo (cc)raspoutine-lefilm.com; Texte (cc)Movilh Chile/flickr; Vidéo (cc)SpiegelTV/YouTube