Démission surprise de Roland Koch - toujours pas de nouveau gouvernement en Rhénanie du Nord-Westphalie

Article publié le 25 mai 2010
Publié par la communauté
Article publié le 25 mai 2010
Ennemi déclaré d'Angela Merkel, le ministre président de la Hesse annonce sa démission de la politique en étapes d'ici novembre au moment ou la bourse de Francfort continue sa chute et Angela Merkel visite tranquillement la cité écologique des Emirats arabes unis.
Son dernier conflit avec Merkel portait sur sa proposition de faire des économies, y compris sur les crèches et l'éducation, domaines systématiquement privilégiés par le gouvernement Merkel. Comme jadis Edmund Stoiber, les hommes réclament le premier rôle et gesticulent, mais Merkel gagne à la fin. Cependant, le successeur désigné, Volker Bouffier, ministre de l'intérieur de la Hesse, est un conservateur et un ami proche de Koch.

Pendant ce temps en Rhénanie du Nord-Westphalie, les négociations continuent pour former un nouveau gouvernement plus de 15 jours après les élections. Après l'échec d'une alliance SPD/Verts/Die Linke et le refus du FDP (libéraux) de rejoindre une coalition SPD/Verts, Mme Kraft ouvre les négociations avec Jürgen Rüttgers, toujours Ministre-président faisant fonction. CDU et SPD ont quelques points de désaccord (collège unique ou maintien du lycée à 10 ans; introduction d'un salaire minimum; prolongation des centrales nucléaires, rôle des régies municipales face aux grands groupes d'énergie...) qui ne semblent pas insurmontables. Le problème qui pourra provoquer l'échec: les deux veulent devenir ministre-président d'une éventuelle grande coalition. CDU et SPD ont le même nombre de sièges, la CDU a obtenu 0,1 % des voix de plus que le SPD, mais le SPD n'a perdu que 2 % d'électeurs par rapport aux dernières élections régionales, la CDU 10 %.

Il fait très beau, un couple sort de la salle de mariages, la fiancée en mini-jupe et avec des longs cheveux blonds. Dans la famille, les filles se prennent par le bras, la moitié porte un foulard.