Démission du président de l'Allemagne Horst Köhler

Article publié le 31 mai 2010
Publié par la communauté
Article publié le 31 mai 2010
Je voulais parler de la grande fête du parc, j'aimerais vous raconter mon travail sur le projet climat de la municipalité, mais je dois parler de la démission de Horst Köhler. C'est la première fois dans l'histoire de la République fédérale qu'un président en exercice démissionne. Par conséquent, Mme Merkel regrette "aufs Allerhärteste" (au plus dur?
) et le ministre des Affaires étrangères est "frappée par la foudre". Ces expressions inhabituelles montrent le choc provoqué par cette décision.

Le président Köhler justifie sa décision par le manque de respect pour sa fonction, surtout par le reproche d'avoir voulu utiliser l'armée allemande, la "Bundeswehr" de manière anticonstitutionelle. En effet, le Grundgesetz, la constitution ne prévoit l'utilisation de l'armée que pour la défense du pays et dans le cadre de décisions multilatérales. Qu'est-ce qui s'est passé? Horst Köhler a parlé aux journalistes au retour de son voyage en Afghanistan sur la mission de l'armée: "un pays de notre taille, avec une telle dépendance du commerce extérieur, doit savoir, que dans un cas extrême il peut être nécessaire d'utiliser le militaire pour défendre nos intérêts - par exemple pour assurer l'accès libre des routes du commerce, par exemple pour éviter des instabilités touchant toute une région."

Je viens de téléphoner à un ami francais. Il regrette que ce ne soit pas le président francais qui démissione et constate "un bordel grandissant en Allemagne". Néanmoins, la constitution prévoit des règles claires. Le président du "Bundesrat", de la représentation des Länder, remplace M: Köhler jusqu'à l'élection du nouveau président. Cette élection doit avoir lieu dans les 30 jours après la démission par la convention qui réunit les députés du Bundestag et le même nombre d'élus des Länder. En attendant, le président faisant fonction s'appelle Jens Böhrnsen, maire SPD de Brême.