Découverte de fragments du Parthénon, ou les marbres qui ont échappé à Lord Elgin...

Article publié le 5 mars 2011
Publié par la communauté
Article publié le 5 mars 2011
Des fragments du Parthénon viennent d’être retrouvés, ils appartenaient à au moins cinq métopes que les archéologues considéraient comme disparues suite à la destruction de Morosini. Les métopes sont des frises sculptées en haut-relief qui ornaient les frontons du temple richement décoré.

Pendant le siège vénitien de l’Acropole en 1687 conduit par le général Morosini, le Parthénon a subi la plus grande blessure qu’il ait jamais connue, quand un boulet a touché la poudrière que les turcs Ottomans avaient installée là dans leur retranchement. L'explosion a conduit à l'effondrement de la plus grande partie de la façade est du temple, à la destruction de ce qui restait du toit ainsi que de vingt et une colonnes.

800px-Parthenon_von_SW.jpg Grâce aux études des archéologues, on pensait que les fragments avaient été inclus dans les murailles lors de travaux de réparation de celles-ci au XVIIIe siècle. Les métopes étaient semble-t-il tombées en éclats au pied du Parthénon et les maçons avaient rassemblé ces éclats pour les employer ensuite comme matériau pour réparer les murailles. Lord Elgin n’a donc pas pu emporter à Londres toutes les sculptures en marbre de la frise du Parthénon...

Ces éléments architecturaux du temple ont été repérés dans le cadre de la reconstitution des murailles au moyen de méthodes photographiques modernes réalisée par le Service de restauration des monuments de l’Acropole. Plus de 2000 prises de vue ont été réalisées avec un ballon météo bricolé à la verticale des murailles de l'Acropole hautes de 20 mètres ; elles ont permis de repérer les fragments dans la muraille sud de l’Acropole.

La taille des fragments et les sculptures qui s’y trouvent représentées sont autant de questions auxquelles répondront les archéologues quand les fragments auront été extraits des murailles.

Les Marbres du Parthénon qui se trouvent au British Museum représentent plus de la moitié de tout ce qui reste des sculptures ornementales du Parthénon qui ont pu être sauvées.

Konstantina M.

Traduit et adapté du grec par Jean-Marc Laborie