De Turin à Berlin, un voyage "Recto/Verso"

Article publié le 11 janvier 2016
Article publié le 11 janvier 2016

Elisa Talentino, de Turin, et Nadia Budde, de Berlin, sont deux illustratrices reconnues. Elles ont participé à une résidence d'artistes l'une dans la ville de l'autre. Le résultat est un récit onirique constitué de lieux, d'expériences et de rencontres, qui peuvent être visités sous les arcades de la Piazza San Carlo, à Turin. L'artiste italienne nous a accompagné dans ce voyage recto/verso.

Une suggestion pour les Turinois et les visiteurs de la capitale piémontaise: allez vous promener Piazza San Carlo, sous les portiques est, et levez les yeux. En ces jours troublés par la course aux cadeaux, avec les yeux rivés aux vitrines, il suffit de s'arrêter juste un moment et de lever le regard pour admirer un impressionnant parcours artistique et culturel muri entre Turin et Berlin.

Il s'appelle Voyage Recto / Verso le projet conçu par le  Goethe-Institut de Turin et créé par les illustratrices Elisa Talentino et Nadia Budde. Du 1er Décembre au 15 Janvier les illustrations resteront suspendues juste en dessous des arcades de la place plus "noble" de la ville. Chaque planche revet d'un coté les illustrations d'Elisa et de l'autre celles de l'artiste berlinoise. Les œuvres sont le résultat d'une "double" résidence artistique : la Turinoise Elisa Talentino a vécu pendant trois semaines à Berlin, tandis que Nadia Budde débarquait sur les rives du . Toutes les deux se sont déplacées pour explorer des endroits connus et inconnus, des histoires et des gens, pour ensuite donner forme à leurs pensées sur papier et avec des couleurs. Nous avons rencontré et avons marché avec Elisa Talentino sous ses créations.

12 lieux qui ont trouvé un auteur

"Je suis partie du principe que nous sommes conditionnés par les endroits où nous nous trouvons. Je suis donc allée à la recherche de ces endroits significatifs mais moins connus, en me laissant guider par les sensations qu'ils me transmettaient. A la manière du flâneur, si on veut," se souvient Elisa Tolentino en retraçant son parcours artistique. «Je me suis laissée influencer par le lieu, en me demandant à chaque fois: Si cet espace était une femme, qui serait-elle? J'ai alors anthropomorphisé ces lieux, les transformant en des simili-femmes". Ceci est le «manifeste» définissant les œuvres qui composent son voyage Recto / Verso.

Certains des 12 planches portent une didascalie, d'autres non. Tous portent le nom de l'endroit et ses coordonnées géographiques, qui sont utiles pour ceux qui voudraient parcourir son chemin. Elisa nous entraîne dans ses illustrations. Elle s'arrête en particulier sur Märchenbrunnen Rotkäppchen  (qui se réfère à la "fontaine des fables" de Berlin, ndlr): elle représente l'émancipation de jeunes filles par rapport aux significations qui se cachent dans le conte du Petit Chapearon Rouge (Rotkäppchen en allemand, ndlr). La jeune femme porte du rouge (la couleur de la passion) et piétine la queue du loup (le symbole de la virilité de l'homme). Ce dessin retourne donc le message caché dans le conte, raconté aux jeunes filles pour les éloigner de la découverte de la sexualité

Dans Friedhof Grunewald-Forst  Nico, fuoco fatuo est représentée Nico, chanteuse et "muse" des Velvet Underground. Ses fans se rendent dans ce cimetière juste en dehors de Berlin pour se souvenir d'elle, et Elisa aussi a souhaité lui rendre hommage en réinterprétant la couverture d'un de ses albums. Le corps de Nico ne possède plus de contours parce qu'il est désormais un fantôme, entouré des feux follets du cimetière où elle repose. "Moi je l'immagine encore là" explique l'artiste turinoise.

Anita Berber est la protagoniste d'une autre planche, Meistersaal  Anita Berber, Bohème Sauvage. Cette fois encore, Elisa Talentino a voulu rendre hommage à l'histoire d'une danseuse, actrice, écrivaine, ostracisée dans l'Allemagne des années 20 car accusée d'être scandaleuse. Elle revient à présent, fière, sur le dos de l'animal symbole de Berlin, l'ours.

En suivant Berlin

Cela n'est certes pas la première fois que l'illustratrice de Turin se rend dans la capitale allemande, qui a déjà en effet accueilli ses œuvres dans plusieurs galeries. Comme le dit Elisa elle-même: "Berlin,pour moi, est la ville la plus accueillante du monde, c'est une destination appréciée des illustrateurs. C'est une ville à l'avant-garde, proprice à la découverte de nouvelles tendances. De ce point de vue, je dois dire que Turin se berlinise. Elle arrive avec un peu de retard, mais elle suit les traces de Berlin." La réputation d'être l'un des centres culturels européens les plus animés signifie que Berlin est un lieu "où les artistes ont l'impression que leur travail est plus reconnu qu'en Italie. Le revers de la médaille est que la concurrence est rude et qu'il est difficile de se faire une place parmi les nombreux artistes de valeur ".

Elisa crée des œuvres de graphisme d'art, des peintures et des illustrations. En 2013, elle a publié un livre d'art Le jardin d'hiver et en 2014 un nouveau volume, Bendata di stelle. Les deux ont été sélectionnés dans plusieurs festivals et pour plusieurs prix. En 2009, elle a fondé avec Paolo Berra un laboratoire de tirages d'art, Inamorarti, et elle organise des ateliers sur la sérigraphie artistique. De Vanchiglia, le quartier où elle vit à Turin, elle est partie pour raconter avec son art, les endroits moins connus et plus pittoresques de l'Allemagne. Elle les a rapportés parmi les arcades de la Piazza San Carlo. Il suffit de lever le regard et de se laisser guider par les illustrations.

_

Publié par la rédaction locale de cafébabel Torino.